Test : Wario Land 4 (Wii U – Console Virtuelle)

wario_land_4_1La console virtuelle accueille un gros hit du Game Boy Advance, Wario Land 4, dans sa version d’origine sortie en 2001. Les nostalgiques et les jeunes joueurs vont pouvoir (re)découvrir un titre devenu mythique, mais a-t-il perdu de son charme avec les années ? La réponse tout de suite !

L’Indy du jeu vidéo !

Wario aime l’argent, et la meilleure façon d’en gagner est de trouver des trésors. L’anti-Mario passe donc son temps à parcourir le monde à la recherche de trésors anciens pouvant lui faire gagner une fortune. Alors, quand il entend parler d’une pyramide en or, il saute dans sa superbe voiture mauve chercher gloire et fortune dans la jungle ! Mais il n’est pas le seul à convoiter ce trésor, et le temps est compté !

wario_land_4_2 wario_land_4_3

Un jeu d’aventure/action très complet

La pyramide que Wario doit explorer est constituée de 4 grandes zones, chacune composée de 4 niveaux, ainsi qu’un niveau de début et de fin ce qui fait un total de 18 niveaux à explorer. Wario pénètre à l’aide d’un vortex qui se referme immédiatement : il faut alors trouver les 4 parties d’un artéfact doré ainsi qu’une clé pour ouvrir la sortie avant la fin d’un compte à rebours. Autant dire que le jeu joue sur les nerfs car le temps file assez vite quand on explore des niveaux au level design tortueux et intelligent. Loin d’être linéaire, Wario Land 4 propose des allers-retours incessants pour avancer et résoudre un tas d’énigmes plus ou moins complexes.

Heureusement, Wario dispose d’une panoplie de mouvement riche : il peut sauter, lancer ennemis et objets, marcher accroupi, foncer en avant pour démolir les obstacles, dévaler des pentes etc. Sans compter ses nombreuses transformations (10 en tout) issues des jeux précédents comme le vampire qui permet de voler ou le zombie qui peut passer à travers certains murs. Des aptitudes bien utiles pour arriver à temps à la sortie et éviter les nombreux ennemis. On a également la possibilité d’acheter des objets à un vendeur très bizarre afin de donner un petit coup de pouce à Wario en cas de pépin.

Graphiquement démodé mais toujours aussi attrayant

Les yeux et les oreilles ne seront pas à la fête car ce jeu GameBoy de 2001 se retrouve « grossi », comme si on avait zoomé dessus, sur console virtuelle. On a donc à l’écran une bouillie de pixels pas très attirante malgré les nombreuses couleurs. Heureusement, les animations nombreuses et rigolotes de Wario et des ennemis compensent un peu les vieux graphismes et les bruitages assez grossiers pour aujourd’hui. Les différentes zones possèdent chacune un thème précis et distinct (jungle, jouets, donjons lugubre) pour ne pas lasser le joueur.

Ce qui gène le plus, ce sont les mini-jeux. Assez répétitifs et pas vraiment inspirés, ils se révèlent lassants mais on déplore surtout leur niveau technique très faible, notamment pour le jeu de baseball. En effet, on retrouve des graphismes dignes des premiers jeux vidéo (de l’histoire), ce n’est pas Pong mais pas loin ! Dommage car non seulement l’intérêt de ces épreuves est douteux mais en plus cela gâche un peu un titre de qualité !

L’humour omniprésent, les mimiques amusantes de Wario, des ennemis et des boss et les petits détails surprenants comme un vendeur bizarre qui vend gratuitement des sourire et envoie des coeurs à Wario font de Wario Land 4 un titre à part mais accrocheur malgré ses graphismes totalement dépassés.

wario_land_4_4 wario_land_4_5

Une référence même maintenant

Même s’il a beaucoup vieilli graphiquement, on apprécie ses niveaux bien structurés qui exploitent au mieux les mouvements et les transformations d’un Wario en grande forme. On se demande comment il arrive à rester aussi gros quand on le voit courir dans tous les sens ! Le soin apporté au level design fait regretter que les jeux d’aujourd’hui ne soient pas aussi bien pensés ce qui fait de Wario Land 4 une référence du genre. Les fans de la série retrouveront dans cet opus quelques nouveautés comme des coeurs pour représenter la barre de vie de Wario avec la possibilité de l’augmenter au cours de l’aventure et une liste de transformations plus étoffée que d’habitude. Même si on peut ajuster la difficulté du jeu, cette dernière n’est malgré tout pas très élevée la seule différence étant le temps donné pour finir chaque niveau, timing qui devient très serré quand on augmente la difficulté.

La légèreté du titre masque un jeu d’aventure/action tortueux qui fera plaisir au adeptes du scoring : chaque niveau peut être rejoué à volonté afin d’augmenter son score, ce qui améliore la durée de vie du soft déjà bonne (15-20 h). Le seul défaut vient des mini-jeux absolument inutiles et sans intérêt. Un titre à essayer absolument qui a grandement inspiré Wario Land : The Shake Dimension sur Wii quelques années après.

Enguy

Points forts :

– Level design de génie
– Panoplie de mouvements et de transformations énorme
– Humour omniprésent

Points faibles :

– Mini jeux insipides
– Techniquement dépassé

[note] La note Gamingway : 16/20 [/note]

Editeur : Nintendo
Genre : action / aventure
Support : Wii U Console Virtuelle

Date de sortie : 5 juin 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *