Test : Zelda Tri-force Heroes (3DS)

3DS_TheLegendOfZeldaTriforceHeroes_FR_jacquetteLes fans de Nintendo sont aussi, en général, fans de l’univers de The Legend of Zelda, et je sais de quoi je parle, c’est mon cas ! Nous attendons tous le prochain Zelda prévu pour 2016 sur Wii U (normalement), car on nous promet une vraie aventure dans un monde ouvert surprenante et magnifique, mais on n’en sait pas beaucoup plus pour l’instant et, en attendant, il faudra se contenter de titres qui détournent un peu la licence, par exemple Hyrule Warriors sur Wii U qui sortira également bientôt sur 3DS et renommé Hyrule Warriors Legends pour l’occasion ou encore ce Zelda Tri-force Heroes qui vient de sortir. Voyons un peu ce que nous réserve ce nouveau “Zelda”.

À la mode ?

Une fois le titre lancé, on se demande rapidement si on joue à un “Zelda” ou plutôt à “La nouvelle Maison du Style 2”. En effet, on est directement abordé par un étrange personnage (qui ressemble un peu à Benjamin, le petit garçon frisé du dessin animé Lucile, amour et rock’n roll, mais avec les cheveux verts), qui nous parle de notre tenue et nous entraîne chez Madame la Couturière. On comprend alors rapidement que dans ce jeu, “l’habit fait le moine” et qu’il faudra régulièrement se rendre chez le tailleur (ici, une dame) afin de se constituer de nouveaux costumes. Fort heureusement, ces vêtements ont tous des propriétés originales qui permettent d’acquérir de nouvelles capacités dans le jeu : 3 flèches au lieu d’une, des bombes plus volumineuses etc… Et pour obtenir de nouveaux vêtements, il faudra bien sûr des rubis, mais aussi des matériaux trouvés à la fin des différents donjons du jeu.
Deuxième constatation, graphiquement, en tout cas, les petites cinématiques qui se déroulent sur l’écran supérieur de la 3DS sont assez spéciales, voire un peu moches, surtout pour un Zelda. Heureusement, le reste des graphismes rend honneur à la série dans un style cartoon mignon et les dialogues ainsi que les menus sont tous en français (contrairement aux captures ci-dessous). La musique, quant à elle, est très surprenante, assez loufoque et vite horripilante. En fait, c’est toute l’ambiance générale du titre qui tire vers le loufoque et en fait un jeu vraiment hors des sentiers battus. Je dirais même que, pour moi, il ne s’agit vraiment pas d’un “Zelda” de la saga des The Legend of Zelda, mais bien un side project un peu spécial et, on va le voir, le concept ainsi que le gameplay n’est pas épargné par ce constat.

zelda_tri-force_heroes_02 zelda_tri-force_heroes_08

Purée, la Mousseline !

Ici, exit la princesse Zelda, on a affaire à la princesse Mousseline qui règne sur le royaume d’Estoffe. Malheureusement, victime d’une terrible malédiction qui la contraint à porter une tenue ridicule (une combi en lycra intégrale), son père le roi Frisette fait appel à vous (et à 2 autres héros) pour lever ce sortilège et sauver le royaume. En effet, dans Zelda Tri-force Heroes, comme son nom l’indique, les joueurs devront être au nombre de trois pour parcourir les zones du jeu et les différents donjons et c’est là que tout se corse. En effet, afin de jouer à 3, il faudra : soit 3 personnes en réseau local avec 3 cartouches de jeu, soit une seule cartouche (et les 2 autres en téléchargement local des niveaux). Soit 3 joueurs en ligne (tous avec la cartouche de jeu). Mais il est par exemple impossible de jouer à 2 en local et un troisième en ligne. Le jeu étant zoné, impossible également de jouer avec des amis Japonais, par exemple, même s’ils sont à côté de nous avec la cartouche.
Il existe également une possibilité de jouer seul avec 2 “pantins” et le joueur devra alors passer sans cesse de l’un à l’autre. Une solution qui s’avère bien vite pesante, contraignante et pas du tout amusante, mis à part pour parcourir les niveaux et les connaître par cœur avant de jouer en multi. Il faudra donc : ou avoir 2 amis (pas un seul), ou être en permanence connecté au Wifi (pas de jeu dans le métro ou ailleurs, donc). Lorsqu’un des joueurs “rage quit” (ou se déconnecte malencontreusement), par exemple, la partie s’arrête et l’on doit tout recommencer. Il faut bien avouer que, comme ça arrive régulièrement, cela devient vite décourageant. Ces contraintes du gameplay et de connexions obligatoires associées au jeu sautent vite au visage et, à partir de ce constat, difficile d’apprécier le titre dès le début, malgré ses qualités. Heureusement, quand tout se passe bien, par contre, il est fun et l’on passe de bons moments.

zelda_tri-force_heroes_01 zelda_tri-force_heroes_05

Tout un totem

Dans ce Zelda, le héros devra se rendre, avec 2 camarades, dans un niveau afin d’en résoudre l’énigme pour pouvoir passer à l’environnement suivant. Les cœurs des joueurs seront partagés, ce qui veut dire que les dégâts seront communs, tout comme les rubis ou autres bonus trouvés pendant les énigmes. Il faudra donc faire très attention et coopérer comme il se doit avec ses camarades pour ne pas perdre la vie et tout recommencer. Pour cela, chaque héros devra choisir une arme (arc, boomerang, bombe, grappin…) en début de map, et souvent former un “totem” avec ses 2 collègues pour atteindre des objectifs en hauteur. Et c’est là que tout se corse, car en mode totem, c’est à dire les uns sur la tête des autres, empilés, c’est celui du bas qui dirige le totem (il est les jambes), pendant que celui tout en haut devra utiliser son arme dans la bonne direction ou encore se faire projeter sur une plateforme en hauteur. Celui du milieu sert uniquement à projeter le dernier au bon moment, si besoin. Cela donne souvent quelque chose de complètement désorganisé et de désynchronisé entre les joueurs, surtout lorsque l’on joue en ligne avec des étrangers et que l’on ne connait pas le niveau et ses mécanismes. Le seul moyen de communication étant des injonctions accompagnées d’images en bas de l’écran tactile que l’on pourra choisir et qui vont de “Salut” à “Non !” en passant par “Lance !”. Bien entendu, le maniement global devient plus facile, et surtout bien plus amusant avec 2 amis en local, car on peut communiquer directement et se donner des instructions. Ouf ! Une fois ces bases maîtrisées, le jeu s’avère un bon multijoueur et nous fait donc penser à The Legend of Zelda : Four Swords à son époque.

zelda_tri-force_heroes_07  zelda_tri-force_heroes_06

Chaque joueur a également une jauge d’endurance qui lui permet d’utiliser les objets. Si elle est vide, il en sera pénalisé et ne pourra plus agir jusqu’à ce qu’elle se recharge. Les différents costumes du héros devront également être choisis dans sa panoplie personnelle avant chaque mission et, si possible, en fonction des actions à effectuer pendant l’aventure.

Notons que les niveaux peuvent être rejoués avec des défis spéciaux : crever des ballons, finir le tout dans un temps imparti, tuer tous les ennemis sans épée et j’en passe… Ceci permet de réutiliser les niveaux plusieurs fois et d’augmenter considérablement le temps de jeu, mais l’intérêt n’est pas des plus spectaculaires. Heureusement, les 8 mondes disponibles permettent déjà de bien profiter de l’expérience. De plus, un DLC est disponible à partir du 3 décembre 2015 et ajoute un nouveau monde de jeu, La Crypte, proposant des niveaux supplémentaires ainsi que des nouvelles tenues pour pimenter le tout.

zelda_tri-force_heroes_03 zelda_tri-force_heroes_04

Ce Zelda Tri-force Heroes est donc un jeu purement multijoueur en coopération. Si vous avez deux bons amis ou une bonne connexion wifi, alors foncez pour vous amuser et devenir chèvre quand l’un des joueurs ne sera pas synchro avec vous, mais si vous cherchez le frisson d’une belle aventure solo dans l’univers de Zelda, alors passez votre chemin, car vous ne trouverez ici rien qui vous comblera. Zelda Tri-force Heroes est un titre sympathique et mignon mais qui ne restera sûrement pas dans le haut du panier des mémorables : The Legend of Zelda.

Points forts :

– Graphismes toujours réussis
– La coopération (quand elle se passe bien)
– Les différents niveaux/armes qui changent la façon de jouer
– Les costumes et leur pouvoir
– Plutôt fun

Points faibles :

– L’univers pas forcément très réussi (la mode etc)
– Toujours être 3/jeu zoné/multijoueur presque obligatoire
– Le mode solo pas amusant et contraignant
– Musiques vite insupportables

La note Gamingway : 14/20

Développeurs : Nintendo
Genre :
 Action | Aventure | Réflexion | RPG
Supports : 3DS / 2DS
Date de sortie : 23 octobre 2015

  • natieak06/12/2015 à 17:47Permalink

    En voyant le titre, je ne suis dit que cela ferait un cadeau sympa pour ma moitié mais vu l’avis sur le mode solo, je vais opter pour autre chose.

  • Sironimo07/12/2015 à 11:52Permalink

    natieak > Hello :) c’est un chouette jeu mais on ne peux pas y jouer seul donc voilà…avec une connexion internet par contre c’est ok :) à Toi de voir !
    Tu passes régulièrement dans le coin j’ai l’impression, tu aimes notre site ? Je suis allée voir ton blog qui est fort sympathique aussi ! On peut te proposer un échange de liens si tu veux :) (voir en bas du site pour les liens partenaires)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *