Test : Bloodborne (PS4)

bloodborne-ps4-jaquette-cover-01Entre deux remasterisations HD, les nouvelles consoles tendent parfois à nous proposer un jeu vraiment inédit. La PlayStation 4 commence doucement à délivrer les nouvelles licences qui doivent justement lui permettre de s’imposer par ses exclusivités. Peu après The Order: 1886, c’est Bloodborne qui pointe le bout de son nez. D’ailleurs il faudrait pencher la tête en arrière, car vous commencez à saigner de votre péninsule nasale mademoiselle/madame/monsieur Bloodborne.

Don du sang

On entend régulièrement parler de l’absence de scénarios dans le jeu vidéo, contrairement au cinéma. Etant donné que les personnes avançant cette théorie se ruent actuellement sur Fast and furious 7, faut-il véritablement prendre en compte certaines de leurs théories ? En tout cas, la mise en abîme de Bloodborne leur servira à corroborer celle-ci, car effectivement on ne sait rien ou presque. Mais si vous êtes néanmoins intéressé par son histoire, vous pourrez découvrir cette dernière au fur et à mesure de l’aventure. Si elle vous laisse froid, retenez qu’elle pourra vous servir durant votre parcours. Voici tout ce que l’on peut se permettre de dévoiler. Ah si, vous allez devoir défenestrer un peu tout ce qui bouge. Pourquoi ? Comme nous venons de vous le confier, nous ne le savons pas vraiment…

Une grande partie de la crédibilité de l’histoire découle du ou des personnages incarné(s). Si nous avons bien trop souvent droit au même héros vu et revu, tant dans le jeu vidéo, que la littérature, le cinéma… ici nous avons au moins accès au minimum que l’on demande : la création de celui-ci. Plutôt complète, elle apporte la première touche RPG forte car, à l’instar de certains logiciels du genre, la palette proposée est large. Tant dans les caractéristiques physiques puisque vous pourrez par exemple aller jusqu’à déterminer l’arête du nez, que dans son identité guerrière. On retrouve aussi des paliers d’âge, n’influant malheureusement que sur le physique et non sur sa personnalité. Toutefois, on reste mitigé sur le résultat, hormis sur un point : la possibilité d’incarner une femme ou un homme. Cela s’avère suffisamment rare dans les jeux où l’on nous impose le perso phare, customisable ou non, et parfois même sur ceux avec création totale. Bloodborne a donc fait ce qui était nécessaire sur ce point.

bloodborne-playstation-4-ps4-03 bloodborne-playstation-4-ps4-04

Bloodjob

Si cette potentielle longue période, car nous vous conseillons d’y passer du temps, durant laquelle on forme son personnage, aura peut-être rendu dubitatif le passionné d’action. Qu’il se rassure ! Les images l’ayant porté vers Bloodborne vont rapidement se retranscrire sur son écran car, maintenons-le, il s’agit largement plus d’un jeu d’action que de rôle. Surtout à cette heure où tout est un RPG, de NBA 2K15 à GTA V on fait évoluer son personnage, on l’habille à sa guise, selon les cas on peut même le créer physiquement parlant… Et surtout, annoncer jeu de rôle attirera les adeptes du tour par tour ou encore du hack ‘n’slash pas trop bourrin. Hors, ici il faudra adorer quand ça cogne, quand ça martèle, quand ça saigne, mais aussi lorsque c’est dur. Ce sera puissant et spectaculaire comme les joueurs de Devil May Cry ou God Of War apprécient, mais en étant davantage punitif que ceux-ci. Pour faire simple, comme ses prédécesseurs spirituels Dark Souls et Demon’s Souls.

Des précisions indispensables afin de savoir au préalable si ce jeu est fait pour vous, car From Software a fait dans la difficulté. Même si comme pour chaque jeu dur, on peut légitimement osciller entre deux sentiments. D’une part sa complexité demandant un certain apprentissage et de l’autre un haut niveau leurre ne servant qu’à vous faire croire que le jeu est consistant. Sur un logiciel facile, on trouvera que dix heures sont une durée de vie brève. Tandis que sur un où le game over sera constant, vous faisant perdre votre stuff, vous obligeant à farmer comme jamais pour éliminer un ennemi précis… on aura des doutes sur son réel contenu qui nous aura pris 40 heures pour en explorer le minimum. Tout dépendra vraiment de votre état d’esprit, comme toujours pourrions nous dire, mais celui-ci se rapproche justement davantage des RPG faussement longs, que des jeux d’action se terminant d’une traite. Deux catégories où tous les joueurs sont loin de se mêler. Si vous appréciez chacun d’entre eux, vous serez par contre ravi.

Question système de jeu, le second genre sera tout de même clairement mis en avant. Ca cognera sec, avec pas tant d’armes que cela et n’ayant en plus pas un design incroyable, même si la touche steampunk n’est pas mauvaise. On retrouvera de quoi frapper entre lance, hache et autre épée, mais aussi afin de dégainer à distance avec notamment pistolet et fusil. Toutefois, une subtilité les rend un peu plus intéressantes et accroit même la profondeur du game system. Celles-ci possédant un deuxième mode d’attaque, faisant évoluer l’approche lors de la ruée vers un ennemi et proposant ainsi une variété dans les combos. Ceci s’avérant loin d’être accessoire, puisque c’est un point important donnant envie de continuer à avancer dans ce soft. Vos armes pourront également être personnalisées grâce à des runes, permettant de recouvrir plus aisément votre santé, d’infliger davantage de dégâts… On a déjà vu ça un peu partout, mais si cette fonction était absente on s’en plaindrait.

bloodborne-playstation-4-ps4-01 bloodborne-playstation-4-ps4-02

Sang toi

Pour les plus braves, terminer Bloodborne à cent pour cent passera par un New Game + d’après première aventure toujours plus retord. Mais au-delà d’une hausse de la difficulté, pour s’offrir un défi un peu plus différent on passera par le multijoueur, uniquement disponible en ligne. Vous pourrez y faire retentir une clochette à laquelle un autre aventurier répondra et bienvenue dans la jungle ! Car votre nouveau compagnon pourra très bien vous permettre d’atteindre votre but, anéantir un boss, puis merci au revoir. Mais comme vous le savez s’il vous arrive de passer en ligne sur quelques jeux, même brièvement, la communauté est massivement personnelle et très rarement altruiste. Alors surveillez vos arrières, car il se pourrait bien que vous laissiez entrer le pire ennemi que Bloodborne puisse vous proposer. Ceci dit, un système de mot passe a été conçu afin d’évoluer avec une personne choisie par ses soins. Nous n’avons en revanche pas pu tenter cette fonction, nous n’avions aucun(e) vaillant(e) guerrier/guerrière de confiance disposant du soft.

L’autre mode proposant un challenge alternatif s’appelle « Calice ». Ce dernier, qui devrait amuser les québecois, n’est rien de moins qu’une partie donjon. On entre, on dégomme, on gagne quelque chose. Si la montée en niveau et le côté aléatoire que l’on apprécie chez certains dungeon action RPG sont présents, la version retrouvée ici reste légère. On ne s’y rendra même pas pour son loot. Une option sympathique donc, mais pas assez poussée pour qu’un fort intérêt en ressorte.

bloodborne-playstation-4-ps4-05 bloodborne-playstation-4-ps4-06

Et c’est le sang qui coule, coule

L’enrobage ensanglanté et sombre à la fois est très réussi et peut en mettre aisément plein la vue, surtout que peu de jeux l’ont fait jusqu’à présent sur PS4 et l’on parle de vrais jeux, pas de films légèrement interactifs. Les décors et l’ambiance gothique restent assez classiques, tout comme le design des créatures composant le bestiaire, mais cela s’avère suffisamment bien réalisé pour plaire. Cependant, la passion pour la pluie faisant reluire absolument toute la ville de Yharnam n’est pas du meilleur goût. On comprend que par ce biais les développeurs ont souhaité faire tout claquer au niveau des effets de lumière et des reflets. Mais le revers de la médaille est que les décors deviennent proprets, allant à l’encontre de la maléfique démesure représentée. Les bâtiments semblent abimés, les chemins tortueux, mais si l’on regarde ne serait-ce qu’une seconde au lieu de passer à toute vitesse, on se rend compte que les coupes sont franches et non triturées, que rien ne dépasse, qu’aucun détail ne parait véritablement pourri par le temps… Un véhicule semble usagé, on passe à côté et se rend compte qu’il est impeccable. Cela manque de crasse et de défauts creusés par les évènements, pourtant essentiels à cet univers vu tout ce qui s’y déroule.
L’atmosphère de solitude, bien que les ennemis rendent votre voyage fourni en rencontres, est magnifiée par les musiques mais aussi par leur « absence ». Celles-ci sachant se faire discrète durant votre avancée.

La débauche d’efforts pour la création du monde de Bloodborne a néanmoins un coût, une baisse de framerate occasionnelle. Ca lutte dès qu’il y a un peu de monde et comme les derniers jeux de la précédente génération rament souvent aussi, alors que les développeurs sont rodés, on a de quoi craindre pour la suite sur celle-ci. Devoir suréquiper nos consoles à l’instar d’un PC dès qu’un nouveau jeu sort ne pouvant être une solution viable. Un autre point particulièrement agaçant appuie cette sensation, à savoir des temps de chargement horriblement longs et survenant après chaque trépas. Ce qui risque de vous arriver régulièrement. Certain(e)s se demanderont même s’il y a des phases de jeu entre deux écrans de chargement.

bloodborne-playstation-4-ps4-07 bloodborne-playstation-4-ps4-08

Assurément, Bloodborne tranchera les joueurs en plusieurs catégories. Aux adorateurs du studio viendront probablement s’ajouter des personnes n’ayant pas connu leurs précédentes sorties bien moins mises en avant. Mais en face on retrouvera ceux trouvant que l’on en fait trop et que sa difficulté n’est qu’un paravent. Au milieu de cela, ceux n’attendant que des AAA, qui sont très accessibles pour la quasi totalité d’entre eux, et risquant de balancer assez rapidement le jeu.

Inod

Points forts :
– Le choix d’un personnage féminin ou masculin
– Univers gothique plaisant
– La double action des armes et leur évolution
– Bande-son malheureusement pas novatrice mais réussie

Points faibles :
– Abondance d’eau/de l’effet mouillé
– Impression récurrente d’une difficulté leurre juste là pour faire croire que le jeu est riche
– Ennemis et armes trop classiques
– Longs et incessants temps de chargement

La Note Gamingway : 15/20

Développeur : From Software
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genres : Action
/Jeu de rôle (RPG)
Support : PlayStation 4

Date de sortie :
25 mars 2015 en France

  • Twinsunnien04/04/2015 à 17:04Permalink

    Alors voilà un jeu dont j’ai pu constaté qu’il était attendu, sauf par moi, puis, au détour d’une vidéo YouTube, je tombe sur la pub, et les graphismes, l’ambiance gothique, frôlant le creepy, me rappelant les jeux de Suda51 (Shadow of the damned en tête), bref, je me suis dit « voilà enfin un jeu nouvelle génération m’attirant, vivement le test sur Gamingway ». Bon, test brillant, rien à redire, une habitude sur ce site, bien que je trouve que tu pousses le bouchon très loin en t’arrêtant sur l’aspect pas assez vieilli du truc. Après je n’y ai pas joué, mal placé pour en causer donc, mais ton test me conforte dans ce que je pensais du jeu, c’est dur, inutilement dur mais j’ai l’impression, pourtant, comme les God of, comme les Bayonetta, ou les DMC, j’ai beau être une quichasse à ce genre de jeu (truc them all ^^), je sens que je vais aimer. Et alors que The order j’ai plus l’année aurait pu me faire prendre une PS4, ton test m’avais refroidi, du coup, je dois toujours et encore attendre de voir la baston Tomb Raider/Uncharted pour faire mon choix entre la japonaise et la nord-américaine.
    Ceci dit en cas de victoire de la PS4, je me prendrai ce Bloodborne, d’autant que d’ici à ce que je fasse mon choix, il sera dispo pas cher.
    Ah, dernier point du test, j’ai reconnu ta citation sanglante de « Le temps qui courre » de je ne sais plus quel Boys Band, je tairai aussi la Bloodjob hein…. toujours aussi bon à lire en tous les cas ;-)

  • Inod04/04/2015 à 18:13Permalink

    Le problème, selon ce que tu dis par rapport à ta qualité de joueur, c’est que tu risques de faire 40 fois le même passage. Tu souffriras à chaque tentative avec un long temps de chargement, seras agacé de ne pas avancer et lâcheras cette cartouche. Je te conseille donc le jeu Violetta.

    The Order pour l’année c’est simple, c’est celle de naissance de la rédactrice en chef de Gamingway.

    Pour l’information musicale, il ne s’agit pas d’une chanson originale de ce fameux quatuor nous ayant tant fait rêver.
    En revanche personne ne relève le titre spéciale cacedédi à G-Squad.
    Et je ne comprends pas pourquoi on me parle du travail sanguin,

  • Sironimo05/04/2015 à 13:57Permalink

    Ahhhh c’était G Squad mais bien sûr :) je me souviens du clip il était…fameux.

    Par contre on va se calmer tout de suite sur mon année de naissance, je ne suis pas un vampire>__<

  • Inod05/04/2015 à 17:16Permalink

    Soyons précis,  » Le temps qui court  » n’est pas une chanson originale (enfin elle est super originale, bon vous avez compris) d’Alliage, mais évidemment vous la connaissez par l’excellente version de ce quatuor démentiel.

    En revanche,  » Sang toi  » fait référence à  » Sans toi « . Titre de G-Squad ayant bouleversé les cœurs.

    Je reste à votre disposition pour toute question supplémentaire.

    Pas un vampire, mais une sorcière des sables.

  • Twinsunnien05/04/2015 à 18:38Permalink

    Ah, ma culture niveau boys band est faiblarde je reconnais. Le temps qui courre je savais que c’était une reprise, mais comme tu le dis, j’ai découvert ce titre avec l’escouade g, Sans toi c’était pas du Jean Jacques Goldman… ah non, je confonds avec Pas Toi.
    Woooh, donc Inod m’a menti en me disant que Sironimo était née en 1886, j’y ai cru moi en plus.
    Sinon, pour ce que tu dis sur le jeu, le fait de recommencer 40 fois, j’ai fini Mirror’s edge, donc mourir ça me connait, si l’ambiance est bonne (comme la musique, référence à Jean Jacques), je peux passer sur moult décès. Par contre les temps de chargement, ça, ça peut me bloquer.Je le note sur ma wish list de quand j’aurai une PS4, liste contenant Uncharted 4 et, euh, Bloddborne. Voilà. Alors que sur celle de la XONE, il y a Dead rising 3, Tomb Raider le retour (plus le nom) et Sunset Overdrive.

  • Inod05/04/2015 à 19:43Permalink

    & encore je suis spécialisé en toubifri.

    Mirror’s edge, seul jeu (?) que j’ai volontairement effacé de ma PS3.

    Je conseille davantage la collection remasterisée de DMC dispo pour Pâques à moins de 10€ sur PS3 & Super Mario Bros. sur NES que Bloodborne.

  • Twinsunnien05/04/2015 à 20:03Permalink

    Les grands esprits se rencontre, je viens de prendre la collec’ DMC d’occaz’ à 11€ sur PS3.
    Mais bon, pour le moment, je ne compte pas prendre de XBOS4. J’ai trop à faire avec mes Wii-WiiU-3DS-PS3-X360 sans compter le PC et les jeux démat’….

  • Inod05/04/2015 à 20:07Permalink

    J’incite les gens à prendre une collec’ que je n’ai pas eu avec un gros bifton. Je crains un max.

    & la Retron.

  • Twinsunnien06/04/2015 à 08:43Permalink

    C’est vrai qu’en plus j’ai le RetroN5, mais pas énormément de jeux dessus donc ça va.
    Pour la collec’ DMC, je l’ai vraiment prise genre 10 minutes avant de lire ton com’, cela en est presque effrayant.

  • Inod06/04/2015 à 10:08Permalink

    J’ai une Retron défusionnée, faut que j’arrive à apprendre la technique de la fusion à mes consoles pour qu’elles n’en forment plus qu’une. Enfin ma Master System II va être dégoutée.

    Il y a aussi promotion sur un pack Singstar Billy Joel  » She’s an uptown girl… « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *