Japan Expo 2019 : Table Ronde Final Fantasy Brave Exvius

Hiroki Fujimoto et Kei Hirono étaient disponibles pour une table ronde concernant Final Fantasy Brave Exvius. C’est avec joie que votre serviteur a participé pour en savoir plus sur ce jeu mobile.

 

AVANT-PROPOS

Avant de commencer, un complément d’informations sur Hiroki Fujimoto et Kei Hirono se trouve à la fin de l’article.

Final Fantasy Brave Exvius est un free-to-play mobile dans lequel le joueur incarne de nouveaux personnages qui se dressent contre le mal qui veut détruire le monde. Il va falloir partir à la recherche des cristaux légendaires, traverser de nombreux royaumes, explorer des donjons menaçants et même montrer sa puissance dans des combats JcJ. On peut également invoquer des héros légendaires issus des autres jeux Final Fantasy. Retrouvez plus d’informations sur le site officiel.

Il y avait aussi Deleye Arthur de GamAlive (désigné ensuite par D.A.-GA) puis un autre média qu’on va désigner par M.D. (média divers) dans ce compte-rendu pour respecter son souhait de discrétion.


Gamingway (G) : Bonjour messieurs. Pour commencer, qu’est-ce qui est le plus populaire au Japon : Final Fantasy sur mobile ou Final Fantasy sur console ?

Kei Hirono (K.H.) : C’est à peu près à égalité (N.D.L.R. : contrairement à ce qu’on pourrait penser, les jeux consoles n’ont pas encore été détrônés par les jeux mobiles !).

M.D. : Monsieur Hirono, qu’est-ce qui vous a fait passer de Dark Souls à Final Fantasy ?

K.H. : C’est une longue histoire. En gros, je voulais de nouveaux contacts, faire de nouveaux jeux tout en continuant à proposer un contenu de qualité. J’ai été contacté par Square Enix et ils sont contents de m’avoir au sein de leur équipe.

D.A.-GA : Avez-vous rencontré des problèmes pour utiliser la licence Final Fantasy sur mobile ?

K.H. : Non, aucun problème du tout.

G : Comment sont choisis les personnages ? Choix des fans ou d’autres critères ?

Hiroki Fujimoto (H.F.) et K.H. : Le choix des personnages est un mélange de trois éléments :

  • L’équilibre du jeu
  • Les requêtes des fans
  • Il faut aussi garder en tête comment les histoires de tous les jeux s’enchaînent (pas uniquement les jeux de la série principale)

M.D. : Final Fantasy Brave Exvius est plus populaire dans quel pays ?

H.F. : Le jeu est le plus populaire au Japon, puis aux États-Unis, à Taïwan et en Corée et aussi en France.

G : Avez-vous dû moderniser certains personnages qui commencent à vieillir ?

H.F. et K.H. : Nous avons fait des changements pour actualiser les personnages en retravaillant leurs habits et leurs armes.

(N.D.L.R. : On nous présente alors des exemples pris dans l’artbook Final Fantasy The Art Works pour nous montrer les différences, dont Nichol).

M.D. : Verra-t-on Final Fantasy Brave Exvius sur d’autres supports ?

H.F. et K.H. : Nous aimerions beaucoup, mais il y a des limitations techniques, car il y a un contenu énorme, étant donné que le jeu est sorti depuis trois ans et enrichi continuellement. Par exemple, pour le sortir sur console, il faudrait au moins trois disques. En revanche, un portage sur PC est envisageable et est déjà en cours au Japon.

G : Est-ce que le fait que les smartphones changent régulièrement (et l’obsolescence programmée) est une gêne pour un jeu en constante mutation ?

H.F. et K.H. : Nous ne voyons pas ça comme un problème, mais comme une opportunité d’en faire toujours plus. Quand les smartphones évoluent, ils ouvrent de nouvelles possibilités pour nous. Le seul inconvénient est que certains constructeurs rendent les vieux téléphones obsolètes, privant subitement certains joueurs de leurs jeux.

D.A.-GA : Avec autant de personnages, comment équilibrer leur utilisation ?

H.F. et K.H. : Les Final Fantasy sont numérotés du 1 au 15 et, chaque mois, les personnages d’un jeu sont mis en avant. Il existe en parallèle des événements spécifiques mettant en scène d’autres personnages, sans pour autant vouloir se substituer aux autres.

M.D. : Quel est votre Final Fantasy préféré et pourquoi ?

K.H. : Final Fantasy IV pour ses personnages et son histoire. Final Fantasy X pour son histoire, ce qu’il exprime et parce que c’est le premier à m’avoir fait pleurer.

H.F. : Final Fantasy III, parce qu’il a marqué une étape dans ma carrière (N.D.L.R. : premier jeu Final Fantasy sur lequel il a travaillé comme producteur), mais aussi Final Fantasy IV, V et VI. J’ajoute également Final Fantasy XV parce que ma femme et mon fils y jouent, et cela me touche.

 

Kei Hirono et Hiroki Fujimoto vont également sortir un spin-off de Final Fantasy Brave Exvius nommé War of the Visions: Final Fantasy Brave Exvius. C’est un RPG tactique pour smartphone dont la date de sortie est encore inconnue, mais dont nous avons quelques images :

Et voici, pour conclure, la bande-annonce du jeu :

Un grand merci à Hirono-san et Fujimoto-san pour leur disponibilité et au personnel de Square Enix pour sa gentillesse et pour m’avoir invité.


Kei Hirono – Producer
Kei Hirono est le Producer de Final Fantasy Brave Exvius, sorti le 29 juin 2016.
Kei a débuté sa carrière chez Bandai Namco Entertainment en 2002 en tant que producteur de Dark Souls et a collaboré sur de nombreux autres titres depuis. En 2012, Hirono a rejoint Square Enix et produit le titre PC Imperial SaGa ainsi que la série en live action Jitsuzai-sei Million Arthur.

 

 

Hiroki Fujimoto – Producer
Hiroki Fujimoto est le Producer de la version globale de Final Fantasy Brave Exvius. Fujimoto a rejoint les rangs de Square Enix en 1992, en tant qu’Assistant Producer sur E.V.O.: Search of Eden (SNES) avant d’être propulsé producteur de Wonder Project J (SNES), Wonder Project J2 (PS), Itadaki Street 3 (PS), les titres Pro Baseball et Mahjong, parmi de nombreux autres jeux consoles. Depuis sa mutation dans la division mobile en 2002, il a travaillé sur des titres mobiles tels que Ogre Battle: March of the Black Queen, Sigma Harmonics Coda, Pokemate, Final Fantasy III, Final Fantasy IV, Final Fantasy V, Final Fantasy VI, Neko Jump et Holey Dungeon. Il est aussi à l’origine du portail d’information dédié aux titres mobiles Square Enix. Fujimoto est également à l’origine des ajouts d’options de langues russe, portugaise, thaï, coréenne et chinoise dans les versions mobiles de Final Fantasy III, IV, V et VI. Ces idiomes n’étaient auparavant pas disponibles pour ces titres.

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de