Test : Gods vs Humans (iPad)

God_VS_Humans_ipad_logoSuper!!! un jeu où on joue des dieux, en voilà une bonne nouvelle quand vous êtes fan de babel rising. Et voila, le studio Artefacts Studio nous sort sa version de ce jeu qui nous permettra d’avoir la folie des grandeurs: Gods vs Humans. Alors, est-ce un Babel Rising Killer?

L’histoire.

Vous jouez à tour de rôle un dieu appartenant à l’une des 4 mythologies suivantes : la mythologie égyptienne, gréco-romaines, nordique, japonaise et, bien sûr, en tant que dieu mythologique, vous êtes condescendant envers les humains qui se démènent sur Terre. Mais, un jour leur vient l’idée de construire une tour afin d’atteindre les portes du ciel.
Mmmmhhh, pas bon ça, il va falloir les calmer en détruisant tout ça!

God_VS_Humans_ipad_title

Le concept du jeu

Le but est donc de détruire les 4 piliers qui supportent un étage afin de le détruire. Pour ce faire, vous avez à votre disposition plusieurs sorts soit offensifs en rouge, soit défensifs en bleu qui vous permettront de tenir ces humains en respect. En s’effondrant, les étages supérieurs affaibliront les étages inférieurs, donc, toute l’astuce sera de trouver un moyen de créer une réaction en chaîne qui vous amènera à la victoire.
Par contre, comme tout dieu, vous avez néanmoins besoin que vos sujets soient heureux ce qui remplira votre jauge de pouvoirs nécessaire à l’utilisation de vos sorts. Et le moindre geste de travers pourrait blesser un humain et provoquer la colère de ces derniers qui vont alors accélérer le rythme de construction de la tour et ne plus vous vénérer.

God_VS_Humans_ipad_dieuxjpg              God_VS_Humans_ipad_sorts

Un jeu riche en idées

Nous observons dans ce jeu, une belle collection de sorts. Tout d’abord, les sorts d’attaque et de destruction rouges comme une boule de feu, une tempête, un éclair, une pluie diluvienne… Et également, les sorts de défense bleus comme un épouvantail qui fait fuir les chefs de chantiers, une momie qui fera fuir tous les travailleurs à l’étage, en passant pas la pin-up qui remontera le moral des ouvriers…

Les concepteurs du jeu se sont fait un plaisir de développer toutes les idées qui leur passaient par leur tête. En effet, en plus des nombreux sorts à disposition, vous trouverez une collection de type d’humains différents :
– les humains de base qui répareront les dommages que vous ferez,
-des chefs de chantier qui motiveront les travailleurs pour les faire travailler plus vite,
-différents types de protecteurs qui seront en mesure de bloquer vos attaques.
-des gentils ou méchants prêtres qui monteront ou baisseront le moral des travailleurs qui seront alors moins heureux

Mais ce n’est pas fini, les différents étages ont également des caractéristiques différentes. On trouvera des étages atelier ou le bélier sera construit pour détruire les portes de votre royaume, des étages « maudits » où vos sorts bleus ne marcheront pas et tous ces étages peuvent être renforcés ce qui les rendra beaucoup plus difficiles à détruire.

God_VS_Humans_ipad_tour1

Un jeu plein de paradoxe

Voilà pour une explication du concept du jeu, mais c’est là que le bât blesse. En effet, d’un côté, il faut envoyer des sorts pour détruire la tour que les humains protègent et construisent de l’autre, il ne faut pas taper sur les humains car c’est leur niveau de satisfaction qui remplit notre jauge de pouvoir pour lancer des sorts.
Pas très logique tout ça. Résultat, le jeu se résume à chercher l’étage où il y a le moins d’humains et de s’acharner dessus jusqu’à destruction.
De plus, nous avons vu que le jeu était riche en idées de toutes sortes sur les humains, sorts et type d’étage. Malheureusement,  toutes ces idées sont trop nombreuses et on voit peu d’impacts. Résultat, très rapidement, on est noyé et on ne les prend plus trop en compte. Sans compter que le tutoriel est vraiment incompréhensible et se contente de montrer les différentes idées sans expliquer les conséquences de chacune ni même laisser au joueur le temps de les comprendre. Du coup, on se retrouve devant un jeu trop riche, c’est un comble.

Un autre aspect paradoxal sont les graphismes. En effet, le décor est tout simplement immonde, peu détaillé et avec peu de couleurs. Par contre, les personnages sont très expressifs et blindés d’animations tout mignonnettes, du coup, on tombe sous le charme tout en étant déçu par le décors.

God_VS_Humans_ipad_tour2

Un jeu répétitif

Un gros point noir de God VS Human, est le fait qu’une fois une tactique identifié, elle marche jusqu’à la fin du jeu. Je vous avouerais que je n’ai utilisé que 2 ou 3 sorts régulièrement car le combo trouvé fonctionnait trop bien. Finalement, pourquoi s’encombrer des dizaines sorts proposés.
Je vous avouerais que je suis arrivé au niveau 55 en utilisant la même stratégie sans difficulté, et qu’après j’ai continué d’utiliser la même stratégie qui ne marchait plus à tous les coups, mais en recommençant le niveau 2 ou 3 fois, hop, je passais.
Les 4 types de mythologie et la tonne de différents dieux ne changent absolument pas le gameplay, et à peine les décors.
Ah, juste un détail, en fin de mythologie, des « monstres » de fin apparaissent. Et dans cette phase de jeu, il faut tout simplement tuer ces monstres avant qu’il n’arrive tout en haut de tour… vraiment rébarbatif car il suffit de tirer dessus sans stratégie particulière.

Un jeu plein d’idées pour peu de résultats

Les développeurs de Gods vs Humans ont vraiment essayé de se donner toutes les armes pour détrôner Babel Rising en truffant leur jeu d’idées. Malheureusement, le joueur se retrouve rapidement noyé sous la tonne de paramètres à prendre en compte sans pour autant comprendre à quoi servent tous ces éléments. De plus, la répétitivité du jeu par son manque total de renouvellement plongera inexorablement le joueur dans l’ennuie.

Points forts :

– Les personnages trop mignons
– Pleins de bonnes idées

Points faibles :

– Les décors peu travaillés
– Trop de paramètres avec si peu d’effets
– Vraiment trop répétitifs

[note]La note Gamingway : 10/20[/note]

Éditeur : Anuman Interactive
Développeurs : Artefacts Studio
Genre : reflexion
Plateformes : Ipad  (et Wii depuis octobre 2010 )
Date de sortie : 15 septembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *