Test : Prison Architect (PC – Steam)

prison_architect_test_gamingway (5)Sur Gamingway, nous étions de petits voyous, mais suite à notre évasion dans The Escapists nous avons changé, et nous allons maintenant gérer notre propre centre carcéral avec Prison Architect ! Que les bandits se tiennent bien car avec l’expérience, nous connaissons toutes leurs petites astuces ;)

Prison Break… or not !

A la façon d’un Roller Coaster/Zoo Tycon, Prison Architect fera appel à tous vos talents de gestionnaire dans le but de créer et de diriger votre propre établissement carcéral. Si cela peut sembler assez facile aux premiers abords, il n’en est rien car il faudra tout orchestrer de A à Z : Gestion des finances, du personnel, construction des bâtiments, agencement des pièces etc…

Le jeu propose un mode campagne qui vous apprendra les ficelles à travers 5 niveaux et un mode libre où vous partirez de rien.

prison_architect_test_gamingway (6) prison_architect_test_gamingway (3)

Tu sais ce qu’on fait aux matons en prison ?

Premier point négatif (bon d’accord on commence par du chipotage) le jeu n’est disponible qu’en anglais … et si cela n’est pas gênant pour les dialogues (assez compréhensible en général), ça le devient tout de suite quand on parle de jeux de gestion. Il y a de nombreux menus, de nombreux objets des fiches de personnages et surtout beaucoup de termes très technique… dommage que cela coûte encore si cher de traduire un jeu aujourd’hui.

Bon, maintenant qu’on a notre quota de complaintes typiquement françaises, on peut s’afférer au vif du sujet, la construction de notre prison. Si le mode histoire nous permet d’apprendre comment créer et gérer notre établissement de façon assez facile il en est autre chose pour le mode libre. Bien souvent le début de partie et fastidieux et on se laisse vite déborder par l’afflux de prisonnier, on aurait aimer un battement avant « ouverture de la prison » afin de pouvoir préparer les lieux.

Concrètement la construction est plutôt bien fichue, on est assez libre et le système est plutôt complet, on devra créer les fondations, puis les battisses et enfin assigner une fonction à chaque lieu (par exemple pièce A = Cellule, pièce B = cantine, etc). On ira même jusqu’à gérer le réseau électrique et hydraulique en raccordant les centrales aux appareils et en investissant dans des équipement plus performants capable de faire tourner notre prison qui grandira au fil du temps.

Maintenant qu’on est un pro du bâtiment il faut quitter notre bleu de travail et enfiler le costard, car si la prison avance, les finances elles reculent ! En effet en début de partie on disposera d’un budget (illimité ou non selon votre choix en début de partie) qu’il faudra respecter, après tout c’est le but premier de ce jeu, faire une prison sûre qui rapporte un max. L’argent que rapporte la prison dépendra du nombre de prisonniers qu’elle peut contenir et surtout de la dangerosité de ces derniers. On devra également gérer tout une armée de personnel (Garde, cuisinier, médecin, ouvrier, etc) et on pourra s’occuper plus particulièrement de certain prisonnier dangereux (en cliquant sur le personnage vous trouverez ça fiche qui défini son crime et son niveau de dangerosité).

Comme on s’en doute, la prison ce n’est pas toujours tout rose, il faudra donc ce méfier de certains roublard qui déclencheront des incendies ou des émeutes (on pourra faire appels aux pompiers ou aux CRS) et afin d’éviter cela il sera conseiller de lancer des fouilles dans les cellules ou d’isoler les récalcitrant loin des esprits influençables.
Dernier petit point, vous pourrez choisir un directeur parmi 6 personnages qui disposeront chacun d’une vision bien particulière du milieu carcérale et qui octroieront donc de bonus divers et variés liés à leurs doctrines.

prison_architect_test_gamingway (2) prison_architect_test_gamingway (1)

Une prison audiovisuelle

Jusqu’ici on était conquis par le jeu, mais ça se corse quand on parle de l’aspect technique. Loin d’être moche le jeu possède un univers auquel on peu avoir du mal à accrocher. Les textures deviennent vite floues pour le peu qu’on zoom et les décors donnent vite un sentiment de lassitude.

Si on espérait  se rattraper sur la bande audio c’est raté, les sons utilisés sont plutôt réaliste ce qui ne colle pas forcement avec l’univers du jeu, le mélange est assez étrange (sans être choquant pour autant). Bien entendu pour un jeu de gestion comme celui ci ces details passent en second plan et on s’attardera plus sur le gameplay, mais Roller Tycon nous à montrer qu’on etait capable de bien plus dans ce domaine, à méditer.

prison_architect_test_gamingway (4) prison_architect_test_gamingway (1)

Vous allez en prendre pour perpet’ !

Vous l’aurez compris avec Prison Architect il ne s’agit pas uniquement de créer des prisons plus cool les unes que les autres, mais de gérer un univers carcérale au mieux, en passant par différents aspects. Le jeu est complet et propose une bonne re-jouabilité grâce au mode libre, c’est cool !

Points forts :

  • Bonne re-jouabilité
  • Gameplay très complet
  • Assez bien foutu et dynamique
  • Un mode campagne

Points faibles :

  • Direction artistique pas génial
  • Uniquement en Anglais

[note]La note Gamingway : 17/ 20[/note]

Développeur : Introversion Software
Éditeur : Introversion Software
Genre :  Gestion
Supports : PC (Steam)
Date de sortie : 6 octobre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *