Test : Dead Rising 4 Frank’s Big Package (PS4)

Sorti fin 2016 avec une exclusivité temporaire sur XBOX ONE, Dead Rising 4 est maintenant accessible aux possesseurs de PS4. Pour faire oublier la longue attente, cette version comporte tous les DLC sortis sur XBOX ONE ainsi qu’un DLC totalement inédit et assez délirant. D’où le sous-titre « Frank’s Big Package ». Tous ces bonus sont-ils suffisants pour faire craquer les joueurs ? Des éléments de réponse, sans tarder.

Un Noël qui a du mordant

Dix longues années après les événements du premier Dead Rising, Frank est ramené à Willamette par Vicky Chu, une de ses élèves, qui pense qu’un gros scoop les attend. Pour les fêtes de fin d’année, la ville, qui s’est bien remise de la première épidémie de zombies, vient d’ouvrir le plus grand centre commercial de la région. Les clients affluent par milliers pour profiter des bonnes affaires du Black Friday. Mais la belle ambiance des fêtes de fin d’année est gâchée par une nouvelle épidémie. Une affaire bien étrange, car le vaccin contre le zombisme est au point depuis longtemps et toute la population est immunisée. D’où peut bien venir cette nouvelle épidémie ? Qui se cache derrière tout cela ? Frank, qui n’est dorénavant plus le glorieux héros d’antan, compte bien faire la lumière sur ces événements atroces, tout en redorant son blason.

 

Action et enquête sans limite !

Pour cette nouvelle aventure, la série surprend les fans en supprimant la limite de temps. On n’a plus à foncer pour compléter un maximum de missions annexes, tout en avançant dans l’aventure principale en espérant avoir assez de temps pour finir le jeu avant la fin du compte à rebours. Tout cela pour profiter du monde ouvert plutôt vaste et fouiller tranquillement la ville à la recherche de tous ses secrets. Mais ce changement radical ne met plus du tout le joueur sous pression, et le charme du jeu en prend un coup !

En revanche, l’action est toujours au rendez-vous ! Des hordes de zombies attendent Frank qui doit sans cesse chercher des armes et de la nourriture pour rester en vie. Mais les morts-vivants ne sont pas les seules menaces : des survivants psychopathes, cette fois appelés « maniaques », se révèlent aussi dangereux que le reste. Une armée secrète, Obscuris, est également présente et tire à vue sans sommation. Perdu au milieu de ce chaos, Frank doit aussi tenter de venir en aide aux survivants « normaux » qui s’organisent en une sorte d’armée rebelle. Pour tirer tout cela au clair, Frank est régulièrement obligé de mener l’enquête et de chercher des indices dans l’environnement afin d’en apprendre davantage sur la situation. Tout cela grâce à son appareil photo transformé en gadget high tech par Vicky.

Un équipement digne de James Bond

Comme toujours dans Dead Rising, tous les objets, du plus simple au plus sophistiqué, peuvent devenir des armes mortelles. On peut toujours les combiner pour obtenir des armes combos dévastatrices et bien plus résistantes, à condition d’avoir trouvé les plans. Les véhicules sont toujours présents. Obscuris a également développé des exosquelettes militaires rendant son porteur aussi fort et résistant que Superman, mais pour un temps limité. En plus de toutes ces armes, Frank possède un appareil photo qui ne sert pas uniquement à faire de beaux clichés. Certes, il faut régulièrement prendre des photos pour documenter l’épidémie et remporter des défis spécifiques (hommage à Capcom, destruction, meurtres), mais il va s’avérer indispensable pour progresser dans l’aventure.

Régulièrement, Frank est obligé de mener l’enquête. Appareil photo à la main, il doit trouver des indices et des preuves et les prendre en photo pour faire éclater la vérité. Mais souvent, ces secrets sont bien cachés. Il faut alors passer en mode « vision nocturne » ou « scanner » pour mettre la main sur ce qu’on cherche. Ces modes servent également en dehors des enquêtes, comme dans les égouts quand il n’y a plus de lumière ou pour trouver une faille dans un mur épais afin de placer des explosifs pour ouvrir une brèche. Une utilisation originale de l’appareil photo qui renouvelle le gameplay, mais qui vient aussi casser le rythme effréné des combats.

 

Frank, fashion victime ultime

En plus des missions principales et annexes, Franck doit fouiller minutieusement chaque maison, boutique, bâtiment et autre lieu à la recherche de vêtements, chaussures et d’accessoires pour soigner son look. Des tenues d’hommes et de femmes attendent patiemment que Frank les découvre : combinaison de ski, uniforme militaire, tenue d’agent d’entretien ou de plein d’autres métiers, ainsi qu’un tas de tenues civiles pour tous, les looks sont cachés partout. Frank peut aussi mettre la main sur de superbes tatouages ou se faire la barbe ou moustache de ses rêves. Avec de la chance, on pourra même dénicher des tenues des héros Capcom, comme la tenue de Cammy qui sait si bien mettre à mal la virilité du héros. L’humour et la dérision sont toujours là, et pas uniquement dans les dialogues mettant en avant les répliques un peu salées de Frank, génial en anti-héros un peu trash.

Les DLC viennent eux aussi renouveler l’expérience.

Du contenu supplémentaire pour tous les goûts

Dead Rising 4 Franck’s Big Package mérite bien son nom. En plus du jeu de base, on y trouve un tas de DLC déjà sortis sur XBOX ONE ainsi que « Capcom Heroes » , un DLC inédit. Pour ceux qui en ont marre du mode aventure, le mode multijoueur permet de casser du zombie à plusieurs, jusqu’à 4. Ce mode permet de faire des missions différentes du mode principal, avec des récompenses inédites à la clé : armes en or et arbre de compétence spécifique sont quelques-unes des nouveautés de ce mode de jeu. On regrette néanmoins la disparition de la campagne en coopération !

Des DLC festifs viennent égayer les fêtes de fin d’année en proposant des décorations spécifiques. Les zombies sont donc déguisés selon un thème propre au DLC, histoire de changer un peu. Pas le DLC le plus utile, mais c’est toujours sympa. Super Ultra Dead Rising 4 Mini Golf permet de s’adonner aux joies du mini golf, tout en faisant exploser un maximum de zombies. Un petit délire entrecoupé de scènes parodiques avec Frank en animateur vedette, mais dont la lourdeur des contrôles énervera plus d’un joueur. On est loin du DLC équivalent sorti avec Dead Rising 3. Jusque-là, rien de vraiment excitant. C’est en finissant le jeu qu’on peut enfin mettre la main sur le premier DLC vraiment intéressant, l’Avènement de Frank, qui non seulement vient rallonger la durée de vie du titre, mais modifie profondément son gameplay. En effet, cette fois, le compte à rebours est de retour : Frank n’a qu’1h30 pour quitter Willamette avec un remède qui pourra le sauver. Cela rappelle furieusement le premier épisode, mais que c’est bon de combattre avec des pouvoirs de zombie mutant. Pas d’arme, pas de nourriture : pour se soigner, on mange les humains ou les autres zombies. Un DLC stressant à souhait à savourer !

L’autre petite merveille, c’est le DLC inédit Capcom Heroes. Pour ce DLC, il faut revivre l’aventure principale où les armes sont remplacées par des costumes des héros Capcom. Frank va donc momentanément se travestir en X de MegaMan, mais aussi en Ryu ou Cammy de Street Fighter et en plein d’autres personnages issus de nombreux jeux. Chaque costume donne des pouvoirs spécifiques et certains sont vraiment plus puissants que d’autres. Une très bonne idée.

 

Un bilan plutôt mitigé

On retrouve avec plaisir Frank dans une nouvelle aventure, mais tout n’est pas rose. Les bogues sont légion : les zombies restent coincés dans le décor, les PNJ aussi, ce qui peut au début s’avérer amusant devient vite frustrant quand cela empêche d’accomplir certaines quêtes. Mourir bêtement à cause d’un simple bogue d’affichage n’est pas amusant non plus. Le monde ouvert est une bonne idée, mais l’absence de stress en raison de l’abandon du compte à rebours enlève un peu de charme au jeu qui devient un peu trop classique et moins fun. L’humour un peu noir et trash est toujours là, heureusement. Mais les extraordinaires boss psychopathes ont disparu pour être remplacés par de simples maniaques sans trop de saveur. Les armes délirantes qui allaient avec ces boss manquent aussi à l’appel, ce qui est vraiment dommage. Ces défauts sont partiellement compensés par les DLC originaux et bien pensés, mais ne font pas oublier l’absence de campagne en coopération. Dead Rising 4 Frank’s Big Package est un bon jeu d’action rempli de zombies, mais il reste un cran en-dessous de Dead Rising 3, malgré les efforts de Frank pour rehausser le niveau.

Enguy

Points forts :

– Un vaste monde ouvert
– Un tas de quêtes annexes
– Des tonnes d’éléments à collectionner
– Des DLC originaux et de qualité
– Version française intégrale
– Le retour de Frank

Points faibles :

– Beaucoup trop de bogues
– Pas de campagne en coopération
– Pas de boss psychopathe
– Campagne moins stressante
– Jeu plus conventionnel que le 3

[note]LA NOTE : 15/20[/note]

Éditeur / Développeur : Capcom
Genre : aventure, action
Support : PS4
Date de sortie : 5 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *