Test : After Death (Steam)

Le metroidvania a la cote depuis quelques années, surtout chez les indés qui nous gratifient régulièrement de titres plus ou moins rétro, plus ou moins réussis.
After Death fait partie de ces petits jeux indépendants empruntant les traces d’un Super Metroid.

Difficile de ne pas voir la référence visuelle à la Super Famicom au travers de l’esthétique 16 bits de After Death. Le titre créé par un duo de développeurs français déborde d’un amour évident pour la console mythique de Nintendo.
Le gameplay est, lui aussi, résolument rétro : pas de menus particuliers pour les objets, juste un plan et les différents embranchements que les pouvoirs acquis nous permettent parfois de franchir pour explorer de nouvelles zones, afin d’affronter de nouveaux boss.
Le héros, un squelette (parce qu’après la mort, c’est souvent la gueule qu’on a), doit se frayer un chemin parmi les monstres difformes qui peuplent les divers environnements. Même si le jeu rappelle parfois Castlevania IV, le game design parait plus proche d’un Shadow of the beast, notamment dans la construction de certains levels, ainsi que dans l’esthétique des monstres et des boss.

 

Deux pas en avant, un pas en arrière

After Death n’a évidemment pas l’ambition d’un Hollow Knight, il s’agit d’un jeu développé sur des périodes de temps libre avec toutes les contraintes que cela peut entraîner. Malgré tout, l’ensemble est totalement maîtrisé et, au final, les seuls reproches que l’on pourra lui faire tiennent au genre auquel il appartient ou plutôt l’époque qu’il représente. Ainsi, la difficulté relevée, l’aspect « die & retry » très prononcé, la lourdeur des contrôles et les collisions parfois hasardeuses seront autant de raisons de pester, pour celui qui n’a pas connu une certaine époque du jeu vidéo ou ne souhaite pas la revivre.
Les autres trouveront une certaine forme de nostalgie dans la colère.
Il est important de noter que le titre propose une OST fort sympathique, composée par Francisco Cerda à qui l’on doit les musiques de Gunpoint et Jamestown (entre autres). Cette dernière est d’ailleurs disponible sur les sites d’écoute en ligne.
Si vous aimez les jolies expériences rétro et les univers 16 bits, After Death devrait vous plaire et vous occuper une bonne petite dizaine d’heures.

Ominae

Points forts :

  • Pas moche
  • Le plaisir de retrouver les sensations des 90’s
  • Le gameplay simple mais efficace

Point faibles :

  • Pas joli non plus
  • Une austérité qui ne plaira pas à tout le monde

[note] La note : 15/20 [/note]

Développeur : After Death Team
Éditeur :
After Death Team
Genre : 
Action/plateforme – Metroidvania
Support :
 PC (Steam)
Date de sortie :
 5 octobre 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *