Test : Onrush (PS4)

Vous trouvez que les concepts de jeux ne se renouvellent pas ? Vous en avez marre de vous taper des jeux de rôle, des FPS, etc. ?
Les ex d’Evolution Studios, qui sont les créateurs de Motorstorm, prennent le pari de lancer un nouveau concept : un MOBA en version course de voiture.
Vous en avez rêvé, Codemaster réalise cette folie avec Onrush, dans un déluge d’explosions et d’effets spéciaux qui va vous en mettre plein la vue. Alors ? Le pari est-il réussi ? Avons-nous devant nous un concept ultra révolutionnaire qui va avoir le succès d’un DOTA ou Fortnite ? Pas si sûr.

Le concept
On trouve ici un jeu un peu particulier avec un concept novateur. Le joueur prend le contrôle d’une voiture de type buggy ou 4×4. Le pilotage est très orienté arcade : les amateurs de Motorstorm se retrouveront bien vite dans leur élément. Mais là s’arrêtent les ressemblances. Dans Onrush, le but n’est pas d’arriver premier. Ici, il faut pousser les concurrents dans le décor, dans une des 2 équipes de 6 joueurs qui s’affrontent dans cette course. Les commandes sont très simples, on peut accélérer, freiner, activer le turbo et lancer le mode Rush. On contribue à la victoire de l’équipe en détruisant les joueurs de l’équipe ennemie ou en les ralentissant à coups de collisions, de sorties de route et takedowns. Une barre de turbo se remplie à chaque coup d’éclat, comme un drift, une collision ou un takedown. De plus, en enchaînant les performances, on peut atteindre le mode Rush…. Mais qu’est-ce donc ?
Bah tout simplement, le mode Rush est une sorte de super turbo où le moindre contact avec un autre véhicule l’enverra directement dans le décor. Dans Onrush, on ne s’encombre pas de ligne d’arrivée, non non, ici on enchaîne un maximum de takedowns en poussant et rentrant dans les adversaires. Concrètement, sur le terrain, on trouve 3 équipes : la nôtre, celle des adversaires et une équipe neutre contrôlée par l’IA. Cette dernière a pour seul but de remplir notre jauge de turbo en servant de cible.

 

 

La dimension MOBA se joue avec la possibilité de choisir différents véhicules avec des capacités différentes. Par exemple, une voiture permet de renforcer les coéquipiers aux alentours, une autre permet de semer des turbos boost pour les membres de l’équipe, une autre permet de désactiver le turbo des adversaires dans lesquels elle rentre, etc. Tous ces pouvoirs sont passifs, donc pas besoin de les activer.
Dans Onrush, il existe plusieurs modes de jeu pour renouveler le gameplay. Le premier est le mode Overdrive. Ici, rien de plus simple, il suffit juste de défoncer un maximum d’ennemis et de faire un maximum de cascades pour gagner le plus de points possibles. C’est simple, efficace, mais au bout d’un moment, très monotone. Ensuite, on trouve le mode Countdown. Dans cette phase de jeu, il faut passer les checkpoints avec la meilleure place possible pour remplir un compte à rebours de son équipe. La première équipe à arriver à 0 perd. Ici, il faudra combiner la dextérité en conduite et la capacité à faire des takedowns pour pouvoir garder la jauge de turbo la plus remplie possible. On trouve aussi un mode plutôt original, qui est le mode Switch, où le but est de survivre. On commence avec une petite moto bien frêle, et le but est de survivre le plus longtemps possible. Par contre, à chaque respawn, les ennemis reviennent avec un véhicule plus puissant, un peu comme un mode « Course aux armes » dans un FPS. Et finalement, on trouve le mode Lockdown où le but est de rester dans une zone mouvante restreinte le plus longtemps possible pour la capturer. Bien sûr, les adversaires feront tout pour pousser les gens de votre équipe dehors et s’emparer de la zone.

 

Mes impressions
J’avoue que j’étais très intrigué et curieux du concept. Du coup, j’ai sauté sur l’occasion pour tester Onrush. Le jeu commence et on se retrouve très vite dans une voiture taillée pour l’off-road qui réagit instantanément avec une conduite bien nerveuse. Le décor défile à grande vitesse et la sensation de puissance commence à monter. En cinq secondes, on a bien la voiture en main et on est prêt à en découdre et à avoir du fun ! Deux minutes plus tard, on en a eu plein les yeux avec des décors superbes, plein de poussière et d’effets, de lumière, de l’action soutenue avec des crash dans tous les sens. Oui, Oui, Oui, j’en veux encore !!! On enchaîne les sorties de route et les takedowns avec un fun évident. Le sentiment de puissance est là et le jeu est jouissif.
Par contre, au bout d’un moment, on se rend très vite compte que le bouton de turbo doit être activé en permanence si on veut avoir une chance de participer au combat, sous peine d’être régulièrement largué par le peloton. Heureusement, le jeu nous téléporte alors au milieu de l’action. Du coup, le jeu devient rapidement une recherche constante d’un adversaire à pousser. Qu’il soit de l’équipe adverse ou neutre importe peu, il faut casser de l’ennemi pour avoir une chance de garder le turbo à flot.
Néanmoins, le fun est bien présent et c’est sûrement le design des circuits qui aide énormément à garder une action constante en multipliant les tremplins, obstacles et dénivelés avec des routes larges, ce qui donne l’impression de maîtriser une voiture dans un environnement difficile, tout en provoquant des accidents volontaires. On sent l’expérience des développeurs de Motorstorm.

 

 

Après avoir engrangé plusieurs victoires, mais également essuyé plusieurs défaites sans trop avoir pu y faire grand-chose, je me suis dit que je ne m’étais pas encore penché sur la dimension MOBA du jeu. Du coup, après avoir étudié les différentes caractéristiques des voitures et essayé d’imaginer quels seraient les impacts de chacune, je me suis mis en quête de mettre un peu de stratégie dans le jeu. Et là, grosse déception : il n’y a pas de phase de stratégie pour se coordonner et jouer en cohérence avec les autres joueurs ou tenter des combos ravageurs. Il est même difficile, pendant la course, d’identifier le type de véhicule ami ou ennemi pour anticiper une attaque ou profiter d’un bonus. Finalement, la plupart des joueurs jouent perso et le côté MOBA, qui semblait si original et sympa, disparaît complètement. Finalement, faire gagner l’équipe se résume beaucoup par « faire personnellement » le plus de dégâts possibles à l’adversaire. À l’heure actuelle, je n’ai toujours pas identifié un moyen de vraiment mettre en valeur un jeu d’équipe.
En ce qui concerne les différents modes de jeu, le mode Switch est une vraie déception. En effet, la trop grande inégalité entre les véhicules fait que le jeu s’équilibre tout le temps et à la fin, le gagnant est souvent celui que le hasard a désigné. Les autres modes sont vraiment plus sympas, mais il faut avouer qu’au bout d’une dizaine d’heures de jeu, mon impression est de ne pas progresser du tout, de ne pas comprendre comment je pourrais m’améliorer, ne pas trouver de tactique. La trop grande confusion dans les parties fait qu’on commence à détecter les détails agaçants, comme le fait de « respawner » dans un mur ou sous la voiture d’un adversaire, ce qui implique d’office un crash de notre part.

 

La technique

Sur le plan graphique, une gros wahou !!! En effet, Onrush est là pour vous en mettre plein la vue. Les décors sont superbes, la poussière et les débris de métal volent dans tous les coins. Oui, il faut avouer que sur ce plan, les développeurs ont très bien joué, ce qui donne vraiment le sentiment de puissance au joueur qui a l’impression de concourir dans un environnement hostile. Et bien sûr, tout cela défile sans le moindre ralentissement. Sur le plan des bruitages et de la musique, même sentiment, entre la musique bien rythmée et les bruits de crash, donc on peut féliciter la direction artistique de Codemaster. En ce qui concerne la durée de vie, le nombre d’épreuves à débloquer est tout à fait raisonnable, par contre, la dimension MOBA qui aurait rendu le jeu à durée de vie illimitée n’est pas au rendez-vous. Sur le côté réseau, j’ai personnellement eu des difficultés de connexion et sans savoir pourquoi, alors que je suis équipé d’une connexion par câble à 150Mb/s. Mais n’ayant rien trouvé de semblable sur les forums, je dois avoir une configuration très particulière et rare.

 

Pour conclure

On trouve, avec Onrush, un jeu avec un concept vraiment novateur de MOBA de course. Avec une mise en scène impressionnante et toute l’expérience de Codemaster et des développeurs de Motorstorm, les fans de courses de voiture arcade à sensations fortes vont être ravis. Par contre, le sentiment de puissance s’affaiblit au fur et à mesure des heures passées, car la progression n’est pas vraiment évidente. De plus, la dimension MOBA n’est pas suffisamment creusée pour apporter un vrai coup de cœur. Donc, pour conclure, Onrush est très prometteur, mais laisse un goût d’inachevé. Peut-être que les mises à jour régleront ce souci, car la base est bien solide.

Acerico

Points Forts

  • Concept original de type MOBA
  • De bonnes sensations de vitesse
  • Des takedowns joussifs

Points Faibles

  • Devient vite répétitif
  • Pas de sentiment de progression
  • Pas de stratégie MOBA claire

La note : 13/20

Éditeur : Codemaster 
Développeur : Codemaster 
Genre : MOBA avec des 4×4
Plateforme : PS4 (existe sur XBOX one et PC steam)
Date de sortie : 5 juin 2018

 

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de