Test : Fantasy Life (3DS)

3DS_FantasyLife_jaquetteQui n’a jamais rêvé de vivre une vie fantastique, fantasmagorique, fantaisiste, une “Fantasy Life” tout simplement ? Qui n’a jamais rêvé d’un jeu tout mignon, où il serait possible de choisir l’apparence de son personnage, de customiser sa maison, d’avoir un métier sympa et rigolo et de partir à l’aventure ? A toutes ces personnes je répondrais : allons voir de plus près ce que nous réserve ce titre merveilleux sur 3DS.

 Voyage en terre inconnue

Le studio Level-5 nous a récemment apporté pas mal de jeux bien sympas qui mélangent à la perfection animation traditionnelle et scénario de qualité. On citera, par exemple, Ni no Kuni (en collaboration avec le studio Ghibli) ou encore la série des Professeur Layton. Fantasy Life se situe dans la même veine et, il est suffisamment riche pour qu’on ne soit pas surpris lorsqu’on apprend, qu’à la base, il s’agissait d’un projet de MMORPG qui s’est par la suite transformé en jeu pour la 3DS.

Fantasy_Life_map fantasy_life_11

Vous aimez Animal Crossing ? Harvest Moon ? les RPG mignons et avec de l’action ? Laissez-moi vous dire que Fantasy Life est fait pour vous. En effet dans ce jeu vous incarnez un personnage, homme ou femme, dont vous pouvez choisir l’apparence : forme du visage, forme et couleurs des yeux, coiffure etc., ainsi qu’un nom approprié pour votre héros. Il vous sera ensuite demandé de choisir un métier, appelé ici “Carrière”, et qui impliquera une activité des plus héroïques, tel que Paladin ou Mercenaire, ou plus originales et marrantes, tel que Cuisinier ou Pécheur. Et croyez-moi, le choix s’avère bien plus difficile qu’il n’y paraît, déjà parce que le costume associé à chaque carrière est drôlement mignon et très personnalisé, mais en plus parce que cela changera complètement les tâches que vous pourrez effectuer dans le jeu. Rassurez-vous, il sera possible de changer de carrière en cours de route et donc d’effectuer des actions diverses et variées, mais autant commencer par celle qui vous attire le plus.

Une fois lancé dans le jeu, vous vous retrouverez dans la ville de Castel sur Rêveria et vous voilà déjà en train de courir partout, d’être convoqué par le roi dans son château, de commencer vos activité liées à votre carrière et j’en passe. Les cinématiques sont de véritables dessins-animés (sans parole, mais en musique, et elles sont signées Nobuo Uematsu) qui vous plongent tout de suite dans ce charmant univers magique et il faudra suivre tout le tutorial (appelé ici “prologue”) afin de comprendre comment progresser dans le jeu et comment bien maîtriser votre premier métier. Une des grandes forces du titre est la possibilité de changer de Carrière n’importe quand durant la partie, sans pour autant perdre vos capacités déjà acquises dans une autre carrière. Ainsi, comme elles sont au nombre de 12, vous pouvez aisément switcher de l’une à l’autre, par exemple pour récupérer des produits que vous trouverez en vous promenant partout sur la grande map du jeu (du poisson en pêchant, du minerai en étant mineur ou encore du bois de différents arbres en tant que bûcheron). A chacun ici d’appréhender l’aventure comme il le désire. D’ailleurs vous pouvez tout autant vous exercer dans votre carrière de prédilection, que gagner de l’expérience en allant combattre des monstres ou encore préférer avancer dans l’histoire.

fantasy_life_06 fantasy_life_12

Des Racines et des Ailes

 Dans la ville de Castel, vous commencez votre aventure dans un petit grenier que vous pourrez meubler au fur et à mesure, en achetant ou même en construisant vous-même vos meubles. Et oui, ici tout est customisable, à la manière d’un Animal Crossing, et ce, même s’il n’y a pas de Tom Nook à l’horizon remplacé ici par une gentille Maggie qui vous proposera de nombreuses habitations, à votre goût ou non, selon l’argent que vous aurez empoché. Si certains métier vous pousse à la création, d’autres vous feront partir à l’aventure. A chaque joueur sa façon de progresser dans Fantasy Life. Pour ce faire, vous retrouverez différentes façons de gagner de l’expérience : vous pouvez obtenir des étoiles qui sont liées aux défis remportés dans votre carrière, de l’expérience “standard” qu’il sera possible d’acquérir en tuant des monstres ou en aidant des habitants de Rêveria lors de mini-quêtes, ou encore, une dernière catégorie, qui est “la liesse” et qui sont des points de bonheurs obtenus en visitant divers endroits lorsque l’histoire vous le demande ou encore en rencontrant les bonnes personnes. Cette dernière catégorie est très importante car, non seulement elle vous permet de débloquer des fonctionnalités du jeu tel qu’avoir un sac qui contient plus d’objet ou encore d’adopter un animal (voire plusieurs) mais surtout c’est grâce à ces points acquis que l’histoire va continuer, donc il est primordial de bien suivre ces demandes.

Il faut l’avouer, le scénario de Fantasy Life n’est pas très sophistiqué et, même si de mystérieuses Pierres du Chaos qui semblent provenir de Lunares viennent noircir un peu le tableau et apporter quelques rebondissements, l’histoire n’est ici qu’un prétexte à une exploration profonde de Rêveria. D’ailleurs, divers compagnons pourront, parfois, vous accompagner dans vos aventures. Que ce soit vos familiers ou des habitants du village, vous pouvez vous déplacer en groupe afin d’affronter les monstres visibles sur la carte. Le système de combat n’est pas très évolué, il s’agit d’un action-RPG où il suffira de taper sur les monstres (ou de les éviter) mais il reste suffisant et efficace malgré tout. Un cycle de jour et de nuit est également de la partie et les monstres rencontrés le soir sont bien plus nombreux et coriaces. Vous pourrez également battre des monstres plus gros et costauds (et plus rares aussi) que les autres et obtenir des butins que vous pourrez échanger au bureau des carrières contre de l’argent et un item.

Le jeu se joue intégralement au stick et à l’aide des boutons, comme tous RPG de la 3DS, et, seul petit bémol, le bouton « A » qui sert à combattre les monstres, sert également à faire les actions ou à ramasser les objets. Il faudra donc systématiquement ranger son épée (ou sa dague) avant de faire quelque chose sous peine de se retrouver à taper sur tout et n’importe quoi, y compris votre précieux butin déjà ramassé. On se fait avoir plusieurs fois et il faut donc être très attentif.

fantasy_life_04 fantasy_life_05

 La parenthèse inattendue

Graphiquement, il faut bien le dire, le jeu est somptueux. Un must pour la 3DS, mélangeant une vue en 3D réussie ainsi qu’une patte “dessin-animé” du plus bel effet. Ce n’est pas utile, car elle est très bien gérée, mais il est possible de tourner la caméra à l’aide des gâchettes de la console. Je vous conseille toutefois de le faire de temps en temps afin de trouver des coffres cachés derrière les bâtiments ou les rochers. La musique ainsi que l’ambiance sonore ne sont pas en reste et sont eux aussi très variés et parfaitement dans le thème.

Les personnages sont nombreux et bavards et, même si leur dialogues ne sont pas des très intéressants ni surprenants, cela reste frais et sympathique à l’image du jeu. Les textes bénéficient d’une très bonne traduction en français et ils s’adaptent à la perfection au sexe de votre personnage (ainsi, le féminin sera de mise lorsque les gens s’adressent à vous au cours du jeu si vous avez choisi d’incarner une fille au début du jeu). Dans le même ordre d’idée, on peut noter que les filles/femmes ne sont pas en reste dans le jeu et ont une très bonne place dans l’aventure : des personnages féminins haut en couleurs, dynamiques et qui ont la classe ! Cela peut sembler anodin, mais ça mérite d’être souligné, car la parité est encore trop rare dans certains jeux d’aventure.

Le jeu peut se parcourir en une vingtaine d’heures, voire plutôt une trentaine si l’on s’essaye à toutes les carrières et si l’on poursuit les différentes quêtes proposées par les PNJ. Un système de streetpass est également de la partie ainsi qu’un mode multijoueur jusqu’à 3 joueurs (possédant tous le jeu sur leur 3DS). Il sera alors possible d’échanger des objets ou des cadeaux via un coffre qui se trouve dans la guilde des carrières, de la déco pour sa maison, ainsi que de partir à l’aventure ensemble.
Rien n’a été mis de côté ou oublié pour faire de Fantasy Life un jeu amusant, mignon et où l’on ne s’ennuie pas.

fantasy_life_10 fantasy_life_09

Même s’il a mis de nombreuses années à débarquer en France, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce Fantasy Life sur 3DS. Habile mélange entre une simulation de vie marrante à la “Animal Crossing” mais avec un véritable coté action-RPG, le jeu permet de crafter, de décorer et de progresser de diverses façons tout au long de l’histoire sans s’ennuyer. Adapté aux enfants (qui savent bien lire) et idéal pour les grands qui aiment ce genre d’univers mignon, il s’agit, pour moi, d’un des meilleurs jeux sur 3DS.

Sironimo

Les points forts :

  • Graphiquement réussi
  • Très complet
  • Les différentes carrières
  • Pas répétitif
  • Bonne durée de vie
  • Très bon portage en français
  • Le coté RPG bien présent
  • Les cinématiques animées et la musique
  • Le multijoueur

Les points faibles :

  • Un peu niais (mais c’est dans le thème)
  • La touche A qui sert à tout

[note]La note Gamingway : 19/20[/note]

Développeur : Brownie Brown
Editeur : Level-5
Genres : Action-RPG / Simulation de vie
Supports : 3 DS
Dates de sortie : 26 septembre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *