Test : Total War Warhammer (PC)

totalwar_warhammer010Après des années passées à travailler sur des jeux de stratégie historiques, Creative Assembly s’attaque à un monument de la fantasy avec Warhammer. Reste à voir si la formule classique s’adapte à l’univers de Games Workshop.

Pour de nombreuses personnes, le monde de Warhammer est une institution, avec Donjon & Dragon, l’univers d’Heroic Fantasy le plus connu au monde. Quand on sait que tout le succès de Blizzard repose sur une « copie » de la licence Games Workshop, il est normal d’attendre de grands jeux issus de cette dernière.
Parmi les grands noms de la stratégie en jeux vidéo, Creative Assembly se classe sans le moindre problème sur le podium avec sa série des Total War. Lorsqu’il a été évoqué le nom de Total War : Warhammer, tous les fans de la licence en ont frémi d’impatience.

Guerre totale

Pour les quelques joueurs ne connaissant pas la série des Total War, il est bon d’en rappeler les bases, d’autant qu’en 16 ans, la formule globale n’a que peu changé. Elle se distingue des autres STR par son mélange entre gestion, tour par tour et temps réel. Le gameplay peut être séparé en deux parties distinctes, la gestion des villes (camps/bases) et les batailles. La première partie se déroulant en tour par tour et la seconde en temps réel.
Maintenant, même si cette phase gestion occupe une grande partie du titre, la série Total War est essentiellement connue pour ses batailles massives (qui ont toujours eu tendance à mettre les PC à genoux).
Tout le gameplay est basé sur une bonne synergie entre les unités, en jonglant entre micro et macro gestion. Les batailles n’en sont que plus dynamiques et relativement différentes d’une partie à l’autre.

totalwar_warhammer003 totalwar_warhammer002

Si j’avais un marteau

Aujourd’hui, c’est donc au monde de Warhammer que Creative Assembly s’attaque et cela entraîne forcément des changements. Au-delà de la sortie d’un contexte réaliste, il faut prendre en compte les différences entre les factions, très présentes dans l’univers de Warhammer Battle. En dehors de l’Empire qui se joue de façon plutôt classique, il faut s’habituer aux mécaniques de jeux d’armées, telles que celles des orques ou des vampires.
Les nains, spécialistes des unités mécaniques et du combat à distance, n’ont pas accès à la magie.
L’autre point qui change des autres titres de la franchise Total War concerne les héros (équivalent des généraux des jeux précédents) qui sont extrêmement puissants. Leur importance stratégique est encore plus marquée qu’avant et surtout, il n’aura jamais été aussi utile de les jeter dans la mêlée. Les mécaniques de jeu liées à la gestion des villes et des armées sont, elles aussi, différentes d’une armée à l’autre. Tous n’ont pas besoin de développer leur ville pour évoluer sur l’arbre des technologies, ou plus précisément, pas de la même façon. Les Vampires peuvent, par exemple, recruter des soldats parmi les morts.
Maintenant, le titre étant issu d’une licence qui n’a jamais articulé ses mécaniques autour de la gestion de bases ou de villes, il ne faut pas attendre un contenu complexe à ce niveau là ; il s’agit certainement, même, de l’un des Total War les plus légers sur la partie gestion. Les fans de la série de Creative Assembly risquent d’en être un peu déçus.

totalwar_warhammer001 totalwar_warhammer006

La horde sauvage

Sur le champ de bataille, nous restons en territoire connu. Le joueur contrôle des armées toujours plus grandes en temps réel. Une bonne gestion des placements, déplacements et de la topographie permettent de remporter la victoire. Un joueur expérimenté peut tout à fait gagner, alors qu’ils semble en infériorité numérique. Après, il vaut toujours mieux écraser son adversaire par le nombre, technique qui reste la plus sûre façon de l’emporter.
D’une certaine manière, ce qui a été perdu d’un côté a été gagné d’un autre et si la partie gestion a perdu en complexité, les batailles ont, quant à elles, gagné en intensité. Avec des héros de plus en plus puissants au fur et à mesure de la progression, ainsi que des unités extrêmement variées, les combats deviennent assez rapidement titanesques. L’amateur de la franchise Warhammer Battle retrouvera tout le plaisir du jeu de plateau. La seule chose qui peut s’avérer perturbante par rapport à la version « table » est le côté un peu fouillis lié au genre même des Total War.

totalwar_warhammer007 totalwar_warhammer008

Vous êtes sûr pour le nom ?

Il aurait été quand même plus facile d’appeler le dernier né de Creative Assembly « Total Warhammer ». Tout d’abord, parce que la répétition c’est mal et deuxièmement, car le pari de l’adaptation est franchement réussi. Cela étant dit, tout n’est pas parfait dans le vieux monde. Au rang des déceptions, il faudra compter sur la répétitivité des situations dans la campagne solo : malgré une agréable diversité dans le gameplay, on a le sentiment de refaire la même partie, quelle que soit la faction. Autre point négatif, le nombre réduit de factions au départ. Vous n’aurez accès qu’à quatre armées différentes et surtout, sans le chaos qui est disponible en DLC à la sortie du titre (gratuit pour ceux ayant pré-commandé le jeu). L’armée vampire est très chouette, mais il aurait été autrement plus logique que ce soit elle qui soit proposée en « bonus », plutôt que le Chaos qui est un des acteurs majeurs de l’univers Warhammer. La légèreté des phases de gestion, évoquée auparavant dans cette critique, peut également poser soucis aux puristes.
Ensuite, et pour pinailler un peu, il est possible de reprocher certaines réactions de l’IA qui sont plus liées aux mécaniques Total War qu’à la cohérence de la licence Games Workshop. Par exemple, voir les nains mendier la paix auprès des orques est une situation hautement surréaliste.
Reste le mode multijoueur qui, même s’il n’est pas nécessairement l’élément le plus attendu par les fans de la franchise Total War, garantit une durée de vie colossale. D’autant que d’autres armées devraient arriver rapidement dans les prochains DLC.

Maintenant, ne nous y trompons pas, Total War Warhammer reste une franche réussite et l’une des meilleures adaptations de la licence sorties à ce jour. De plus, contrairement aux précédents Total War, l’optimisation est plutôt efficace et ne fera que rarement ramer votre PC (si vous avez une machine un peu puissante, s’entend).
Bon, par contre, excusez-moi, mais il y a des peaux vertes qui veulent tâter de mes canons.

Points forts :

  • L’univers Warhammer fidèlement adapté
  • La variété de gameplay entre les factions
  • Les batailles toujours plus titanesques
  • Le système des héros
  • La finition et l’optimisation

Points faibles :

  • Des batailles un peu brouillonnes
  • La partie gestion en retrait
  • Peu de factions
  • Campagne solo répétitive

LA NOTE : 17/20

Éditeur : Sega
Développeur : Creative Assembly
Genre : Stratégie
Supports : PC
Date de sortie : 24 mai 2016

Enregistrer

Enregistrer

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de