Test : SingStar Celebration (PS4)

On avait perdu l’habitude de voir sortir un SingStar complet, au profit de chansons uniques et autres packs sur la boutique en ligne. SingStar Celebration a ainsi profité des possibilités apportées par le service PlayLink de Sony, de quoi lui permettre d’être disponible dans un pack de 4 jeux, ainsi que seul en physique, mais également en dématérialisé, et surtout de pouvoir chanter à l’aide de son smartphone. Par ici la chanson !

SingStar 2.0

D’emblée, on se dit tout de même que le PlayLink n’apporte rien de bien nouveau. Simplement car depuis 3 ans déjà avec SingStar Ultimate Party, la franchise propose de suppléer tout éventuel micro par un smartphone. Excellente idée à l’époque, reprise depuis par la concurrence. Rien d’innovant donc, de ce côté. Il suffira de télécharger l’application SingStar Mic, gratuite pour Android et iOS. Mais si vous possédez déjà des micros ou en achetez pour l’occasion, vous pourrez les utiliser, à l’instar des précédents épisodes. Vous ne serez pas forcé(e)s de chanter avec un téléphone, car SingStar Celebration figure dans la gamme PlayLink.

Comme depuis longtemps, souvenez-vous la fonction vidéo sur PS2 avec l’EyeToy ou déjà à l’époque de la PS3, l’identité communautaire, la série assure concernant la capture de performances et la dimension sociale. On aura à nouveau l’occasion d’enregistrer nos meilleures séquences via la PlayStation Camera, mais surtout les pires, et les partager en ligne. Les membres s’avérant nombreuses/eux et actives/ifs, vous trouverez sûrement du monde pour jouer au jury de télé-crochet avec vous. Il ne faudra donc pas être susceptible. Les moments les plus marquants restant ceux créés en bande, dans votre salon par exemple. Et ce qui se passe dans le salon, reste dans le salon !
Mais l’opportunité de les conserver, sans prendre trop de place, c’est à noter, s’avère un bon moyen de se rappeler des instants hilarants entre nous. Même si certain(e)s préfèreraient que cela ne sorte pas du cadre privé. En tout cas, l’outil est utile et excellent. Par la suite, comme tout réseau social, c’est à nous de savoir le faire vivre de manière qualitative. Peu importe le niveau de chant des membres, surtout que l’on en est les premières casseroles.

Excuse my french

Le nerf d’un jeu de chant restera certainement ad vitam æternam sa palette de titres. On vous laisse donc faire le tour de celle de SingStar Celebration, puis l’on reviendra dessus juste après :

Adele – Hello
ABBA – Dancing Queen
Amy Winehouse – Rehab
Avicii – Wake Me Up
Blondie – One Way Or Another
Brandi Carlile – The Story
Britney Spears – Oops!… I Did It Again
Calvin Harris & Disciples – How Deep Is Your Love
Ella Henderson – Yours
Elle King – Ex’s and Oh’s
Fun. – Some Nights
Hilary Duff – All About You
Iggy Azalea feat. Charli XCX – Fancy
Jason Derulo – Want To Want Me
Kings Of Leon – Use Somebody
Lost Frequencies – Are You With Me
Marvin Gaye & Tammi Terrell – Ain’t No Mountain High Enough
Meghan Trainor – All About That Bass
Oasis – Wonderwall
OMI feat. Nicky Jam – Cheerleader
One Direction – What Makes You Beautiful
Roxette – It Must Have Been Love
Shawn Mendes – Stitches
Sia – Cheap Thrills
Tegan And Sara – Closer
The Chainsmokers feat. Halsey – Closer
U2 – I Still Haven’t Found What I’m Looking For
Wham! – I’m Your Man
Young – Rising Sons High
Zara Larsson – Lush Life

Vous l’aurez compris, si vous êtes du genre à ne vouloir/pouvoir pousser la chansonnette qu’en français, ou du moins n’importe quelle autre langue hormis l’anglais, vous n’êtes pas sorti(e)s de l’auberge. Énorme mauvais point évidemment, tant les karaokés rassemblent tous les publics comme jamais. De tout âge, même les réfractaires aux jeux vidéo. Sauf qu’à partir du moment où seul l’anglais figure au rendez-vous, l’assemblée s’amenuise considérablement.

Autrement, les genres et les époques arrivent à bien se mélanger. Entre ABBA, Blondie, Britney dans ses premières périodes, Jason Derulo, Kings Of Leon, Roxette, Tegan And Sara ou encore Wham!, on a de quoi faire et surtout de quoi contenter tout le monde. Enfin, tout le monde… à condition de chanter en anglais, comme vous le savez. Ce qui n’est pas vain, tant certains volets passés ont eu droit lors de soirées à des « Ah non, c’est en anglais, je ne le fais pas ». Reste le magasin en ligne, ce qui n’a rien à voir avec le jeu de base, puisqu’il faudra débourser des deniers supplémentaires. Cependant, si vous y cherchez des pistes françaises, vous risquez de vite déchanter.

Celebrate good times, come on

Dans l’éventualité où vous décideriez d’aller au-delà de votre méconnaissance de l’anglais ou tout simplement d’un morceau, vous aurez encore et toujours la désagréable rencontre avec le système de défilement des paroles de la saga. Il vaut vraiment mieux déjà bien les connaitre. Ou à la rigueur, savoir chaque moment où les interprètes originales/aux dégaineront la voix. Sans cela, on sera juste ridicule, tant l’on ne peut gérer sans un certain apprentissage.
Nul besoin toutefois de connaitre les textes sur le bout des doigts. Vous pourrez toujours tricher sans vergogne en fredonnant des « ahaha » ad lib. Mais ne vous plaignez pas si l’on vous vire de la soirée ! Il faut jouer le jeu en chantant ce qui est marqué à l’écran.

Surtout que SingStar Celebration a le bon ton de s’inscrire dans une démarche multijoueur, la base même du karaoké. Ceci au travers du mode fête, permettant de s’affronter jusqu’à 4 contre 4 en plusieurs manches, sous diverses approches. Du classique duel, on pourra enchainer par un medley en équipe ou l’un(e) passe le micro… Le défi est ainsi constamment renouvelé, de quoi offrir pas mal de surprises. C’est ensuite à nous de savoir de quelle manière on désire procéder. Soit le hasard fait les choses, soit on passe au-delà et l’on laisse chacun(e) user de sa plus grande qualité ou l’inverse. De quoi approfondir ce mode en direct.

 

Même si son mode fête fonctionne très bien et que son réseau social approfondit les possibilités communautaires, SingStar Celebration n’apporte aucune nouveauté transcendante. On savait mixer les épreuves sans aide du jeu et de nombreux aspects sociaux furent déjà là. En revanche, ne trouver que des morceaux en anglais ampute l’expérience, tant beaucoup ne s’y essaieront même pas, ne sachant point le lire, en sus du défilement des paroles toujours pas réglé comme il le faudrait.
L’amusement est donc là, mais des détails non anodins font qu’il sera entravé et rassemblera moins de personnes que lors de précédents volets.

Inod

Points forts :

– Le réseau social
– Mode fête
– Variété des titres

Points faibles :

– Chansons uniquement en anglais
– Défilement des paroles mal calibré

[note] La note : 13.5/20 [/note]

Développeur : SIE London Studio
Éditeur :
SIEE
Genre :
Chant
Support :
PlayStation 4
Date de sortie : 22 octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *