Test : Shadow Puppeteer (Wii U)

WiiU_ShadowPuppeteer_titleD’abord sorti sur PC, Shadow Puppeteer est maintenant disponible sur Wii U. Alors, le jeu est-il lumineux ? Ou s’enfonce-t-il dans les tréfonds obscures ? Voyons tout de suite de quoi il en retourne.

Puppet Mastaaaa !

Pour vous mettre dans l’ambiance, imaginez un monde à la Tim Burton ou une atmosphère comme le film d’animation Coraline. Nous y voila, nous sommes dans un petit village un peu sombre et très mystérieux avec des couleurs noires et violettes. Les personnages ont un visage maladivement pâle et allongé, mais surtout ils n’ont pas de bouche et c’est logique vu que les dialogues sont inexistants dans ce titre.
Maintenant que le décor est planté, revenons un peu sur l’histoire. Un petit garçon est réveillé en plein nuit par une étrange musique. Nous découvrons alors, à l’aide d’une petite cinématique, qu’un singulier personnage maléfique est en train de voler les ombres de tous les habitants à l’aide d’une boite à musique habitée d’un étrange sortilège. Le méchant de l’histoire, outre sa silhouette blafarde et sa boite à musique, est reconnaissable grâce à 5 lampes violettes qui pendouillent au-dessus de sa tête. Il dérobe ainsi toutes les ombres, avant que la manivelle de sa boîte ne casse, ce qui l’empêchera de s’emparer de l’ombre de notre petit garçon qui, bien entendu, est le héros du jeu. L’histoire se déroulera donc dans 5 mondes différents à la poursuite du Shadow Puppeteer afin de libérer les âmes qu’il a emprisonnées.

shadow-puppeteer-sarepta-studio WiiU_ShadowPuppeteer_02

Le Muppet Show

Dans ce conte assez sombre, il faudra jouer à la fois le personnage principal mais aussi et surtout, son ombre, et c’est bien là que se situe tout l’intérêt du titre ! En effet, il est possible de jouer en solo, en manipulant à la fois le héros ainsi que son ombre, mais ce gameplay asymétrique est assez compliqué à manier, mais il est également possible de jouer à 2, en coopération et cela s’avère beaucoup plus maniable. Par contre, pour le mode 2 joueurs (en local), il faudra bien penser à synchroniser une deuxième manette à sa Wii U sous peine de se voir refuser l’option “coopération” sans comprendre pourquoi, ou alors il faudra chacun partager une moitié de gamepad, ce qui n’est franchement pas pratique !
Le jeu met alors en avant 2 gameplay différents : le premier où le personnage se déplacera dans toute la pièce (en 3D) et le second, l’ombre contre le mur, uniquement en 2D sur les parois ou le sol. Dans tous les cas, il ne faudra pas que les 2 personnages, attachés par un lien magique, ne s’éloignent trop l’un de l’autre sous peine de disparaître. Vous l’aurez compris, autre contrainte, certaines actions sont à effectuer sur les ombres des objets, alors que d’autres éléments doivent être déplacés dans “le monde réel”. Tout l’intérêt du jeu se situe ainsi dans le fait d’arriver à faire progresser les 2 personnages et de déjouer les pièges, d’éviter les trous ou autres éléments perturbateurs pour l’un comme pour l’autre. Les interactions entre le personnage principal et son ombre sont le cœur de tout. Par exemple, un objet brandi au-dessus de sa tête par le héros créera une zone sombre contre le mur avec laquelle pourra alors interagir votre ombre. Malin !

shadow_puppeteer-06 WiiU_ShadowPuppeteer_05

Ombre chinoise

Au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire, le joueur débloquera des pouvoirs qui lui permettront notamment de créer des cordes sur lesquelles votre ombre pourra marcher ou encore des ciseaux pour couper certains reflets sur une paroi et aller de l’avant.
Notons que l’on progresse dans 5 mondes différents, des mines profondes à la ville mécanique, et que chaque monde propose des énigmes différentes et à la difficulté croissante. À la fin de chaque univers, on sera à 2 doigts de rattraper le Shadow Puppeteer, qui, fou de rage, cassera une de ses lanternes violettes dont on vous parlait au début de ce test, lampes magiques qui renferment un boss fantomatique de fin de niveau.
Là où se situe la force du titre c’est que, dès qu’une routine s’installe, il a la faculté de se renouveler et de trouver de nouvelles mécaniques de réflexion pour progresser dans les niveaux. Par exemple, notre ombre disparaîtra si elle se rapproche de certaines lumières, ou encore elle s’étirera sous un éclairage changeant pour atteindre des lampadaires et tourner autour de cet axe (comme on peut graviter autour d’une planète, principe que l’on connaît mieux dans le jeu Super Mario Galaxy).

WiiU_ShadowPuppeteer_04 shadow_puppeteer-05

Shadow Puppeteer comporte malgré tout certaines petites imperfections, notamment les temps de chargement qui sont particulièrement longs. D’autre part, la perspective est parfois hasardeuse et, par conséquent, notre personnage tombera régulièrement dans des trous dans le sol que l’on aura mal appréhendé, ou carrément il disparaîtra dans des interstices imperceptibles entre 2 plates-formes parfois invisibles derrière un toit de bâtiment ou autre.
Heureusement, des cerfs-volants jalonneront votre parcours et serviront de check-point, ce qui permet de reprendre une progression ratée sans pour autant recommencer tout le niveau. Également disposées un peu partout, des petites boules lumineuses sont à récupérer dans les niveaux, rendant le challenge encore plus alléchant. Elles ont une couleur différente selon le personnage qui doit les récupérer et sont très souvent dissimulées ou disposées dans des recoins difficiles à atteindre. La durée de vie du titre s’en voit d’ailleurs un peu rallongée (comptez une petite heure par monde, soit environ 5h au total) pour celui qui voudra toutes les récupérer.

WiiU_ShadowPuppeteer_03 WiiU_ShadowPuppeteer_06

Shadow Puppeteer tient bien son nom. En effet, ici tout n’est que jeu d’ombre et de lumière et, même s’il sera recommandé de jouer à deux, le titre peut tout aussi bien être parcouru en solo, mais demandera plus de dextérité et de patience car il faudra à la fois contrôler le personnage ainsi que sa silhouette. Sarepta Studio signe ici un petit jeu, pas vraiment original, mais qui s’avère fichtrement bien pensé. On ne s’ennuie pas pendant les 5 heures que propose le titre et je le recommande à tous ceux qui veulent se creuser les méninges à 2 !

sironimo

Points positifs :
– La coop locale !
– les mécaniques de jeu entre les 2 personnages
– Se renouvelle d’un niveau à l’autre
– Univers pas vraiment original mais sympathique

Points négatifs :
– Temps de chargement longs
– Parfois mauvaise visibilité

[note]La Note Gamingway 14/20[/note]

Développeur : Sarepta studio
Éditeur : Sarepta studio
Genre : Aventure / Réflexion
Supports : PC, Wii U (eShop)
Date de sortie : 21 janvier 2016 (sur Wii U), 29 septembre 2014  (sur PC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *