Test : Hidden Agenda (PS4)

Pour sa nouvelle gamme de jeux PlayLink, qui doit apporter toute la convivialité des jeux multijoueurs made in Nintendo à la petite dernière de Sony, le constructeur japonais voit les choses en grand et dégaine Hidden Agenda, par les créateurs d’Until Dawn. Voyons donc si Supermassive pourra rééditer son exploit.

Le téléphone, l’arme du crime

Pour cette gamme PlayLink, la manette est remplacée par un smartphone ou une tablette. Il est donc nécessaire de télécharger l’application correspondant au jeu choisi avant de s’amuser. La PS4 et le téléphone ou la tablette doivent également être connecté.e.s au même réseau Wifi. On ne peut donc pas laisser les données mobiles activées sur son téléphone. Des petits réglages nécessaires pour bien jouer, mais pas de panique, car le jeu peut aussi attendre bien sagement que tout soit configuré correctement avant de se lancer. Pour ça, c’est rapide et simple d’utilisation. La communication entre le téléphone/la tablette et la console se fait d’ailleurs sans problème et réagit au quart de tour. Des petites choses qui pourraient présager d’un grand jeu.

Un thriller interactif

Le jeu débute par une scène de crime : le Piégeur, tueur en série complètement barré, est surpris par la police avec sa dernière victime. Le joueur incarne l’un des policiers présents et doit rapidement faire des choix cruciaux, comme choisir de sauver la victime ou son coéquipier. Il suffit simplement de faire glisser son doigt sur la droite ou la gauche de l’écran de son smartphone/sa tablette pour choisir. Mais les choix ont souvent des conséquences lourdes, comme la mort d’un personnage. Il faut donc réfléchir un peu pour voir l’histoire se dérouler presque comme on le souhaite. D’entrée, on est face à un film policier interactif dans lequel le joueur semble pouvoir agir pleinement sur l’histoire et son déroulement. Les premiers choix faits, le Piégeur se fait arrêter et avoue tous ses crimes, ce qui lui vaut la peine de mort. Cependant, 5 ans plus tard, alors qu’on va l’exécuter, il se rétracte et affirme que le tueur est une autre personne. Qui est réellement l’assassin ?

C’est ce qu’il va falloir découvrir en ré-ouvrant de vieux dossiers, en cherchant des indices et en faisant les (bons ?) choix qu’on souhaite, téléphone/tablette à la main. Le tout en suivant 48 h de la vie de l’enquêtrice Becky Marney (interprétée par la superbe Kattie Cassidy – Les Griffes de la Nuit, Arrow) et de la procureure Felicity Grave (Christy Choi). Un casting de choix pour un jeu qui n’est pas toujours à la hauteur de la blonde Kattie.

Un thriller pas très social

L’aventure solo est un véritable régal, tant l’ambiance est mature, parfois stressante, et les choix nombreux. On est bien tenté de refaire l’enquête pour tenter de trouver tous les embranchements. Mais aura-t-on vraiment la patience de refaire entièrement l’enquête juste pour changer quelques choix ? On se demande aussi pourquoi le smartphone/la tablette est indispensable. Il est vrai que ce deuxième écran indépendant permet d’afficher toutes les informations annexes (intrigues, biographies des personnages, etc.) sans passer par des menus sur la télévision, ce qui ne casse pas le rythme du jeu. Cependant, est-ce vraiment indispensable ? La plupart du temps, le téléphone/la tablette ne sert à rien !

C’est à plusieurs qu’on se pose encore plus de questions ! En effet, le jeu va suivre les choix faits par la majorité. Il va donc falloir se mettre d’accord. Cependant, le jeu étant très réactif, le moindre geste sur l’écran compte comme une décision définitive. On ne peut donc pas commencer un geste et changer d’avis immédiatement, ce qui est souvent frustrant. Pourquoi ne pas pouvoir valider son choix en appuyant sur un bouton ou autre ? En mode compétition, c’est la recherche du meilleur score qui va motiver les joueurs, et les réactions vont être totalement absurdes, surtout en raison des cartes permettant de contrôler totalement l’histoire pour lui faire prendre des virages à 90°. De quoi vraiment perturber ses adversaires et faire sombrer le scénario dans des incohérences énormes. De quoi aussi forcer les joueurs à voir la moins bonne fin, uniquement pour s’assurer du meilleur score. Il faut donc, à plusieurs, parfois se résigner à faire les choix qu’on souhaite vraiment et sacrifier l’histoire uniquement pour prendre la tête. Un concept un peu surprenant qui a légèrement tendance à gâcher le plaisir de jouer.

Une expérience à moitié satisfaisante

Il faut reconnaître que les développeurs de Supermassive savent créer des histoires passionnantes et sombres à l’ambiance scotchante. Les expressions faciales, le grain de peau, les textures des habits, la pluie et les effets de lumière sont parfaitement maîtrisés et semblent souvent naturels. Cependant, les magnifiques visages très détaillés et admirablement animés contrastent atrocement avec le reste du corps, très rigide et animé de manière grossière. Les doublages anglais sont excellents, les doublages français un peu moins. Pour rendre le jeu accessible au plus grand nombre, des sous-titres français sont également présents. De bonnes choses qui n’équilibrent pas les points négatifs, comme une aventure très courte (environ 2 heures), l’impossibilité de sauvegarder quand on veut ou le concept de jouer via son smartphone/sa tablette, vite gênant si on reçoit un appel ou si une application s’active. Car dès qu’on quitte l’application, le jeu se met en pause. Pas pratique pour tout le monde !

 

La PS4 manque de jeux conviviaux qu’on trouve généralement sur les consoles Nintendo. La gamme PlayLink est donc là pour palier ce défaut. Mais ce n’est pas Hidden Agenda qui pourra y arriver. Jouer sur console via son téléphone/sa tablette n’est pas une expérience vraiment indispensable et « fun » et le jeu à plusieurs s’avère un peu trop brouillon et incohérent. Dommage, car en solo l’expérience est assez plaisante, même si on ne voit pas l’intérêt de jouer autrement qu’avec la manette.

Enguy

Points forts :

– Ambiance sombre et stressante
– Un bon thriller interactif
– Communication parfaite entre la console et le smartphone/la tablette
– Smartphone/tablette très réactif
– Visages très expressifs superbement modélisés
– De nombreux choix qui influent sur le scénario
– Version française intégrale, sous-titres également présents

Points faibles :

– Environnements sommaires masqués par une lumière faible
– Personnages animés grossièrement
– Le smartphone/la tablette comme manette, pas indispensable
– Impossible de confirmer son choix/de le changer
– Nécessité de télécharger une application spécifique
– Mode compétitif frustrant et incohérent
– Aventure très courte, rejouabilité faible

[note]LA NOTE : 14/20[/note]

Éditeur / Développeur : Supermassive Games
Genre : Thriller interactif, party game, multiplateforme
Supports : PS4
Date de sortie : 22 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *