Test : Fire Emblem The Sacred Stones (Console Virtuelle Wii U)

Fire_Emblem_The_Sacred_Stones_jaquetteFire Emblem compte parmi les séries de T-RPG (RPG tactique/stratégique) les plus connues et les plus populaires. 2015 sera une grande année pour cette licence développée par Intelligent Systems (Advance Wars) car le prochain épisode devrait sortir cette année et avec un cross-over très attendu en préparation, on n’est pas prêt d’oublier cette grande saga ! Pour les 10 ans de The Sacred Stone, sorti sur GBA en 2005, Nintendo ressort ce titre sur la console virtuelle de la Wii U. Petite séance de rattrapage après un court passage par l’eShop de la console !

Le continent Renais de ses cendres

Comme toujours dans Fire Emblem, le scénario est apocalyptique et fortement teinté d’Heroic Fantasy.
Alors que le monde a failli disparaître suite à l’invasion de forces maléfiques, un groupe de héros l’a sauvé de justesse en enfermant le Roi-démon dans 5 pierres, remises ensuite aux chefs des 5 grandes nations : Grado, Renais, Frelia, Carcino et Rausten. Après 800 ans de paix, le royaume militaire de Grado, nettement plus puissant que les autres, se met à envahir tout le continent, faisant d’abord tomber le royaume de Renais dont la jeune princesse Erika se met en tête d’aller avertir les autres royaumes. Aidée du général Seth, elle va découvrir que des monstres anciens, qu’on croyait issus de vieilles légendes, ont subitement fait leur apparition. Le monde est au bord de la catastrophe, et c’est un groupe de guerriers et de mages qui doit le sauver !

fire_emblem_the_sacred_stones_1 fire_emblem_the_sacred_stones_2

Des choix aux grandes conséquences

Fire Emblem doit sa renommée à sa difficulté assez élevée : quand un personnage meurt en combat, il est définitivement supprimé du jeu ! Le joueur doit donc veiller à faire monter son équipe en puissance tout en préservant ses unités. Mais ce n’est pas tout : les armes, les sorts et les objets ont tous un nombre d’utilisation très limitée, ce qui oblige à gérer un stock de façon optimum. Comme l’argent se fait rare, on a tout intérêt à voler les unités adverses et à ouvrir tous les coffres sur la cartes. Mais ce n’est pas tout : les combats ne nécessitant pas tous le même nombre de protagonistes et ne permettant pas toujours de faire intervenir toute l’équipe, il faut faire des choix cruciaux afin de ne pas se retrouver bloqué un peu plus loin dans l’aventure.

Heureusement, on trouve régulièrement des villageois prêt à offrir quelques cadeaux ou des unités supplémentaires à recruter selon nos actions sur la carte.

Un RPG complet

Fire Emblem propose des unités réparties en classes nombreuses et variées : paladin, mage, bretteur, seigneur, chevalier, pirate, assassin, archer etc, toutes ont des avantages et des inconvénients ainsi que des capacités spéciales propres. Les unités montées se déplacent vite sur la carte mais les archers ont une grande portée. Les unités aériennes se moquent des obstacles mais ont une défense médiocre. Les unités lourdes sont très lentes mais font office de char d’assaut. On retrouve dans The Sacred Stones le système d’amitié entre les personnages qui permet de bénéficier de l’aide de certains coéquipiers s’ils sont situés sur les cases adjacentes. En revanche, le biorythme n’a pas encore fait son apparition dans la série, ce que certains devraient apprécier car ce nouveau paramètre à gérer rend le jeu plus difficile.

Outre les grandes différences entre les classes, il y a aussi le triangle des armes et des magie :

– La hache est plus forte que la lance qui est supérieure à l’épée qui bat la hache
– La magie noire est plus puissante que la magie anima qui surpasse la magie blanche qui terrasse la noire

Enfin, en montant en niveau, les personnages peuvent changer de classe dès le niveau 10 et des choix sont parfois offerts au joueur, l’obligeant à déterminer s’il préfère une puissante d’attaque plus importante ou une défense réduite mais une capacité spéciale avantageuse. Pour le changement de classe, préférez attendre le niveau 20 afin de bénéficier de tous les bonus des changements de niveau entre le niveau 10 et le niveau 20. Ainsi, le personnage sera plus puissant. Concernant les changement de niveau, les bonus attribués aux différentes statistiques du personnage sont toujours aléatoires et 1 à 6 caractéristiques sont ainsi augmentées à chaque montée en niveau.

Les déplacements sur la cartes ne sont pas non plus à négliger car selon où l’on place nos personnages, ils peuvent bénéficier de bonus. Par exemple, une unité située sur un fort sera soignée après chaque combat. Quand le joueur pense avoir positionné correctement son armée et effectué toutes les actions utiles (parler, échanger des objets, soigner, attaquer, enlever etc), il peut mettre fin à son tour. L’ennemi joue alors et ainsi de suite.

fire_emblem_the_sacred_stones_3  fire_emblem_the_sacred_stones_4

Un grand feu qui commence à vasciller

Si Fire Emblem The Sacred Stones est toujours un bon T-RPG au scénario captivant, il a quand même plusieurs défauts. D’abord, il n’a que 21 chapitres, donc moins que les autres épisodes. Sa durée de vie reste quand même très correcte (plusieurs dizaines d’heures) mais un peu plus réduite que les autres.
Les personnages sont toujours aussi bavards avant et après les affrontements, rendant le jeu un peu soporifique par moment, surtout quand ils discutent des heures pour dire des banalités ! Mais c’est surtout le portage direct de la version GBA qui lui fait mal. En effet, sur Wii U, le jeu est une pure bouillie de pixels et la bande-son est loin d’enchanter les oreilles. Cette version est techniquement largement dépassée et mériterait un bon lifting.
On regrette aussi l’abandon du mode 2 joueurs, disponible dans la version GBA mais plus sur Wii U !

Heureusement, le jeu est entièrement traduit en français et le charme opère toujours. Pour 6,99 €, n’hésitez pas à vous offrir ce titre avant de vous plonger dans les autres épisodes de la série.

Enguy

Points forts :

– De nombreuses classes
– Scénario emprunt d‘heroic fantasy
– Version française intégrale
– Bonne durée de vie

Points faibles :

– Graphismes dépassés
– Musiques qui ont mal vieilli
– Personnages parfois trop bavards
– Abandon du mode multijoueurs

[note]La note Gamingway : 14/20[/note]

Editeur : Nintendo
Genre : RPG tactique
Support : Console Virtuelle Wii U

Date de sortie : 1er janvier 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *