PGW18 : Interview avec Huw Beynon de chez Deep Silver pour Metro Exodus

Paris Games Week, ce n’est pas juste l’occasion de tester des jeux, c’est parfois aussi le meilleur moment pour partager notre passion avec d’autres joueurs et rencontrer des gens passionnés par le métier.

Cette année, nous avons eu l’honneur de pouvoir questionner Huw Beynon sur son dernier projet en date… Metro Exodus !

Disclamer : l’interview a été réalisée en anglais. L’idée globale véhiculée est la même, mais les tournures de certaines phrases ont pu être altérées par la traduction.

DK pour Gamingway – Bonjour ; pour commencer, pouvez vous vous présenter brièvement pour les lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ?

HB – Bonjour, je suis Huw Beynon, Head Of Global Management chez Deep Silver. J’ai participé au lancement de Metro 2033 et à la création de Metro The Last Light avant la fermeture de THQ. J’ai ensuite rejoint Deep Silver lorsqu’ils ont repris la licence.

DK – Metro 2033, et surtout Metro The Last Light, ont reçu des critiques plutôt positives venant de la presse ; est-ce la seule raison qui vous a poussé à faire une suite ou aviez-vous déjà quelques idées en tête ?

HB – On ne crée pas un jeu pour les critiques, on le fait par passion. L’histoire proposée par Metro 2033 était vraiment passionnante et il restait encore beaucoup de choses à développer avec The Last Light et Exodus. Bien sûr, tout le monde aime les bonnes critiques, mais c’est plus une récompense qu’une motivation, toute l’équipe aime vraiment travailler sur la licence Metro, c’est ça la raison qui nous pousse à faire des suites.

DK – On sait que l’œuvre de Dmitri Gloukhovski est à l’essence même du jeu et que l’auteur a participé à l’écriture du scénario de The Last light. Est-ce que cette collaboration a été prolongée pour Exodus et à quel point Dmitri apporte sa vision au jeu ?

HB – Bien sûr ! Vous savez, Metro 2033 est assez fidèle au roman. Lorsqu’on a eu l’idée de faire une adaptation en jeu, Dmitri était très excité et a participé activement à l’écriture des dialogues. Quand on lui a parlé de The Last Light, c’est également lui qui a écrit toute la trame et qui est venu nous voir avec un tout nouveau scénario. Pour Exodus, l’équipe lui a proposé quelques idées qu’il a tout de suite validé ! Il aime vraiment écrire ces histoires et on aime développer la licence, on travaille donc en étroite collaboration et cela se passe à merveille.

DK – Metro a réussi à créer un univers sombre et apocalyptique, sans être si irréaliste pour autant. Est-ce que ça été un véritable défi pour les équipes, et comment ont elles organisé la conception de cet univers du point de vue artistique ?

HB – Il est vrai que Metro se veut « socialement réaliste », c’est une vision apocalyptique qui colle bien à ce que pourrait devenir la société du point de vue de l’Europe de l’est, on est assez loin de la vision occidentale de l’apocalypse. Pour la création de cette univers, nos artistes se sont vraiment plongés dans la vision de Dmtri. Vous verrez beaucoup de lieux de Metro 2033 qui sont tels que décrits dans le roman. Pour The Last Light, c’est un peu plus simple, on a repris les codes du premier opus en tentant d’apporter un petit vent de fraîcheur… Quant à Exodus, ça n’a rien à voir ! On quitte Moscou et ses tunnels, nos artistes se sont lâchés pour proposer une toute nouvelle façon de vous plonger dans l’univers de Metro.

DK – Dans le trailer de l’E3, on a pu voir que le jeu semble proposer un monde bien plus ouvert, loin des nombreux kilomètres de métro parcourus dans les précédents opus. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ? Lassitude ? Suite logique ? 

HB – Les deux premiers opus de la licence étaient trop identiques à notre goût. Pour Exodus, l’équipe voulait vraiment travailler sur quelque chose de nouveau, pouvoir changer de style, s’épanouir artistiquement. C’est pourquoi on a décidé de travailler sur un monde plus ouvert, loin de Moscou. C’était un challenge artistique qui a apporté un vent de fraîcheur dans le jeu et c’était clairement notre plus grosse ambition pour la licence.

DK – Les mécaniques de survie et la customisation des armes étaient des aspects vraiment sympa dans The Last Light, et on sait grâce au trailer de L’E3 qu’elles seront de retour dans Exodus. Quelles sont les modifications que vous leur avez apportées ?

HB – C’est une bonne question. Ces mécaniques représentent une très grosse partie du gameplay, on voulait les améliorer sans les dénaturer, alors on y a beaucoup réfléchi. Le système de customisation d’armes dans Metro The Last Light était sympa, mais trop limité… On voulait vraiment le rendre plus riche. C’est pourquoi dans Exodus vous n’avez plus besoin d’aller voir un marchand pour effectuer les changements, vous pouvez sortir votre sac à dos à n’importe quel moment pour la modifier. On retrouve également 5 points de modifications dans l’arme, contre 3 pour The Last Light. Enfin, on a implémenté un système d’usure et de salissure de l’arme qui la rendra moins efficace au fur et à mesure que vous l’utilisez, il faudra donc l’entretenir et vous pourrez, pour cela, démonter les armes que vous trouvez pour ne récupérer que les pièces qui vous intéressent. Concernant le masque à gaz, la mécanique n’a pas trop changé. Vous trouverez plus d’endroits irrespirables à la surface, mais il vous faudra toujours un masque en bonne état et des capsules d’oxygène pour survivre… Petite nouveauté en revanche, vous aurez la possibilité de crafter ces derniers grâce à vos ressources et vous pourrez même réparer votre masque en lui appliquant un bout de scotch !

Avec ces modifications, nous voulons donner au joueur l’impression d’avoir un équipement « fait maison », ce qui est bien plus cohérent avec l’univers de Metro.

DK – Merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Avez-vous un dernier mot pour nos lecteurs ?

HB – Je voudrais juste dire que le développement de Metro Exodus à été une longue et merveilleuse aventure, c’est sans doute notre plus gros projet. J’ai vraiment hâte de voir les retours des joueurs et j’espère qu’ils prendront vraiment plaisir à y jouer.

Pour rappel, Metro Exodus sortira le 22 février prochain sur Xbox One, PS4 et PC. En attendant, notre avis sur la démo arrive très bientôt, restez connecté sur gamingway.fr !

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de