Interview : Thai Thanh Phong, fondateur de Genix Lab

Il y a bientôt 3 ans, je m’étais entretenu avec Thai Thanh Phong (article à lire ici), notamment à propos de ses activités au sein de Guava7 dont il était cofondateur. On prend les mêmes et on recommence, mais l’on recommence vraiment, puisque le studio a depuis été remplacé par Genix Lab. Nous allons donc découvrir ce qu’il s’est passé entre ces deux interviews.

Inod : Salut Phong ! Notre public te connait déjà grâce à notre précédente entrevue, ainsi nous n’allons pas revenir sur une présentation de toi-même, cependant il y a eu un important changement. Peux-tu donc nous présenter tes activités actuelles et ton nouveau studio : Genix Lab ?

Salut Inod. J’ai fondé Genix Lab en janvier 2016, qui peut être considéré comme le successeur de Guava7.
Mon rôle au sein du studio tourne principalement autour du business et du management, je suis également particulièrement impliqué dans la production (project management, design et tech).
Actuellement, nous sommes 8 à plein temps, plus quelques autres collaborateurs (testeurs, internes).
Et bien sûr, nous créons toujours des jeux, de bien meilleurs jeux.

 

Pourquoi avoir décidé de « renommer » Guava7 en Genix Lab ?

Notre histoire avec Guava7 fut vraiment un voyage mémorable dont nous sommes fiers.
Nous avons réalisé plus d’une quinzaine de titres. Nous avons aussi travaillé sur de nombreux jeux pour mobiles et applications pour nos clients (du Vietnam, de Singapour, de Suède).
Guava7 a eu quelques réussites : Game42 – qui a dépassé le million de téléchargements et fut nommé parmi les 40 meilleurs jeux pour iPad en 2013 par CNET; Sweet Madness. Nous avons signé un contrat avec un éditeur local et avons également été sponsorisé par Microsoft afin de le rendre disponible sur Windows 10, mais cela n’a pas suffit à rendre notre activité viable. Guava7 n’allait pas très bien en 2015.
J’ai donc grandement songé à tout stopper, c’était une décision difficile, j’ai fini par simplement la redémarrer en lui donnant un coup de frais avec un nouveau nom (Genix Lab).


Quelles sont les différences entre ces deux sociétés ?

De prime abord, elles sont identiques : même lieu, mêmes gens, même passion, mêmes missions… Bien que Genix Lab soit en réalité une nouvelle entité légale, pas juste un changement de nom de celle qu’est Guava7. Guava7 devrait finir par fermer. Il y a en fait une différence : nous avons pas mal « grandi » après des tas de rebondissements pendant nos 4 ans à créer des jeux à Guava7.
À l’époque, nous souhaitions seulement créer des jeux. Désormais, à Genix Lab, nous savons que nous concevons des jeux pour des raisons claires : que les gens les adorent et qu’ils soient contents de les acheter.
Quand je regarde en arrière, je remarque que c’est quelque chose que Gameloft faisait très bien, mais je ne l’avais pas encore appris quand j’ai débuté Guava7 !


Pour le moment, vous travaillez toujours sur Fancy Cats, avec une récente grosse mise à jour. Peux-tu nous évoquer ce jeu ? Un plutôt bon succès, non ?

Oui, Fancy Cats est plutôt une réussite, tant au niveau de la production, que du business.

Par production, j’entends que nous avons fait un bon jeu que les personnes apprécient vraiment, elles y jouent et s’amusent beaucoup avec. Je le sais grâce aux critiques des utilisateurs, tout autant que par notre système d’analyse.

Et aussi car le jeu a été plusieurs fois en page d’accueil de l’Appstore au-delà de 53 pays et sur celle de Google Play dans plus de 90 pays. Il a également été nommé aux premiers SEA IMGA (South-East Asia International Mobile Game Awards).

Beaucoup de sites traitant du jeu vidéo et de blogs personnels ont écrit de bonnes critiques à son propos. Il a aussi été présenté lors d’un évènement Unity3D organisé à Singapour l’an dernier.

Par business, je veux dire que le jeu a été bien monétisé, au-delà de nos attentes et largement mieux que ce nous faisions à l’époque de Guava7. Évidemment, cela ne signifie pas que nous gagnons des tonnes d’argent, il y a toujours de quoi s’améliorer et c’est ce que nous sommes en train d’apprendre et d’appliquer.
Une des clés de ce succès revient à notre éditeur : All 4 Games, un éditeur de jeux qui est une division de Channel 4 Television Corporation (Royaume-Uni).


Vous êtes également en plein développement de Fancy Dogs. Peux-tu nous en confier davantage sur celui-ci ?

Suite à l’accueil de Fancy Cats, nous avons pensé : pourquoi pas un jeu de chiens, aussi ? Il y a plein de fans de chats, mais il doit également y en avoir des quantités pour les chiens.
Nous avons donc décidé de procéder à un « re-skin » de Fancy Cats. C’est une bonne technique que je tiens de mon ancien employeur français (Gameloft) – produire un jeu basé sur le succès d’un autre, réduira de nombreux coûts du développement. Toutefois, Fancy Dogs ne sera pas un simple re-skin. Au-delà des graphismes, nous avons amélioré des tas d’aspects que nous avions découverts avec Fancy Cats. Je peux ainsi affirmer que Fancy Dogs sera même meilleur que Fancy Cats (en termes de production et de business).


Une date de sortie prévue pour Fancy Dogs, sur quels supports ?

Notre but est une sortie mondiale fin avril 2017, sur l’Appstore et Google Play.


Des chats et des chiens, bientôt des écureuils ? Pour être plus sérieux, pourquoi ce désir de mettre des animaux en avant ? Et souhaitez-vous continuer sur cette voie avec de nouveaux jeux ou MAJ, comme Fancy Turtles, Fancy Dolphins avec une nouvelle jouabilité sous l’eau, Fancy Dinosaurs ?

…Haha… Tu nous a donné plein de bonnes idées ! Nous y réfléchirons !

Les jeux avec des animaux comme personnages ne sont pas quelque chose d’étrange, ils sont plutôt populaires, en fait. C’est une façon sympathique de s’amuser pour des personnes de tout âge. C’est ce que nous appelons les « jeux casual ».
Fancy Cats a prouvé que c’est une bonne formule, nous ferons donc probablement Fancy Snakes, Fancy Dinosaurs… LOL.


D’autres projets dans les tuyaux et/ou en tête ?

J’ai envie de concevoir énormément de bons jeux. Mais notre équipe reste petite, nous nous concentrons donc sur la qualité, pas la quantité. En ce moment, nous sommes focalisés sur Fancy Cats et Fancy Dogs, mais d’ici la fin d’année, nous produirons sûrement un ou deux autres jeux.


Merci Phong pour cet interview ! As-tu quelque chose à ajouter à propos de Genix Lab, vos jeux ou/et un message pour nos lectrices et lecteurs ?

Merci à toi, Inod. Je pense que l’industrie du jeu vidéo vietnamienne a évolué plutôt rapidement ces dix dernières années et a su se faire un nom dans l’industrie vidéoludique mondiale. Le plus connu est Dong Nguyen avec Flappy Bird, bien sûr. Mais il n’y a pas juste Dong Nguyen. On retrouve Pine Entertainment, Joy Entertainment, VGame, pour n’en nommer qu’une poignée, dont les jeux sont adorés par des millions d’utilisateurs à travers le monde, et il y a tous ceux lancés par des anciens de Gameloft. Il y a le populaire Divmob qui a été fondé par quelqu’un ayant étudié et travaillé en France. En disant cela, j’entends que Gameloft et la France ont eu de l’influence sur l’évolution de la scène indépendante du développement de jeux vidéo au Vietnam.

Concernant Genix Lab, un long périple nous attend. Mais celui-ci est passionnant et gratifiant. En attendant, n’hésitez pas à essayer Fancy Cats (www.fancycatsgame.com), je suis certain que vous l’adorerez ! Merci :).

Interview réalisé par Inod – mars 2017 (par e-mail)

 

Vidéo de Fancy Cats :

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de