Event : La sortie de Games of Glory au Meltdown

games_of_glory_logoGames of Glory, le jeu du studio franco-suédois LightBulb Crew est officiellement sorti sur Steam le 27 mai 2015. A cette occasion, une soirée était organisée au Meltdown à Paris, en présence de l’équipe de développement, pour essayer le jeu. Un bon prétexte pour revenir sur ce qui fait la particularité de ce MOBA très attendu et de donner nos premières impressions.

MAG : Massively Abbreviated Game

Démocratisé il y a une dizaine d’années avec Defense of the Ancients (aussi connu sous son abrégé DotA), le genre MOBA (bataille en arènes multijoueur) est encore un petit nouveau dans le monde du jeu vidéo.
Aujourd’hui dominé par le célèbre League of Legends (ou pour les intimes LoL), difficile de se faire une place pour les nouvelles licences. C’est pourtant le pari que tente LightBulb Crew avec Games of Glory (que l’on connaitra tous bientôt sous le nom de GoG). L’idée des créateurs n’est pas d’attaquer frontalement leur concurrent, mais plutôt de profiter de la jeunesse du genre pour proposer une expérience différente de ses ainés. Ainsi, des dires même des fondateurs de la société, si Games of Glory ne peut pas échapper à l’étiquette MOBA, beaucoup d’aspects du gameplay viennent pourtant renouveler le genre.

games_of_glory_003 games_of_glory_004

Le jeu a en effet une approche plus orientée action, par exemple dans l’utilisation des armes où les joueurs doivent nécessairement passer par des « skillshot » (c’est à dire qu’il est nécessaire de viser un adversaire à chaque tir, il n’y a pas d’attaques automatiques comme dans LoL) pour attaquer les adversaires.  Plusieurs modes de jeux, qui empruntent des mécanismes au genre shooter, sont aussi disponibles comme le mode Superstar qui s’inspire du « protect the VIP » de Counter Strike. Dernière grosse différence, l’univers dans lequel Games of Glory prend place est plutôt orienté futuriste / science fiction, plus qu’héroic fantasy. Vous l’avez compris, GoG est donc un FA-MOBA (Futurist Action – Massively Online Battle Arena)…

Premières impressions

Mais le Metldown c’était surtout l’occasion de directement s’essayer au jeu, une menthe à l’eau à la main ! C’est donc ce que nous n’avons pas hésité à faire au cours de deux parties en 4 vs 4 sur le mode conquête.

games_of_glory_002 games_of_glory_001

La première étape est évidemment de choisir « son champion ». Pour le moment, nous avons le choix entre 12 personnages différents, chacun disposant de caractéristiques particulières et étant plus ou moins adaptés à des rôles spécifiques. A chaque fois, le joueur peut s’amuser à personnaliser l’aspect de son personnage avec de nombreux éléments (on aura apprécié la possibilité d’ajouter un haut de forme aux couleurs de la suède… même en arène, il faut pouvoir avoir la classe !).

Assez rapidement, les joueurs sont balancés dans l’arène par équipe. Avant de partir au combat, il est nécessaire d’acheter les armes de départ de son personnage. Chaque joueur démarre avec quelques crédits qui lui permettent de s’équiper d’une arme de corps à corps et d’une arme à distance. Deux parties n’ont pas suffit à tout essayer mais l’arbre des choix des armes semble plutôt riche, et chacune des armes semble avoir un réel impact sur la façon de jouer.

games_of_glory_007

La prise en main ne devrait pas dépayser les habitués des MOBA : GoG se joue à la souris, et hormis les choix de gameplay qui diffèrent des autres MOBA et qui demanderont un temps d’adaptation, les fondamentaux sont là. A noter qu’en plus d’une maniabilité à la souris, LightBulb Crew a laissé la possibilité aux joueurs de tout diriger au clavier, en « ZQSD ». En revanche, pour les non initiés, il faudra un peu plus de deux parties pour bien comprendre les subtilités d’un tel gameplay.

L’objectif du mode conquête est classique : il faut aller détruire la base de l’équipe adverse. Pour cela, des « points » sont à prendre à différents endroits de la map et permettent d’abaisser la défense des adversaires. Lorsque celle-ci est tombée à 0, la voie se libère pour détruire les tours de défense et le générateur central. La partie se termine dès que ce dernier est détruit par l’une ou l’autre des équipe.
Le jeu prend un aspect très stratégique lorsque l’on se rend compte qu’il est inutile de s’aventurer sans ses coéquipiers sur la map. La plupart des actions doivent être faites en équipe pour éviter une mort certaine. Il faudra aussi penser à gérer ses ressources (les crédits) qui permettent en cours de partie de modifier son équipement en achetant de nouvelles armes. Pour en gagner, il y a soit la méthode brutale (en éliminant un adversaire vous récoltez une certaine quantité de crédit), soit une méthode plus stratégique en occupant deux autres points facultatifs sur la map, qui ne servent pas à abaisser les défenses de l’adversaire mais qui deviennent vite indispensables pour faire évoluer rapidement son équipement. Amis stratèges, à vous de jouer !

games_of_glory_006 games_of_glory_005

Games of Glory semble donc bien prêt à entrer dans l’arène des MOBA. Quelques parties suffisent à s’amuser et à voir que le gameplay fonctionne bien. Attendons maintenant de voir si sur la durée les joueurs adhèrent aux choix de gameplay et qu’une communauté arrive à se créer. En tout cas, LightBulb Crew a d’ores et déjà annoncé que des mises à jours de contenus arriveront dans les prochaines semaines pour enrichir leur jeu, le signe qu’ils y croient !

Games of Glory est sorti le 27 mai 2015 sur Steam (PC et MAC).

cym0ril

Remerciements :

  • Le Meltdown Paris pour l’hébergement
  • Les équipes de LightBulb Crew pour la présentation du jeu
  • WarningUp pour l’invitation
  • Twinsunnien30/05/2015 à 08:33Permalink
    Mais flûte quoi, encore un excellent article (ou compte rendu) que je lis alors que le jeu ne m’intéresse pas du tout, bravo à toi cym0ril ^^.
  • cym0ril30/05/2015 à 11:47Permalink
    Haha, merci pour le gentil commentaire en tout cas ;-)

    A priori c’est pas non plus le genre de jeux qui m’attire (c’est trop compliqué pour moi >_< ) mais c'est toujours sympa de pouvoir le tester à plusieurs et de discuter avec les développeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *