Test : Yo-Kai Watch (3DS)

Yo-kai-Watch_coverOn entendait parler depuis un moment de cette nouvelle licence trans-média de Level-5, Yo-Kai Watch, le manga ayant commencé sa publication au Japon en décembre 2012, ceci sans même compter la prépublication, avant de se voir décliné en jeu vidéo dès juillet 2013, puis en anime début 2014. Depuis, son pays d’origine a même connu un autre logiciel, toujours sur 3DS et ce sous plusieurs versions, un manga parallèle à la série déjà connue, ainsi que deux films d’animation. Le mois d’avril 2016 fut, lui, déterminant pour l’Europe et particulièrement la France, puisque l’Hexagone a vu débarquer le dessin animé (avec notamment Martial Le Minoux comme doubleur) sur la chaine Boing, suivi du premier jeu vidéo. De quoi arriver en force sur le marché.

C’est Yo-Kaiiiii

Grand atout de départ de Yo-Kai Watch, la possibilité de choisir d’incarner une fille, Katie, ou un garçon, Nathan, bien qu’il soit possible de changer le nom du protagoniste sélectionné. Cela est tellement navrant d’être entouré d’un si grand nombre de softs mettant en avant des personnages masculins, que l’on est ravi d’avoir le choix ici, pas de jaloux ! Ne vous fiez donc pas à la publicité que vous pouvez voir actuellement à la télévision.
On découvre notre bande de « copains », qui fait grandement penser à celle de Nobi dans Doraemon, avec la réunion au parc où l’on discute insectes avec Matt le prétentieux et l’imposant Balèze. On y ressent clairement l’inspiration de Géant pour ce dernier, y compris dans son surnom, tandis que l’autre possède le même air supérieur que Suneo. Après s’être retrouvé acculé devant la sordide collection d’insectes du plus petit des deux, on se doit d’en faire autant pour notre devoir d’été. Désormais équipé de notre filet, on retourne au parc pour nos recherches, mais la variété d’animaux est faible. S’en suit une brève promenade dans notre jolie bourgade de Granval-sur-Mer, afin de demander conseil. On nous dirige alors vers le bois, où effectivement on découvre une autre espèce, mais on tombe également nez-à-nez avec une drôle de machine à gashapon devant un arbre sacré. On insère alors une pièce et la boule, en sortant, ne contient ni un chewing-gum périmé, ni un jouet, mais un Yo-Kai à l’apparence de fantôme classique.
Nommé Whisper, ce dernier deviendra notre mentor, en nous apprenant tout ce qu’il faut savoir sur les esprits taquins que sont les Yo-Kai, les divers aspects du jeu, mais aussi nous offrira la fameuse Yo-Kai Watch indispensable, afin de repérer ces fantasques personnages.

Les esthètes auront noté quelques disparités avec l’histoire de la série animée, au-delà même du fait que Katie puisse être privilégiée au détriment de l’habituel héros Nathan. En l’occurrence, cette différence est l’une des meilleures idées du soft.

yo-kai-watch-3ds-01 yo-kai-watch-3ds-02

Visionnez les tous

Contrairement à ce qui est connu chez d’autres franchises où notre personnage vit des aventures en compagnie de créatures à dénicher, Yo-Kai Watch ne demande pas de littéralement les capturer, mais de se lier d’amitié avec. Bien que ce sentiment se retrouve de plus en plus chez les séries déjà en place, mais dans un but d’approfondissement de la relation après les avoir attrapées. Il faudra néanmoins les combattre, mais nous reviendrons sur cet aspect un peu plus tard. Nous allons pour le moment nous concentrer sur leur recherche.
Notre nouvelle montre dispose d’un radar permettant de repérer cette double centaine d’esprits, que l’on devra alors débusquer en guidant notre loupe grâce à l’écran tactile. Il s’avèrera essentiel de bien regarder dans tous les recoins, tant ces petits coquins adorent se dissimuler ici et là. D’ailleurs, vous remarquerez rapidement que certains ont une grande affection pour les poubelles, une bonne idée pour vos prochaines parties de cache-cache.

Au fil de vos rencontres, l’heure du duel sonnera constamment. Chaque nouvel ami non humain que vous vous serez fait vous aura confié son médaillon, en quelque sorte en guise de reconnaissance, après l’avoir combattu ou tout simplement soudoyé. Tous ceux-là pouvant désormais être invoqués, ceci par pack de six lors de vos batailles : trois titulaires et trois suppléants. La disposition sera primordiale, puisque se retrouver avec plusieurs Yo-Kai d’une tribu identique (il y en a 8 au total) côte-à-côte, délivrera un bonus. Rendant ainsi l’affrontement assez tactique.
En revanche, pas de contrôle à proprement parler de la lutte entre vos copains et les autres esprits malins, celle-ci se déroulant de manière automatique et en temps réel. Votre rôle consistant à prendre soin d’eux en les remplaçant s’ils sont mal en point, en les soignant… Mais vous pourrez aussi influer sur le match en choisissant sur quel adversaire se concentrer ou bien viser le point faible d’un boss, ainsi que déployer l’âmultime, en somme la super attaque utilisable dès que la jauge correspondante est remplie. Enfin, il sera aussi possible d’utiliser l’un des objets qui sont à attraper ou encore à glaner du côté de la machine à gashapon où tout a commencé, où d’autres créatures pourront également être gagnées. Cependant, pour récupérer une nouvelle boule, il sera nécessaire d’obtenir des pièces de Bingo-Kai. Elles seront trouvables dans des coffres au sein de la ville, mais aussi par l’utilisation de mots de passe et au travers des pièces de jeu remportées lorsque l’on marche avec notre console en veille.

Plus vous avancerez en explorant, en remplissant des quêtes principales et annexes en aidant les gens (esprits, comme humains), en ramenant tel objet… plus vous verrez s’affronter des Yo-Kai. Vos compagnons y gagnant en expérience, cela offrira à une partie d’entre eux la possibilité d’évoluer. Davantage marquantes encore, les fusions possibles pour certains. Il y en a même qui pourront être fusionnés avec des objets.

yo-kai-watch-3ds-03 yo-kai-watch-3ds-04

Yo-Kaiwaii

Eu égard à sa licence aux multiples médiums, Yo-Kai Watch ne pouvait que délivrer un jeu vidéo à l’aspect très coloré et voguant vers le dessin animé. Tout y est très joli, y compris les décors qui ne bénéficient pourtant pas du même soin que les personnages. Ces derniers, et en particuliers les esprits, ressortent bien et le charisme dont ils font preuve de par leur personnalité et leur chara design donne envie de se lier d’amitié avec tous, puis de découvrir leurs diverses évolutions et fusions.
L’attirance vers ceux-ci tient également de la recherche des différents noms, évidemment localisés pour la sortie française. Ils sont globalement tous très bien trouvés, certains sont encore plus savoureux que d’autres et il y a fort à parier que leur appellation, plus leur look, feront de quelques-uns des personnages très forts de toutes ces cultures touchées par Yo-Kai Watch.
Heureusement, la localisation ne s’arrête pas en si bon chemin, puisque toute l’aventure est à retrouver en français. Là où beaucoup de joueuses/eurs sont rebuté(e)s par la plupart des RPG, car seul l’anglais est proposé, Level-5 a répondu en leur faisant la totale, doublages compris.

Au-delà du scénario en solo, le soft possède d’autres manières d’évoluer. La plus importante étant sans aucun doute le multijoueur, permettant de s’affronter l’un contre l’autre en local, chacun avec sa console. De quoi constamment renouveler l’expérience et par la même occasion, de vite générer une communauté de gamers autour de la franchise. C’est justement sur ce point que l’on regrette l’absence du même mode, mais en ligne, afin de pouvoir se mesurer aux meilleurs dress… amis des Yo-Kai dans le monde entier.
Autre aspect, la visite d’esprits à l’auberge des voyageurs, en activant la fonction StreetPass. Ceux-ci pouvant venir vous affronter ou plus sympathique encore, vous offrir directement des cadeaux.
La réalité augmentée n’est pas en reste, car si l’aventure demande de chercher des créatures virtuelles à Granvil et non comme d’autres logiciels les proposant dans notre monde via la RA, on peut toutefois les voir apparaître à nos côtés. Ceci par le biais d’une fonctionnalité employant l’appareil photo et permettant de shooter les esprits. Quand on dit « shooter », il s’agit bien de les photographier et non de leur tirer dessus.
Enfin, nous n’en avons pas eu l’occasion, mais des objets devraient être à récupérer via SpotPass.

yo-kai-watch-3ds-05 yo-kai-watch-3ds-06

Avec diverses activités (exploration, recherche des esprits, fonctionnalités propres à la 3DS… ), une histoire agréable à découvrir, des créatures charismatiques et des graphismes attirants, Yo-Kai Watch prouve immédiatement qu’il est un jeu de qualité. Celui-ci est également accessible et permet de se lancer dans un jeu de rôle, sans craindre un système trop compliqué. Mais c’est également sur ce point qu’il connait sa seule véritable limite, puisque si les affrontements restent intéressants, leur manque de profondeur pourra lasser.

Inod

Points forts :
– Amitié au lieu de capturer
– Localisation très réussie
– Choix entre une fille et un garçon
– Un tas de fonctionnalités 3DS : StreetPass, SpotPass, multi, tactile…
– Système de jeu complet…

Points faibles :
– … Mais les combats restent limités dans l’approche
– Quêtes annexes généralement aussi basiques que celles des autres RPG

La note : 15/20

Développeur : Level-5
Éditeur : Nintendo
Genre : Jeu de rôle
Support : 3DS
Date de sortie :
29 avril 2016

  • Twinsunnien07/05/2016 à 10:32Permalink

    Marrant, j’en avais entendu presque que du mal de ce jeu, un sous Pokémon raté, du coup j’ai attendu le test sur Gamingway et voilà que je me rends compte qu’il n’est ptet pas siiiii mauvais, en tout cas le test est assez détaillé et intéressant pour m’intriguer, et quand je suis intrigué, souvent j’achète le jeu, je vais voir ça. Pour en fonction que je ne devais pas me le prendre, je pense bien le tester du coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *