Test : True Fear : Forsaken Soul Part 1 (Steam)

Ce n’est pas parce que Halloween est derrière nous qu’il faudrait arrêter de se faire peur. Aujourd’hui, c’est True Fear : Forsaken Soul qui va tenter de nous faire tomber de la chaise.

true_fear_forsaken_part_1

Pour ne rien vous cacher, je ne suis pas vraiment ce que l’on appelle un « bon client » en matière de jeux horrifiques modernes. Si je voue un vrai culte aux trois premiers Silent Hill, les Amnesia et autres Outlast me laissent relativement froid. Non pas que je trouve le genre mauvais, mais plutôt qu’il n’atteint pas vraiment le but escompté, exactement comme un Paranormal Activity me fait plus aisément rire que frémir.
Cela étant, je trouve toujours intéressant de voir quel angle les développeurs vont choisir afin de créer une ambiance ou un sentiment de frayeur chez le joueur, d’où mon intérêt pour le titre évoqué aujourd’hui.

Resident Hill of Silent Evil

Commençons par mettre directement les pieds dans le plat : si vous cherchez une quelconque originalité, True Fear Forsaken Soul ne sera pas à même de vous satisfaire. Le titre de Goblinz est on ne peut plus classique. Il s’agit d’un point’n click sur écrans fixes, fonctionnant comme un Myst ou un escape game. Le joueur devra se promener de pièce en pièce afin de reconstituer les éléments du puzzle et avancer dans l’histoire.
Côté histoire, justement, nous restons dans le classique. L’héroïne reçoit une invitation de sa sœur qu’elle n’a pas revue depuis une dizaine d’années. Avant sa visite, elle fait un cauchemar lui annonçant le pire. Arrivée sur place, la maison semble abandonnée depuis longtemps, une ombre rôde… Tatatata (©Renaud). Les indices récoltés sur place mentionnent un établissement psychiatrique « Dark Falls » et une certaine Dahlia S. Quel est donc ce mystère nimbé de voiles mystérieux aux secrets, eux aussi, fort mystérieux ?

true_fear009 true_fear012

C’est un peu cliché tous ces clichés, non ?

Comme évoqué précédemment, le fonctionnement est des plus classiques. Il vous faudra résoudre des énigmes/puzzles débloquant des objets vous donnant accès à de nouvelles énigmes. Pour cela, vous pourrez examiner le décor à la souris, mettre les objets découverts dans votre inventaire afin de les utiliser au bon endroit. Pas de combinaison tordue ou d’utilisation tirée par les cheveux, ici tout est relativement limpide. Une allumette allume une bougie, un marteau enfonce des clous et les carrés vont dans les carrés.
Cette cohérence, qui manque parfois à certains point’n click, rend malheureusement l’expérience bien trop simple. Il est rare de bloquer sur une énigme plus de vingt ou trente secondes et nous n’avons jamais l’impression d’être coincé. La faute également à un système de carte de la maison qui indique quelles sont les pièces où votre inventaire vous permet d’agir. Le joueur est continuellement tenu par la main, effaçant toute potentielle difficulté.

true_fear006 true_fear015

Parce qu’il y a toujours un mais…

Arrivé à ce niveau de l’article, vous devriez avoir compris que True Fear Forsaken Soul est très dispensable… Sauf que non, en fait. Aussi étonnant que cela puisse paraître, malgré les clichés empilés et sa simplicité, force est de reconnaître que l’ensemble fonctionne assez bien. Je ne dis pas que vous allez en avoir des sueurs froides, mais l’ambiance est prenante, l’expérience plutôt immersive, à tel point que l’on se surprend à ne plus s’arrêter une fois la partie commencée. Quel est le but d’un jeu, si ce n’est vous faire passer un bon moment ? Ce but est atteint et c’est avec une certaine impatience que vous risquez d’attendre la suite de l’aventure, dont seule la première partie est sortie pour le moment. Si vous aimez les jeux d’ambiance et ne recherchez pas un gros challenge au travers de puzzles tordus, vous devriez y trouver aisément votre compte.

true_fear004 true_fear018

Après, le titre est actuellement vendu 14,99 € sur Steam (ce que certains d’entre vous risquent de trouver un peu cher), donc peut-être vaut-il mieux attendre une baisse du tarif ou la sortie intégrale, avant de mettre la main au porte-monnaie.

Ominae

Points forts :

  • Graphismes datés, mais réussis
  • Ambiance immersive
  • Cohérence des énigmes
  • Donne envie d’avancer

Point faibles :

  • Difficulté inexistante
  • Tous les clichés du genre
  • Pas franchement effrayant

 

[note] La note : 14/20 [/note]

Développeur : Goblinz
Éditeur :
The Digital Lounge
Genre :
Aventure – horreur – puzzle – épisodique
Support :
 Mac et PC (également disponible sur iOS)
Date de sortie :
 19 octobre 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *