Test : Tokyo Crash Mobs (eShop – 3DS)

jaquette-tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-cover-titleOn ne peut que se réjouir de voir ce genre de titre résolument Japonais (comprendre : « complétement fou ») sortir en Europe. Il y a encore quelques années de cela, c’était totalement impossible à concevoir. Les mentalités ainsi que l’industrie du jeu vidéo ont bien changé et, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on a maintenant le choix. Tokyo Crash Mobs fait partie de ces OVNI vidéo ludiques auxquels il faut avoir joué pour mieux se rendre compte de quoi il est question.

Tu perds la boule ?!

Le principe du jeu est plutôt simple et s’apparente de très près à des titres tels que Zuma ou encore (d’un peu plus loin) à Puzzle Bubble. En effet, il suffit d’aligner 3 objets, ou plus, de la même couleur pour les voir disparaitre et ainsi essayer de créer des combos et d’éliminer toutes les couleurs restantes. Sauf qu’ici, il ne s’agit pas de bloc, ni de sphère, mais de Japonais en train de faire sagement la queue qu’il faudra éliminer afin de progresser dans un temps donné jusqu’à arriver à destination. Ainsi, le joueur se retrouvera à attendre devant la Poste ou encore un restaurant de Ramen avant son ouverture et il faudra envoyer des personnages en tailleurs ou costumes colorés directement dans la file d’attente afin d’éliminer des couleurs et de permettre à l’héroïne d’avancer.
A chaque nouveau niveau, la difficulté se corse car, par exemple, des « gratteurs » (personnes qui ne respectent pas la queue et veulent doubler) viennent se rajouter à la file d’attente normale. Il faudra bien penser à les arrêter en leur envoyant un personnage de n’importe quelle couleur très rapidement. D’autres bonus ou malus dont leur apparition petit à petit, notamment une soucoupe volante qui peut supprimer toute une couleur, facilitant ainsi la progression.

tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-05 tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-02

What the… ?!

L’habillage global du titre est très surprenant. De mini-vidéos d’intro complétement loufoques viennent rythmer  le jeu entre chaque level. On peut voir deux personnages féminins bien réels danser ou évoluer dans des situations plus qu’étranges. Le tout est totalement incompréhensible et presque inapproprié, mais le moins que l’on puisse dire c’est que cela éveille la curiosité. Les différents niveaux sont découpés en jour de la semaine : 7 stages à la difficulté croissante, ainsi qu’un niveau final où le principe change un peu, avant de recommencer une nouvelle semaine.

tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-03 tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-04

Cool couleur ! Buzz Puzzle ! Cute queue !

Le maniement du jeu est correct, bien qu’il manque de précision. La visée se fait au stylet, n’importe où sur l’écran en dosant son envoi, sa distance ainsi que son timing. Cela peut parfois être énervant lorsque l’on rate son coup à cause du manque d’exactitude du stylet ou de l’effet de profondeur trompeur. Le temps étant chronométré, le moindre faux pas peut se payer cher. Malgré tout, de manière générale, l’ensemble reste accessible et relativement maniable.

tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-01 tokyo-crash-mobs-nintendo-3ds-06

Si l’on a affaire ici à un sorte de délire complétement assumé pour ce qui est de l’univers global du titre, il faut avouer qu’en contrepartie, le principe du jeu, lui, est super carré et addictif, puisqu’il s’agit d’un puzzle-game. Si les concepts étranges ne vous font pas peur, alors Tokyo Crash Mob et son prix attractif sont faits pour vous.

Sironimo

Points forts :

– Son univers complétement fou
– Original
– Puzzles à la hauteur
– Difficulté croissante

Points faibles :

– Son univers complétement fou
– Tout en anglais
– Graphismes réalistes déstabilisants
– Quelques imprécisions

[note] La note de Gamingway : 16/20[/note]

Editeur: Nintendo
Genre : Puzzle-game / Délirant
Supports : 3DS (eShop pour 5.99 € )
Date de sortie :  17 janvier 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *