Test : The Girl and the Robot (Steam)

the_girl_and_the_robot006Vous aimez ICO ? Vous trépignez d’impatience en attendant The Last Guardian ? Flying Carpets Games a peut-être une solution pour vous…

On peut dire que Fumito Ueda aura inspiré bon nombre de créateurs avec ICO. Même s’il n’a pas réellement créé un genre, il aura su y apporter une ambiance jamais vue auparavant dans un jeu « d’escorte/puzzle. »
Une ambiance qui a très certainement touché les développeurs de The girl and the robot, nous offrant ainsi un titre très attachant.

Le château dans le ciel

Une tour et une princesse, prisonnière, jouant les filles de l’air.
Ici, nul intrépide jeune homme ou grande créature poilue pour accompagner notre héroïne, mais un chevalier mécanique que l’on imaginerait sans peine sorti du magicien d’Oz.
Notre jeune héroïne, dans les premières minutes de jeu, devra éveiller son ange gardien avant de partir à l’assaut des énigmes et pièges mortels qui parsèment le château.
À partir d’ici, il faudra jongler d’un personnage à l’autre afin de résoudre les différents puzzles qui composent les zones du jeu. La petite fille pourra sauter, ramper, actionner des leviers et soigner le robot, alors que son chevalier servant pourra essentiellement se battre et pousser des éléments du décor.

the_girl_and_the_robot005 the_girl_and_the_robot003

I, Robot

La majorité des actions sera effectuée par le robot qui devra combattre pour défendre « sa princesse », mais également utiliser ses aptitudes pour déclencher des mécanismes ; tirer des flèches dans des cibles, par exemple. Il lui sera aussi possible de soulever l’héroïne afin de la porter sur son dos et avancer dans le niveau. Les combats, peu nombreux au début, voient leur nombre augmenter vers la moitié du jeu. S’il ne représentent clairement pas l’élément de gameplay le plus réussi du jeu, leur mécanique se révèle intéressante. Le choix des développeurs de rendre le chevalier mécanique pataud est intéressant. On maudit souvent son inertie lorsqu’il faut sortir l’arc ou le bouclier, mais au final, c’est d’une grande cohérence et, surtout, cela oblige le joueur à réfléchir les actions plus que d’être uniquement dans la réaction.
En dehors de quelques passages un peu « bourrins », l’action est inféodée à une certaine forme de stratégie.
Le cœur du gameplay reste cependant lié aux énigmes qui demanderont une bonne maîtrise des aptitudes de notre atypique duo. Enfantins au début, certains puzzles nécessiteront par la suite une certaine dose d’observation, de réflexion, mais également de réflexes ; tout en ayant le bon goût de ne jamais être trop frustrants ou insurmontables. Le seul vrai défaut est le placement de certains checkpoints qui obligent le joueur à refaire une portion de niveau inutile avant de reprendre le puzzle sur lequel il a échoué.

the_girl_and_the_robot001 the_girl_and_the_robot004

The Last Guardian ?

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, The Girl and the Robot est une réussite. Alors, bien évidemment, il faut relativiser, le jeu reste la création d’un petit studio indépendant et cela joue sur la réalisation. Il reste quelques bugs de collision, des crashs lorsque l’on quitte la partie et la technique est un peu datée. Visuellement, le titre fait très « Playstation 2 », mais n’en demeure pas moins très réussi esthétiquement ; sa plastique rappelle beaucoup Kingdom hearts, par moments.

the_girl_and_the_robot_01 the_girl_and_the_robot002

Bien entendu, son aspect ne plaira pas à tout le monde, mais l’ensemble possède une vraie cohérence visuelle, gardant le joueur immergé dans l’ambiance ; on pense au Magicien d’Oz, à Raiponce, au Roi et l’oiseau, aux contes de notre enfance.
Il vous faudra environ quatre à cinq heures pour arriver au bout de l’histoire qui, sans gâcher la fin, introduira un second acte à venir.

Malgré ses petits défauts et sa courte durée de vie, je ne peux que recommander le titre de Flying Carpets Games qui est, en plus, vendu à petit prix (9,99 euros). Si vous appréciez les jeux mêlant contes, aventure, puzzles et le travail de la team ICO, il serait dommage de passer à coté.

Ominae

Points forts :

  • Un gameplay old school, rigide mais intuitif
  • Un level design de qualité qui sait se renouveler
  • Des énigmes à la difficulté bien dosée
  • Une histoire simple et pleine de charme
  • Une OST très réussie

Points faibles :

  • La technique datée
  • Les checkpoints parfois mal placés
  • Une aventure un peu courte, le peuple réclame la suite

[note]La Note : 17/20[/note]

Développeur/Éditeur : Flying Carpets Games
Genre : Aventure/puzzle
Support : Steam (PC – Mac). Prochainement sur WiiU et PS4
Date de sortie : 18 août 2016

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *