Test : Shin Megami Tensei IV (eShop 3DS)

shin_megami_tensei_IV_logoPresque un an et demi après sa sortie japonaise, le dernier Shin Megami Tensei, série très appréciée sur l’archipel, arrive enfin chez nous. Son manque de notoriété sur le vieux continent lui vaut une sortie dématérialisée : il va falloir le télécharger sur l’eShop de la 3DS, et posséder une bonne maîtrise de l’anglais, pour profiter de ce titre. Ce J-RPG mérite-t-il qu’on fasse autant d’efforts pour lui ? La réponse tout de suite.


Des démons et des hommes

Il n’est pas utile d’avoir joué aux épisodes précédents ou à un quelconque jeu de la série Persona pour plonger dans Shin Megami Tensei IV. En revanche, les éléments clés de la série son conservés : la difficulté reste plus élevée que dans les autres rpg japonais, l’univers dans lequel on évolue est toujours un mélange de japon féodal et de haute technologie (avec des flash back concernant un monde contemporain post-apocalyptique) et les démons jouent un rôle important.

D’ailleurs, à la manière d’un pokémon, il va falloir engager les ennemis qu’on rencontre dans l’équipe afin de bénéficier de combattants puissants pour faire face aux défis auxquels le héros est confronté. Il y a ainsi environ 400 démons à capturer, saluons au passage le chara-design plutôt inspiré et original et ces derniers, même si les fans constateront qu’il tranche avec les épisodes précédents.

Le jeu commence alors que Flynn (qu’on peut renommer à sa guise) passe avec succès un rite qui lui permet de devenir un Samouraï, une caste devant protéger la cité des attaques des démons. Il obtient donc un gant high-tech doté d’une intelligence artificielle qui lui sera bien utile par la suite.

shin_megami_tensei_IV_1 shin_megami_tensei_IV_2

Un RPG très complet

Shin Megami Tensei IV est un RPG au tour-par-tour, mais qui se différencie des jeux qu’on connaît : le joueur dispose d’un nombre d’actions pré-déterminé, chaque action permet d’attaquer, d’utiliser un objet, de passer son tour ou de discuter avec les adversaires. Cependant, les conséquences de chaque action peuvent faire varier le nombre de points : en cas de coup critique ou si on exploite les faiblesses élémentaires, on dispose d’un point d’action supplémentaire et le personnage se renforce. En revanche, si le l’attaque échoue ou si l’ennemi présente des résistances on perd des points d’action. L’adversaire joue quand tous les points sont épuisés et est également soumet à ce système de bonus/malus. Il faut donc apprendre à bien connaître les ennemis rencontrés afin d’utiliser les actions les plus efficaces contre eux.

Pour avancer dans le jeu, il faut se constituer une équipe solide composée de Flynn et de 3 monstres. Pour cela, il faut discuter avec les démons pendant les combats. On a alors des choix à faire et, selon les réponses, le monstre accepte ou non de rejoindre l’équipe. Mais il ne va pas se laisser apprivoiser rapidement et risque de réclamer de l’argent, des objets, des points de vie et de magie en échange de ses services. En cas de mauvaise réponse, on peut voir l’ennemi s’enfuir ou combattre immédiatement, alors que notre tour de jeu n’était pas fini !

Shin Megami Tensei IV repose donc sur un système à double tranchant qui peut faire basculer les combats à tout moment et où la chance intervient quand même un peu.

Le personnage comme les démons évoluent en montant en niveau. Chaque montée en niveau permet de renforcer les statistiques du héros et de ses démons. En plus, à chaque niveau, le joueur dispose de 5 points bonus à répartir comme il le désire afin de personnaliser son avatar. Un peu plus tard dans le jeu, on pourra même fusionner les démons pour en obtenir de nouveaux. Mais ce n’est pas tout : l’intelligence artificielle enfermée dans le gant gagne aussi des points à chaque niveau, ces derniers servent à acheter des applications donnant de nouvelles capacités pendant ou en dehors des combats comme la possibilité d’avoir plus de démons en réserve, augmenter le nombre de leurs attaques ou celles de Flynn, obtenir de l’argent ou des objets en discutant avec les démons etc.

Enfin, à certains niveau, les démons apprennent de nouvelles attaques ou peuvent en apprendre à Flynn. Le nombre de magies et de coups étant limité, il faut faire des choix en gardant à l’esprit que si on apprend une attaque qu’on connait déjà, elle gagne en puissance.

shin_megami_tensei_IV_3 shin_megami_tensei_IV_4

Un épisode plus accessible

En passant au format portable, Atlus s’est permis quelques changements, le plus notable étant la difficulté : bien que toujours plus élevée que la moyenne, elle a été revue à la baisse pour Shin Megami Tensei IV. Le jeu n’est cependant pas facile et nécessite de retourner régulièrement se reposer pour régénérer sa vie et sa magie. Heureusement, on peut sauvegarder à tout moment mais il n’est pas rare de voir son équipe décimée par des démons considérés comme faibles.

Autre nouveauté, la possibilité de faire des choix pendant les conversations intégrées à l’histoire. Ceux-ci ont une influence directe sur le dénouement du jeu en faisant évoluer l’alignement de Flynn : neutre au départ, il peut s’orienter vers l’Ordre ou le Chaos, le jeu ne dévoilant tous ses secrets qu’en restant neutre ! Enfin, Shin Megami Tensei IV propose des suggestions aux joueurs pour fusionner les démons et permet de les enregistrer afin de les invoquer rapidement plus tard moyennant finance : le joueur est plus guidé, ce qui s’avère bien pratique au début.

Shin Megami Tensei IV est un dungeon RPG, c’est-à-dire qu’on n’explore qu’un unique donjon composé de nombreux niveaux. Flynn arpente donc de nombreuses salles, avec une carte qui s’affiche sur l’écran supérieur au fur et à mesure qu’on avance. La maniabilité est bonne et on peut orienter la caméra comme on le veut pour ne pas passer à côté des passages secrets et louper des reliques importantes. Les reliques sont des objets rares cachés dans le donjon et qui réapparaissent régulièrement. On peut les vendre dans l’une des deux boutiques du jeu afin d’améliorer son équipement. Cependant, les armes et armures sont chères, les reliques peu nombreuses et l’argent sert également à soudoyer les démons ou ramener Flynn à la vie pour éviter le Game Over. Il n’est donc pas facile d’accumuler des richesses !

Si le doublage anglais est de qualité et les musiques agréables, les bruitages ne le sont pas toujours. De même, les graphismes oscillent entre une 3D un peu simple quand on explore le donjon et des scènes fixes très belles. Globalement agréable, le jeu ne flatte pas la rétine pour autant. Enfin, le scénario se dévoile petit à petit mais ne s’avère pas aussi complexe que dans les épisodes précédents, peut-être pour s’adapter à un public plus large.

shin_megami_tensei_IV_5 shin_megamin_tensei_IV_6

Un excellent RPG

Shin Megami Tensei IV n’est pas techniquement bluffant. Cependant, il propose un challenge intéressant sans tomber dans l’excès, ce qui lui procure une durée de vie excellente de plusieurs dizaines d’heures. Il convient aussi bien aux amateurs de J-RPG qu’aux autres, notamment grâce à son système de combat à double tranchant et son système d’évolution complexe et profond. Atlus a fait des efforts pour rendre son jeu plus adapté aux joueurs européens en leur donnant plus d’aides et d’explications tout au long de l’aventure. Enfin, on apprécie les fins multiples déclenchées par les choix pendant les conversations, ce qui reste assez rare dans les J-RPG. Il est en revanche dommage de ne pas avoir proposé de version française, car il faut une bonne connaissance de l’anglais pour s’en sortir. Un jeu à découvrir malgré tout pour son ambiance unique et sa richesse.

Enguy

Points forts :

– 400 démons à découvrir
– La série s’adapte aux goûts des Occidentaux
– Système de combat/ d’évolution riche et profond

Points faibles :

– Bruitages parfois agaçants
– Pas de version française
– Difficulté toujours plus élevée que dans les autres séries

[note]La note Gamingway : 17/20[/note]

Développeur : Atlus
Genre : RPG
Support : eShop 3DS

Date de sortie : 30 octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *