Test : Senran Kagura Peach Beach Splash (PS4)

Les apprenties ninja de Senran Kagura sont de retour dans un spin off très orienté TPS. Ce nouveau jeu tiré de la licence la plus coquine des jeux vidéo est souvent comparé à Splatoon. Nous allons donc voir si la comparaison est judicieuse et si les jeunes filles, légères et court-vêtues, sont à la hauteur des défis qui les attendent. Par ici pour la suite.

Un hiver chaud chaud chaud !

Alors que l’hiver est bien avancé, aucune trace de froid ou de neige. À la place, soleil et chaleur ! Une météo bien inhabituelle qui surprend les jeunes filles. C’est pourtant le temps idéal pour organiser un nouveau tournoi Peach Beach Splash. Toutes les filles sont donc rapidement invitées à prendre part à ce tournoi bizarre, digne de la période estivale, où les participantes doivent s’affronter dans des combats de pistolets à eau. Les arts ninjas sont interdits ! En revanche, il est parfaitement autorisé de mouiller les maillots adverses et même de les déchirer pour montrer à tous des formes généreuses ! Cette compétition est-elle simplement un prétexte pour mater ces jeunes filles innocentes ? C’est ce qu’elles devront découvrir.

 

Des héroïnes bien équipées !

Non, je ne parle pas uniquement des mensurations des adolescentes, mais bien des armes dont elles disposent. Pistolet simple, bazooka, fusil et bien plus attendent ces demoiselles qui pourront se spécialiser dans une arme afin de noyer les équipes adverses. En plus de leur arme principale, elles ont une arme secondaire ne nécessitant pas d’eau et pourront user d’un jet-pack bien pratique pour atteindre des zones surélevées ou utiliser des cartes spéciales pour bénéficier d’effets spéciaux, comme des soins, la possibilité de briser les barrières, de l’eau infinie et bien plus. Le niveau des jeunes filles et l’équipement peuvent être améliorés grâce aux cartes obtenues pendant les missions. Plus le niveau augmente et plus l’arme ou la carte est puissante. Les héroïnes, en montant en niveau, gagnent des points de vie supplémentaires et voient leurs caractéristiques augmenter. Il faut donc jouer beaucoup pour arriver à faire l’équipe de ses rêves !

Un TPS bien bourrin !

Senran Kagura Peach Beach Splash est souvent comparé à Splatoon, parce que les deux jeux mettent en scène des personnages délirants dans des combats de pistolets à eau. Cependant, ces deux jeux n’ont rien à voir ! Senran Kagura Peach Beach Splash ne joue pas dans la même catégorie que Splatoon et nous allons vite voir pourquoi. Dans Senran Kagura Peach Beach Splash, le joueur incarne une jeune fille combattant avec 3 équipières dans des arènes au level design assez sommaire. Il faut dire que le jeu privilégie l’action à la réflexion et qu’il faut bouger et tirer sans arrêt pour s’en sortir. On a le choix entre un mode de visée manuelle et un mode de visée automatique, mais ce dernier n’est guère satisfaisant. On se contentera de courir dans tous les sens et de tirer sur tout ce qui bouge, sans forcément chercher à verrouiller sa cible, car le jeu est plutôt fait pour tourner autour des adversaires en les arrosant. Dans cette logique d’action frénétique, les développeurs n’ont pas trop pensé à des solutions pour se cacher ou se protéger, donc il faut rentrer de plain-pied dans l’action et vraiment se jeter à l’eau pour tout donner. On est loin des combats assez tactiques de Splatoon et des stratégies d’équipes. Ici, c’est un peu la grosse pagaille et seul le niveau des personnages et de leur équipement font la différence, tant le talent des joueurs est mis en retrait.

Ce gameplay récompense ceux qui ont passé du temps dans le jeu et amélioré un peu tout, mais surprendra les joueurs inexpérimentés lors des combats en ligne, car ils vont souvent se trouver confrontés à des adversaires bien mieux équipés et participeront à des batailles fortement déséquilibrées. C’est dommage, mais je n’ai pas beaucoup abusé des modes en ligne, car il n’y avait pas énormément de joueurs quand j’ai fait le test.

Senran Kagura Peach Beach Splash se démarque de Splatoon par son gameplay moins fin et plus brouillon, mais son intérêt vient surtout des petits ajouts coquins qui jalonnent le jeu.

 

Un jeu coquin surtout pour délirer

À première vue, Senran Kagura Peach Beach Splash est un jeu destiné aux joueurs les plus vicieux qui ne veulent que mater. Mais ce serait mal le juger. C’est surtout un jeu à prendre au second degré et à apprécier pour son côté coquin et délirant. Une sorte de gros délire pour joueurs matures, mais sans excès. De ce côté, le titre assure : des tas de jeunes filles mignonnes et pour tous les goûts, qu’on peut personnaliser. Il y a de nombreuses tenues et des tas d’accessoires pour les mettre en valeur. Les jeunes filles, pendant les combats, peuvent voir leurs superbes maillots se déchirer, dévoilant ainsi leurs corps de rêve. C’est ce qu’on appelle des « finish coquins ». Mais ne rêvez pas : on n’est pas dans un jeu érotique et des étoiles très brillantes viendront recouvrir les parties les plus intimes. Il reste néanmoins des poses suggestives, des mimiques aguicheuses et des dialogues très salés, mais non dénués de charme et d’humour. À ce niveau, la version française s’en sort bien : si les voix sont toujours en japonais, les textes sont tous en français et respectent bien le ton assez provocateur de la série. De la jeune ingénue à la grosse vicieuse, en passant par la bimbo ou la pauvre écervelée, il y a de tout.

En plus de chercher à déshabiller les adversaires, dans les menus on peut créer son propre diorama en sélectionnant ses combattantes favorites, en leur choisissant des tenues et des poses spécifiques pour des scènes mémorables. Il y a aussi le mode vestiaire où l’on peut tripoter la fille qu’on aime, l’asperger partout et la masser pour lui donner un maximum de plaisir dans l’espoir d’une petite récompense coquine. Mais ce n’est pas facile à obtenir.

Ainsi, Senran Kagura Peach Beach Splash fait honneur à la série en proposant un tas d’activités sulfureuses sans transgresser d’interdit. Cela reste un jeu vidéo, et c’est ce qui fait le charme du jeu. En plus de ces délires coquins, le jeu propose un contenu suffisant.

Un contenu solide

On commence par le traditionnel mode histoire. Le joueur choisit son équipe parmi 4 et doit effectuer 10 missions pour comprendre le véritable sens du Peach Beach Splash et les liens qui unissent les étudiantes. De quoi occuper les joueurs pendant une dizaine d’heures déjà.

Il y a aussi de nombreux défis et les modes en ligne. On peut donc s’adonner aux joies des combats par équipes de 3 ou de 5, mais comme souligné plus haut, les affrontements sont souvent déséquilibrés, donc ce n’est pas toujours très amusant.

On peut également passer du temps à la boutique, admirer sa collection de cartes ou passer en revue son équipement : le joueur dispose de tous les outils pour gérer son équipe et créer celle de ses rêves. Enfin, les petits vicieux essaieront de faire craquer les jeunes filles dans le mode vestiaire ou passeront du temps à imaginer des dioramas sexy. Il y a vraiment de quoi s’occuper !

Une technique en dent de scie

On ne peut pas trop faire de reproches à la modélisation des jeunes filles, toutes plus belles les unes que les autres, malgré un petit aliasing de temps en temps. En revanche, lors des affrontements, des petits problèmes de fluidité surviennent alors qu’il n’y a jamais des tonnes de personnages à l’écran. De plus, les arènes, bien qu’assez différentes les unes des autres, sont assez sommaires et ne sont pas très inspirées, même au niveau du level design. On a l’impression que l’accent a surtout été mis sur les courbes des innocentes nymphettes, le reste paraissant secondaire.

 

Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains !

La licence Senran Kagura a toujours été coquine, et ce spin off ne déroge pas à la règle. On le conseille donc surtout aux joueurs assez matures pour aller au-delà de son apparence de jeu pour gros pervers et le prendre au second degré. Il faut le voir comme un divertissement bien délirant et un brin coquin, mais sans plus. Senran Kagura Peach Beach Splash vient combler le manque de jeux de pistolets à eau sur PS4, mais n’est pas aussi tactique et profond que Splatoon. Les deux univers n’ont d’ailleurs rien en commun. Malgré tout, on pourra apprécier l’aspect collection du titre (cartes, tenues, accessoires, armes, etc.) et passer du temps à monter une équipe de choc pour, ensuite, aller se défouler en ligne. Les « finish coquins » sont assez rigolos au début, mais se révèlent un peu répétitifs et lassants sur le long terme. Heureusement, les textes en français apportent la petite touche d’humour qui compense l’aspect un peu brouillon des affrontements. Si on aime l’action frénétique et les jeunes filles en petite culotte, alors on a un titre parfait pour se détendre sans se prendre la tête.

Enguy

Points forts :

– Des jeunes filles mignonnes bien modélisées
– De nombreuses cartes à collectionner
– À la fois coquin et délirant
– Prise en main facile
– Bonne durée de vie
– Version française

Points faibles :

– Level design des arènes sans inspiration
– Uniquement bourrin
– Le second degré risque d’être mal compris
– Finish coquins vite lassants
– Ne récompense pas la dextérité du joueur

[note]LA NOTE : 15/20[/note]

Développeur / Éditeur : Marvelous !
Genre : TPS, action, RPG,
Supports : PS4
Date de sortie : 22 septembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *