Test : Pokémon version Noire (DS)

Tout comme le Ying et le Yang, les versions Noires et Blanches de ce nouveau Pokémon sont, encore une fois, opposées mais pourtant totalement complémentaires. Enorme succès, non seulement au Japon mais également planétaire, la licence Pokémon n’a pas fini de faire parler d’elle : dessins-animés, jeux vidéo, manga,  jeux de cartes et produits dérivés multiples, rien n’est oublié.

Les petits Pocket Monsters reviennent dès le 4 mars 2011 sur DS avec ces deux versions très attendues : Pokémon Blanc et Pokémon Noir. Attardons-nous ici sur la version Noire et sur ses nouveautés.

Pokémon, Pokéball et Pokédex

Après avoir choisi d’incarner un dresseur, garçon ou fille, le jeu démarre dans votre village d’origine. Comme à chaque début de partie des nombreux jeux de la licence, le joueur pourra choisir, entre trois Pokémon de base, celui qui deviendra son fidèle compagnon et qui l’aidera à explorer toute la région d’Unys. Le choix sera donc laissé entre : Vipélierre, un Pokémon à l’apparence reptilienne avec une queue qui se termine en forme de feuille et qui est de type plante, Gruikui, qui ressemble à un petit cochon et qui est de type feu et, en dernier nous avons Moustillon, sorte de loutre aux pieds palmés et doté d’une puissante queue et qui est lui de type eau.
Que tout le monde se rassure, les deux malheureux Pokémon laissés sur le carreau ne seront pas abandonnés car vos deux autres amis dresseurs les prendront sous leur aile. Vous voilà maintenant prêt à partir à l’aventure.

Le jeu en lui-même se déroule globalement comme ses prédécesseurs. Le joueur progresse dans l’histoire en se déplaçant de village en village et sur son chemin il croise bon nombre d’autres dresseurs qui souhaiteront l’affronter et se mesurer à lui. Les différents combats permettent surtout de faire progresser ses différents Pokémon car, outre le Pokémon choisi au départ, de nombreuses autres créatures seront trouvables dans le jeu et il faudra se montrer habile et rapide pour les attraper. En tout, c’est un total de plus de 150 nouveaux Pokémon de la cinquième génération qui sont disponibles. Chaque joueur pourra choisir son but personnel : collectionner le plus de Pokémon possible, faire évoluer son équipe avec les meilleures caractéristiques, devenir un dresseur hors pair ou découvrir les fameux Pokémon légendaires, les objectifs sont nombreux.

Cette fois-ci, il faudra se mesurer à la mystérieuse Team Plasma. Ces derniers revendiquent des Pokémon libres et sans dresseur, mais est-ce vraiment leur véritable dessein ?  En tous-cas, le joueur devra se poser les bonnes questions et il pourra se demander si, finalement, créer sans cesse des combats entre Pokémon est une bonne ou une mauvaise chose. Le scénario s’avère d’ors et déjà plus mature et adulte et implique un peu plus le joueur dans l’histoire. Les versions noires et blanches, sans couleurs donc, semblent apporter un vrai renouveau dans la série car le jeu est plus tactique, plus proche d’un RPG et les Pokémon sont tous nouveaux. D’ailleurs, on peut déplorer que certains Pokémon inédits soient plutôt inégaux, graphiquement parlant, car leur apparence globale manque parfois d’imagination.
Il sera possible toutefois d’importer des Pokémon de ses anciens titres tel que Diamant et Perle ou Or et Argent via le Poké Fret. Grace à cette option, et après avoir effectué un mini-jeu, il sera donc possible de faire venir quelques Pokémon déjà attrapés dans les anciennes versions, mais globalement il faudra surtout faire avec les nouvelles créatures !
L’arrivée des différentes saisons apporte également une vraie nouveauté au soft. Les Pokémon changent de couleur en fonction de la saison et certaines zones, inaccessibles auparavant, s’ouvrent alors au joueur. Certains Pokémon ne font leur apparition qu’à une saison donnée également.
Malgré tout, comme les jeux précédents, l’histoire et le parcours restent très linéaire. Le joueur devra donc se contenter d’aller d’une ville à l’autre et d’affronter le champion d’arène de celle-ci avant de pouvoir continuer son chemin.

Une nouvelle ère commence

Visuellement et au niveau des musiques, le titre a su garder sa patte si reconnaissable. Des petits personnages (en S.D.) avec de grosses casquettes de dresseurs qui évoluent dans un décor en 3D simplifié. Cette fois, graphiquement le jeu est plus abouti et plus beau. Il a tout le charme des RPG sur console portable et reste toujours ergonomique. Les musiques, elles aussi, n’ont pas vraiment changé et peuvent parfois un peu agacer, de par leur omniprésence surtout. On peut regretter l’absence d’interaction avec l’écran tactile, mais on ne peut qu’apprécier  le côté rétro et mignon, conservé par les graphismes dans l’ensemble.

Les combats eux aussi ont eu droit à quelques nouveautés bien pensées. La difficulté est un peu revue à la hausse et les Pokémon sauvages risquent de vous réserver quelques surprises. Après les combats duos, qui permettent de s’affronter à deux Pokémon en même temps, on a maintenant les combats Trio. Trois Pokémon se font face pour un combat acharné, seulement voilà, seul votre Pokémon central pourra affronter tous ses ennemis car ceux situés sur les côtés ne peuvent atteindre que leurs adversaires les plus proches, un des Pokémon adverse étant systématiquement hors d’atteinte. A vous de bien choisir les positions respectives de vos Pokémon, car l’issue du combat en dépendra. Les combats Rotatifs font eux aussi leur apparition et, comme l’indique leur nom, trois Pokémon sont envoyés simultanément au combat mais un seul d’entre eux fera face à un ennemi et ainsi de suite.

La vraie force du titre repose surtout dans ses interactions avec le reste de la communauté. Il est maintenant possible d’être connecté en permanence via le wi-fi ou en local, grâce au C-Gear, sorte de petit appareil représenté sur l’écran tactile de la DS et qui scanne en permanence la présence ou non de vos amis. Il sera donc bien sûr possible de s’échanger des Pokémon ou de s’affronter et, surtout, la  communication a été revue à la hausse, notamment avec le chat vidéo, qui permet jusqu’à  4 joueurs de se voir et de se parler en même temps sous la forme de messages enregistrés.
Les menus et les échanges ont été simplifiés et sont également plus pratiques.
Au centre du pays d’Unys, se trouve une île en forme de Pokeball et c’est dans cette zone, baptisée le « Heylink » que le joueur aura la possibilité de se connecter, via le réseau de connexion sans-fil de la DS, aux consoles de ses amis. Une fois dans leur monde, il aura la possibilité de faire quelques mini-jeux avec son hôte afin de remporter des bonus. Il ne faut pas oublier que l’accent est mis sur les interactions entre joueurs et sur les échanges de Pokémon, notamment entre les versions Noire et Blanche.
On peut noter également qu’un site internet accessible par ordinateur, le Pokémon Global Link (PGL), a été mis en place et proposera des activités annexes telles que, décorer sa maison, planter des baies et rencontrer de nombreux Pokémon. Par la suite, vos gains pourront être directement téléchargeables sur les versions Noires et Blanches de la DS, via le wi-fi.

C’est dans les vieux pots…

Pokémon Noir (et Pokémon Blanc) reprend tous les éléments qui ont fait le succès de la saga, rehaussés par quelques nouveautés bien senties. Ainsi, il faudra débusquer et attraper les 150 nouveaux Pokémon au rythme des changements de saisons. Les modes communautaires ont été considérablement revus à la hausse à grand renfort de communication Wi-fi et sans fil et les échanges mondiaux sont de la partie. Le scénario et les combats s’avèrent, quant à eux, plus proches d’un véritable RPG, l’histoire est  plus sombre et plus aboutie et les affrontements plus tactiques. Bref, ce nouveau volet des Pokémon ne perd pas de son charme tout en apportant un peu de frais à une licence qui perdure depuis si longtemps avec les mêmes bases de jeu. A vos Pokéball et… Attrapez-les tous !

Sironimo

Points forts :

– Plus de 150 nouveaux Pokémon

– Les combats plus tactiques, à 2 voire 3 Pokémon simultanément

– Des graphismes plus jolis

– L’aspect communautaire poussé

– Plus proche de l’univers d’un RPG, plus mature

Points faibles :

– Tous les Pokémon ne sont pas réussis

– Le jeu globalement trop linéaire

La Note Le Mag Jeux Vidéo : 16/20

Editeur: Nintendo

Genre : RPG

Support: DS

[ad#Ban gros bloc ]

  • Michel04/05/2011 à 21:43Permalink

    Aidez moi !!!!!! Jai fini le jeux mais quand on a battu la ligue que faut il faire dans le jeux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *