Test : Plantera (3DS)

Plantera : mix des mots “Plante” et du groupe “Pantera” ?… Non, pas vraiment. En fait, Plantera est un jeu dans lequel il faudra créer son jardin et le gérer… Du moins, c’est ce que j’ai cru au premier abord. Comme c’est vraiment le genre de jeu que j’aime en général, j’étais emballée !

Plantera est avant tout un Free-to-Play sur smartphone. Disponible également sur Steam, il est vendu ici 4,99 € sur 3DS (prix raisonnable). Mais ne nous emballons pas trop et voyons un peu de quoi il en retourne (la terre, ha ha !).

Plantera, Planteram, Plantae

Comme tous les jeux de gestion de ce type : ferme, jardin, ville, etc., le principe est simple : il faut faire prospérer ses arbres, plantes et animaux et en récolter les fruits (dans tous les sens du termes). Chaque élément récolté rapporte de l’argent ainsi que de l’XP, ce qui vous permettra d’acheter de plus en plus d’arbres, de légumes ou de buissons. Le joueur commence avec simplement des champs de carottes, quelques pommiers et des poules, mais rapidement, il pourra débloquer toutes sortes d’autres plantes et animaux. Jusque là, on retrouve tout ce qu’il y a de plus classique dans ce genre de titre.

Dialogue avec mon jardinier

Le jeu se déroule en 2D et il faudra scroller de droite à gauche et ainsi planter son champ ou ses arbres dans l’espace donné. D’ailleurs, les différentes catégories de plantes se superposent (vue en 2D oblige). On pourra donc créer un champ de carottes, ajouter un buisson de baies derrière lui et également un grand arbre sur le même plan. Les animaux, eux, se promènent et peuvent donc être déposés n’importe où. Également disponible dans les options du jeu, un premier assistant qui va vous aider à tout récolter puis, par la suite, vous pourrez (moyennant finance) en embaucher plusieurs autres.
Certes, quelques corbeaux mal attentionnés ou encore un renard viendront régulièrement rendre visite à votre « jardin » pour essayer de vous piquer des fruits ou faire peur à vos poules, mais encore une fois, la résolution de cette problématique (les faire fuir) se fera en cliquant dessus. Rien de plus simple. Et puis mieux encore, on pourra bien sûr, au fil du temps et de l’argent, accumuler, acheter des options, comme un épouvantail pour faire fuir les oiseaux du coin ou encore, dans un autre registre, prendre en option un multiplicateur d’argent (qui vous facilitera encore plus le jeu) ou encore un réveil pour que vos assistants bossent plus pendant votre absence (quand le jeu est éteint).
Notons que les graphismes sont tout mignons, sans être exceptionnels non plus, mais choupinets. Quant à l’habillage sonore, il se contente du minimum syndical.

Arnaques, crimes et botanique

Le gros soucis du jeu, c’est que tous les éléments se superposent sur une petite surface en 2D et qu’il faudra sans arrêt tout récolter… Et donc cliquer sur l’écran tactile de la 3DS à l’aide du stylet. Les actions sont les suivantes : faire tomber les pommes de l’arbre, puis les récolter, sortir les carottes de la terre, puis les récolter, ramasser les œufs des poules au sol, etc. Si au début c’est lisible et jouable, très vite lorsqu’on ajoute des moutons, des cochons, des vaches, des cerises, des tomates, des pommes de terre, des aubergines et j’en passe, sur le même plan, on passe son temps à cliquer frénétiquement sans voir ce qu’on fait ni (et c’est bien là le plus important) y prendre du plaisir !

Alors certes, il existe un option pour faire disparaitre de l’écran les assistants, par exemple, dans un soucis de lisibilité, mais cela ne suffit clairement pas et on se retrouve à bousiller son écran de console en tapotant non-stop dessus.
De plus, on finit par gagner rapidement de plus en plus d’argent, le terrain pouvant également s’agrandir sur les côtés, et le joueur peut alors se permettre d’acheter tous les éléments du jeu en à peine 1h30 en atteignant le niveau 20, réduisant ensuite tout l’intérêt du titre.
Plantera n’est pas un jeu de gestion, on plante des trucs, on place 4 ou 5 assistants et on remplace les anciennes plantes, peu rentables, pas les nouvelles obtenues au fil du jeu et on récolte en tapotant l’écran comme une mitraillette avec son stylet. Rien de plus. Finalement, le jeu est un peu l’inverse de Farming Simulator… mais tout aussi ennuyant !

Je pense malheureusement que le format téléphone et gratuit est le plus adapté pour ce jeu, car là, clairement, sur 3DS on s’ennuie.
À part pour les très jeunes enfants qui aimeraient découvrir leur premier jeu mignon et ultra simple de gestion de ferme, je ne vois pas qui ça pourrait intéresser.

Sironimo

Points forts :

– Les graphismes mignons et attrayants
– Les plantes et les animaux de la ferme
– Pas trop cher…

Points faibles :

– …mais trop cher pour ce que c’est.
– Trop facile
– Pas ce que j’appelle un jeu de gestion
– On « fini » le jeu en 1h30
– On s’ennuie !

 

[note] La note : 12/20 [/note]

Développeur : VaragtP
Éditeur : VaragtP
Genre : Simulation de ferme
Support : Smartphone, PC (Steam), 3DS, Wii U
Date de sortie : 28 janvier 2016 (sur PC), 9 février 2017 (sur Wii U/3DS)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *