Test : New Super Mario Bros 2 (3DS)

Si depuis la nuit des temps ou presque, chaque console Nintendo a le droit à son, ou ses épisodes, des Aventures de Mario (rien de plus logique ma foi), toutes depuis la DS ont eut le droit à leurs épisode de New Super Mario Bros. Le premier de la lignée débarqué sur DS nous a offert un retour au source rafraichissant donnant malgré tout un nouveau souffle à la série. Le suivant sur Wii s’est surtout fait remarqué grâce à son mode multijoueurs excellent qui, encore aujourd’hui, ne lasse pas/ Le prochain sur Wii U (voir notre preview) promet son lot de nouveautés et d’innovations que l’on a hâte de tester, mais quand est-il de ce fameux épisode 3DS répondant au nom de « New Super Mario Bros 2 »? Réponse tout de suite.

 

Un mario… mais avec plus de pièces.

Difficile de nos jours de ne pas connaitre Mario et son histoire d’amour d’apparence inexistante avec la princesse Peach. Depuis le tout premier épisode de la franchise, les « Mario » se sont imposés comme mesure étalon du jeu de plates-formes, tant au niveau du Gameplay que les équipes de Nintendo cherchent à renouveler sans cesse, qu’au niveau visuel.

Mais qu’à-t-il bien pu se passer pour que l’on se retrouve aujourd’hui avec un épisode si plat et avare en nouveautés? Certes « New Super Mario Bros 2 » est un jeu de plates-formes agréables et bien foutu, qui procure autant de plaisir que les épisodes passés, c’est indéniables et ça ne se discute pas. Mais rien de bien neuf ne nous est proposé au menu, si ce n’est tout ce qui tourne autour du « million de pièces ». Pour faire simple aucun nouveau costume n’est au programme mis à part la fleur doré permettant de tout transformer (ou presque) en or afin d’atteindre ce fameux million. D’ailleurs parlons en du million : l’idée et bonne et part du principe que les joueurs les plus acharnés squatteront sans vergognes leur exemplaire du jeu afin d’atteindre cet objectif plutôt poussé, mais encore faut il leurs donner de quoi s’amuser assez longtemps sans les lasser.

Je l’avoue il est très difficile pour moi de dénigrer quelque peu un jeu de la franchise, mais force est de constater que cet épisode n’y fait pas honneur. Le Game Design reste identique à ce que l’on a déjà vu… Vous le connaissez ce niveau verdoyant? Et celui plein de sable « Égypte Style »? Oui, oui les châteaux de milieu et fin de monde n’évoluent pas non plus… Alors oui on ne change pas une équipe qui gagne, on y est habitué et c’est bien comme ça, mais un peu de nouveauté ne fait pas de mal et retirerait cette impression qu’auront certains et qui se résume à : « Bah c’est comme le premier mais avec plus de pièces! ».
Oh que oui, les pièces sont partout, en masse, voir même un peu trop. Tellement qu’on finit par se demander s’il sera si difficile de s’en procurer un million. Du coup on passe du « Holala un million ça va être difficile! » à « Mais y’a trop de pièces en fait c’est un blague. » pour finir avec « J’ai déjà fini les 9 mondes… 2 fois. Il faut que je recommence… ».

On ne peut pas y échapper, cet épisode, en plus d’être simple, se termine relativement vite et même la présence de 3 mondes « cachés » ainsi que la recherche de « pièces étoiles » ni change rien. Ajoutez à cela le fait que les vies se récoltent abondamment, au point que l’on se demande s’il nous arrive d’en perdre… Sans exagérer, il faudrait presque faire exprès de mourir à répétition pour espérer apercevoir le costume de raton laveur doré, ce fameux costume conçu pour que l’on puisse finir n’importe quel niveau en jouant avec les pieds ou les yeux fermés (voir les 2).

 

 

L’art de savoir porter la salopette… et la moustache!

Alors tout est à jeter? On a affaire au pire épisode de toute la saga? Bien sur que non.
Malgré la présence de défauts évidents et d’une durée de vie un peu courte, on a surtout affaire à un jeu de plateformes génial qui fait honneur au genre (le contraire aurait été étonnant!). C’est une recette qui marche et ce n’est pas prêt de changer. Ce gameplay mais quel bonheur, on le connait bien mais c’est si agréable de s’extasier devant cette précision. Et même si on nous offre peu de nouveautés, on se surprend à aimer ce que l’on connait déjà, des décors aux bonus cachés, des costumes aux boss de fin de niveaux, tout est à sa place et il vaut mieux ne presque rien rajouter plutôt que de retirer à un jeu Mario ce qui fait de lui un jeu Mario, je pense qu’on est tous d’accord là dessus.

« Ne presque rien rajouter »? Et bien oui, peu de nouveautés mais des nouveautés quand même. Il serait illégitime de critiquer la récolte d’un million de pièces sans parler de ce que cela ajoute au gameplay, mis à part la fleur d’or dont on a parlé précédemment. Cet épisode se voit donc doté de nouveaux items placés ça et là aux travers des niveaux, L’anneau doré et le bloc d’or. Si le premier transforme pendant un temps tout les ennemis du niveau en ennemis doré (toujours dans le but de récolter un max de pièces), le second apparaitra lorsque vous frapperez un bloc de pièces 10 fois d’affilées, il viendra ensuite se loger sur votre tête pour lentement vous enrichir non stop lui aussi pendant un certain laps de temps.
Autre nouveauté le mode « pièces en folie » vous permet de tester vos compétences de chasseur de trésor en vous proposant de parcourir 3 niveaux pour amasser le maximum de pièces et ce, en un temps imparti. Un mode 2 joueurs pointe aussi le bout de son nez et vous permet de parcourir le jeu accompagné d’un de vos ami qui se verra revêtir le costume de Luigi. Une idée sympathique qui permet de partager l’expérience de jeu mais qui souffre malheureusement d’un gros souci de visibilité. En effet si vous avez le malheur de trop vous éloigner de votre comparse alors il vous faudra vous débrouiller à l’aveuglette, la faute aux soucis de caméra qui fait que cette dernière ne se concentre que sur l’un des 2 héros… Un souci malgré tout bénin si vous n’êtes pas du genre à trainer, et votre compagnon non plus.
Notez pour finir que des DLC sont déjà sortis et que d’autres sont déjà en préparation. Un bon moyen de se procurer de nouveaux parcours, à condition de dépenser quelques deniers supplémentaires.

 

 

C’est bon pour les yeux et pour les oreilles!

Oh que c’est beau! Un jeu de plus qui fait plaisir à nos 3DS.
Les graphismes sont fins et sympathiques et c’est avec plaisir que l’on retrouve cette pâte graphique made in Nintendo qui nous plait tant. Les décors sont déjà vus mais reste variés comme à leur habitude, rien de choquant du coup. Graphiquement parlant, le gros point positif reste ce mélange de personnage 3D évoluant au sein d’environnement 2D, du 2,5D (oui, on sait, ça n’existe pas, tu peux ressortir capitaine obvious). Seul ombre au tableau, l’effet 3D est très léger et c’est plutôt dommage quand on sait de quoi est capable la 3DS en matière de 3D relief sur certains titres.
Pour ce qui est de l’ambiance sonore, on remarque rapidement que tout les thèmes de la série sont présents et ont été remastérisés pour l’occasion, du bonheur pour les oreilles.

 

En résumé, et malgré son manque réel de grosses nouveautés et ses quelques défauts, New Super Mario Bros 2 reste une valeur sûre en matière de jeux de plates-formes. On prend plaisir à déambuler à travers les 9 mondes disponibles pour, à la fois en voir la fin, et récolter le max de pièces dans l’espoir d’atteindre le fameux million. La durée de vie moyenne du jeu est comblée par les 2 modes supplémentaires et des DLC sont (et seront) disponibles pour les gourmands qui en veulent encore.

Djeks

Les points forts:

  • 3 modes de jeux, de quoi combler pas mal de monde
  • Le mélange 2D / 3D sympathique
  • Les musiques remastérisées
  • De la plateformes pure et dure
  • Le million de pièces à atteindre en plus de l’objectif habituel

Les points faibles:

  • Problèmes de camera pour le mode 2 joueurs
  • Pas de grosses nouveautés
  • Durée de vie un peu légère, tout comme la difficulté
La note Gamingway : 16/20
Dévelopeur : Nintendo
Éditeur : Nintendo
Genre : Plates-formes
Support : Nintendo 3DS / 3DS XL
Date de sortie : 17 aout  2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *