Test : Miitopia (3DS)

Premières vedettes de la Wii en démarrant doucement avec la place Mii, puis de la 3DS avec une montée en grade via Mii En Péril ainsi que les autres mini-jeux de la Place Mii, les Mii gagnent en reconnaissance ces derniers temps, avec déjà deux jeux leur étant consacrés, en sus de ceux auxquels ils participent. Après Tomodachi Life sur 3DS et Miitomo sur téléphone (entre réseau social et jeu), retour sur la portable de Nintendo avec Miitopia en vue d’une aventure rôliste.

Un demii jeu ?

De nombreuses critiques concernant les deux logiciels consacrés aux Mii sonnaient du genre : « Ce ne sont pas de vrais jeux ». Pourtant, nous n’avons pas le monopole du JV, qui sommes-nous pour affirmer que ce ne sont pas des jeux ? On peut en dire autant de certains « films interactifs » présentés comme des jeux à part entière, mais ce n’est pas le débat. Le souci, c’est que ces mêmes personnes fantasmaient en réalité autre chose sans savoir quoi, comme si elles se plaignaient du manque d’action dans un point ‘n click cérébral. Ces deux premières productions utilisant les Mii plutôt dans des sortes de réseaux sociaux, l’aventure était forcément absente. Pour la (re)trouver, il faut justement se pencher sur Miitopia, bénéficiant même d’un trépidant scénario. Bon d’accord : bénéficiant d’un scénario tout court, mais surtout l’expérience est gorgée d’humour, comme les Mii savent si bien le faire, alors que le monde va mal et pour cause.

Un avatar du mal volant les visages de la population de Miitopia, afin de créer sa belliqueuse armée, il s’agira d’aller lutter contre les monstres arborant les faces disparues, afin de rendre chacune à sa ou son propriétaire. Ceci non sans une forte dose de camaraderie.

On n’en croit pas nos miirettes

Vous trouviez les précédentes aventures des avatars Nintendo trop légères ? Eh bien vous devriez être ravi(e) en apprenant que Miitopia s’avère une sorte de mix de celles que l’on connait déjà. D’un côté Mii En Péril l’ersatz de jeu de rôle, de l’autre les expériences sociales Tomodachi Life et Miitomo.

Par rapport à la première, on retrouve tout simplement l’identité même de la trépidante aventure rôliste de base, où l’on part combattre des monstres, en vue d’un but héroïque que l’on a conté précédemment. Si Mii en Péril proposait déjà divers types de protagonistes, que l’on remarquait à la couleur du maillot de chacun reflétant son pouvoir, ainsi que des niveaux plus élevés selon les personnes StreetPassées, le concept est désormais plus poussé. On a ainsi droit à des classes pour nos Mii, dont les grands classiques du genre : mage, guerrière/er… Tandis que l’on en croise d’autres de plus en plus souvent ces derniers temps, mais aussi des originaux, parfois sous le nom de métiers chez de tierces franchises, bien que cela en revienne au même ici : cuisinière/er, chanteuse/eur, diablotin(e)… Et pour vraiment inclure de l’humour sans arrêt, on retrouve même une référence au fameux tank des RPG, de manière explicite.

Tomodachi Life et Miitomo se retrouvent eux notamment lors des choix de visages, puisqu’il est possible de les importer via l’utilisation de chacun de ces logiciels. N’ayez crainte, ils ne sont pas indispensables, on peut même en créer de nouveaux juste avec Miitopia.
La dimension sociale, pièce maitresse des deux jeux susnommés, est omniprésente au cours de ce nouveau, étant donné que les relations entre les membres de notre escouade s’avèreront être la clé pour vaincre les ennemis. Cependant, les relations amicales ne seront pas tout, puisque le sentiment de bien-être de toute l’équipe s’avèrera essentiel. On doit ainsi être aux petits soins avec chaque, telle une simulation de vie d’adolescentes/ents. Une fois à l’auberge, on devra leur donner de l’argent de poche pour qu’elles/ils acquièrent l’objet de leur désir, répondre à leur gourmandise tout en augmentant leurs caractéristiques, faire dormir certain(e)s dans la même chambre… Les auberges justement, lieux centraux de l’aventure, servant à satisfaire notre escadron, tisser les relations, glaner de la monnaie…

Repu(e)s, équipé(e)s et ami(e)s, nos Mii peuvent désormais repartir dans les contrées assez diversifiées de Miitopia, pour aller faire tâter de leur bâton, ou autre, aux monstres. Une fois la rencontre faite, notre quatuor devra batailler dans un système au tour par tour classique dans son déroulement, plus que jamais teinté d’humour. Notamment lors de l’emploi des salières pour remonter nos points de magie et de santé. Durant ces épreuves, notre capacité à avoir su nouer des amitiés sera mise à contribution. Si l’on a réussi, on bénéficiera tout simplement de personnages plus forts.

La miisique, oui la miisique

Sans non plus en faire des tonnes, Miitopia tient bon la barre visuellement. L’ensemble s’avérant très joli, évidemment mignon, avec des décors amusants à découvrir même s’ils sont en retrait, contrairement aux Mii charmants et même chatoyants, au même titre que les ennemis généralement originaux et souvent ridicules, avec des coloris pétaradants. Surtout, le jeu profite du fait de retrouver des visages de son entourage, voire d’héroïnes ou héros célèbres, ce qui apporte toujours un attrait supplémentaire sans besoin de posséder les graphismes les plus aboutis. Effectivement, ce n’est pas le plus incroyable jeu de rôle sur ce plan non plus, mais il s’en dégage un certain charme. Vous savez, le truc que l’on dit aux moches qui sont super sympathiques afin de ne pas leur faire de peine. Certes, lui n’est pas hideux, mais son charme drôle et non son drôle de charme remonte clairement sa cote. On notera surtout pour les personnages des animations d’excellente qualité et hilarantes, tant dans les techniques lors des bastons, qu’en ingurgitant un met ou encore en se trémoussant durant l’utilisation d’une salière.

En revanche, on lui affirmera sans mal « Sois joli et tais-toi« . On a envie de dire qu’on ne change pas vraiment sur ce point avec les Mii. Sans en attendre quelque chose d’incroyable, ce n’est pas le genre de JDR ayant besoin de titres orchestraux, on aurait bien vu quelques pistes rigolotes avec une certaine qualité sonore. Cependant, au lieu de morceaux qui font le buzz, on subit des morceaux qui font le bzzz. On coupera donc ce son d’abeilles immédiatement, afin d’éviter de remplir davantage nos cages à miel.

Bon, mais aux portions réduites, voici ce que l’on dirait de Miitopia s’il s’agissait d’un restaurant. Il est toujours amusant de jouer avec les Mii de ses proches et de personnages que l’on apprécie, surtout que l’univers est tellement drôle que les situations fonctionnent toujours. On se prend au jeu, malheureusement le contenu est léger et l’action en devient répétitive assez tôt. On conseillera donc d’y évoluer par de brèves sessions, tout comme avec son aïeul Mii En Péril, pour en conserver un bon souvenir et même le reprendre de temps en temps, avec les visages de personnes nouvellement entrées dans sa vie.

Inod

Points forts :

– Retrouver les Mii de son entourage
– Drôle
– JDR pour tous les publics

Points faibles :

– Rapidement répétitif
– Bande-son

[note] La note : 14/20 [/note]

Développeur : Nintendo
Éditeur :
Nintendo
Genre :
RPG
Support :
3DS
Date de sortie :
28 juillet 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *