Test : L’aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des millionnaires (3DS)

La série Professeur Layton et ses énigmes associées me manquait et en même temps, il était temps qu’elle se renouvelle. C’est chose faite avec l’arrivée de Katrielle, qui n’est autre que la fille du célèbre Hershel Layton, ainsi que le changement amorcé pour un format légèrement différent, notamment car le jeu a d’abord été disponible sur téléphone avant de marquer son retour sur 3DS (mais sans la 3D).

Ouvrez l’œil, munissez-vous de votre loupe et de votre chapeau et allons voir tout ça de plus près sur le terrain…

En-quête du bonheur

Layton, c’est : 10 ans d’enquête, déjà 6 jeux, un long métrage animé et même un crossover avec Phoenix Wright, l’avocat dont le “Objection” est le plus célèbre au monde. Appelé ici habilement “L’aventure Layton” et sous-titré “Katrielle et la Conspiration des millionnaires”, on se doute bien que l’on aura plus affaire directement au professeur Layton.
Katrielle donc, une jeune fille maligne et pleine d’entrain, vient d’ouvrir une agence de détective dans le cœur de Londres et compte bien marcher sur les traces de son père. Tout comme ce dernier travaillait avec Luke, elle a elle aussi un assistant, un peu malgré elle, d’ailleurs : Oliver.

Dès les premières minutes, on est déjà dans le bain. Après une rapide cinématique, un chien qui parle (oui oui, vous avez bien lu) débarque donc dans le cabinet de Katrielle et lui lance un défi pour tester ses talents de détective : résoudre une énigme.
L’enquête débute alors, ou plutôt devrais-je dire “les enquêtes”, car elles sont au nombre de 12 et rythmeront l’histoire globale, d’ailleurs assez rocambolesque, comme on en a l’habitude avec la série. Bien entendu, de nombreux puzzles et autres énigmes surgiront çà et là au cours des événements avec plus ou moins de rapport avec la choucroute.
Pour suivre l’histoire, on se déplacera d’un endroit de Londres à l’autre et il faudra ensuite fouiller tout le décor à la loupe, tout en n’omettant pas d’interroger d’éventuels témoins présents sur les lieux.

On pourra cependant regretter que l’enquête se résolve “toute seule” à partir du moment où on a réuni tous les indices qui la constitue. On aurait éventuellement aimé émettre des hypothèses conclusives, mais ce n’est pas ici la mécanique du jeu. Tant pis.
Par contre, lors de la fouille minutieuse des lieux afin de trouver des pièces S.O.S, des indices des trésors ou même des bons pour acheter des costumes pour Katrielle, on se retrouve à tâtonner avec l’écran du bas (tactile) pour faire bouger la loupe sur les éléments dans le décor du haut. Pas vraiment intuitif et un peu étrange, ça déconnecte un peu le joueur de sa recherche. Il est possible que ces phases soient plus intuitives sur téléphone portable que sur 3DS. Quoi qu’il en soit, les pièces S.O.S. servent, comme dans les précédents épisodes, à débloquer des indices dans les énigmes qui poseraient problème.

Mystère et boule de gomme

Attardons-nous sur les puzzles et problèmes à proprement parler. Ces énigmes anciennement designées par le génie Akira Tago, qui nous a malheureusement quitté l’année dernière, ne sont, dans ce volet, hélas pas toutes réussies. Leurs énoncés ne sont pas toujours très clairs et il faudra même parfois les relire plusieurs fois pour essayer de comprendre ce qui nous est demandé. Quoi qu’il en soit, les énigmes sont assez inégales. Pour les habitués des précédents épisodes, elles semblent même beaucoup plus simples, mais cette constatation est probablement normale, le titre s’adressant pour la première fois aux joueurs sur téléphone portable ainsi qu’aux nouveaux venus. Quelques mini-jeux aussi surprenants que réussis viennent également agrémenter l’aventure principale, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Il faut dire que l’histoire en elle-même est un peu décousue et qu’on a parfois l’impression d’enchainer des dialogues un peu longs et casse-têtes retors dans le désordre, mais ça ne reste qu’une impression et on retrouve en général ses marques, notamment grâce aux personnages réussis qui servent bien l’ambiance générale et la trame globale.

Greg, Marjolaine, Katrielle et les millionnaires

Katrielle permet d’appréhender la série différemment et fédérera probablement un nouveau public. Ce personnage féminin, à la pointe de l’élégance, accompagnée de son assistant ainsi que de Sherl O.C. Kholmes (jeu de mots de fou), le chien parlant, sont fort sympathiques, très mignons et le ton se veut un peu plus léger qu’auparavant. D’ailleurs, les autres personnages rencontrés sont eux aussi hauts en couleur et plutôt rigolos. Les nombreux dialogues participent à l’aspect “sympatoche” du titre. On note par exemple que Katrielle est un glouton sur pattes et ses camarades ne se privent pas de lui faire des remarques sur ses motivations qui semblent être en priorité : manger des gâteaux et faire du shopping. Bien sûr, ce n’est qu’une façade, car elle mène en réalité l’enquête de main de maître.

On notera que les différents lieux réputés de Londres, de Big-Ben au Tower Bridge, ainsi que les nombreux autres décors soignés apportent un background diversifié et agréable. Bien entendu, les cinématiques sont très travaillées et dignes d’un vrai dessin animé, grâce une fois de plus au talent du studio Level-5.
Les différentes petites saynètes entre les personnages ne sont pas en reste, car ici ils ne sont pas statiques, mais animés et arborent de nombreuses expressions et mimiques très réussies tout au long de leurs discussions.

La musique est également un des gros points forts du titre et contribue à créer une ambiance chaleureuse d’un Londres rétro et fantasmé. Les dialogues français et le doublage collent parfaitement au sujet et apportent réalisme et vivacité, ce qui n’est pas pour nous déplaire.
Si l’on ajoute à cela les différentes tenues qui se débloquent au cours du jeu ainsi que la possibilité de faire du Feng-shui dans son bureau d’enquêtrice, on obtient un titre au contenu varié et à la durée de vie plus que raisonnable.

L’aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des millionnaires est une réussite et reprend les codes bien connus de la série, tout en lui donnant un nouveau souffle. Le jeu, d’abord disponible sur iOs et Android (à un prix par contre assez élevé pour ceux qui n’ont pas l’habitude 17,99 €), a sans doute permis à un nouveau public de se frotter aux énigmes, rendues de ce fait un peu plus accessibles.
Katrielle a probablement de beaux jours de détective privé devant elle et permet également aux nouveaux joueurs comme aux anciens de découvrir des aventures un peu différentes que celles de son père. Le jeu est soigné, joli, mignon et agréable et malgré quelques énigmes assez inégales, on se creusera à nouveau les méninges avec plaisir.

Sironimo

 

Points forts :

  • Ambiance colorée et pleine de charme
  • Cinématiques et décors détaillés
  • Personnages attachants et réussis
  • Bonne initiation pour les nouveaux joueurs
  • Animations des protagonistes réussies et vivantes
  • Clins d’œil aux précédents épisodes de la série
  • Doublage VF réussi

Points faibles :

  • Énoncés des énigmes parfois confus
  • Dialogues souvent un peu longuets
  • Histoire et enquêtes décousues
  • Pas de 3D
  • Pas de vraies interactions dans les enquêtes

[note]LA NOTE : 16/20[/note]

Développeur : Level-5
Éditeur :  Nintendo
Genre : Puzzle / Enquête / Énigme / Reflexion
Supports : iOs, Android et 3DS
Date de sortie : 20 juillet 2017 sur téléphone, 06 octobre 2017 sur 3DS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *