Test : Invizimals Le Royaume Perdu (PS3)

invizimals_le_royaume_perdu_jaquetteLa série Invizimals, initiée sur PSP, rompt les habitudes en délaissant la réalité augmentée pour un jeu de plateforme/action sur PS3, sous-titré Le Royaume Perdu. Ce changement de genre est-il salutaire pour cette franchise qui a du mal à se faire une place au milieu des Pokémon, Digimon et autre Ben 10 ? La réponse tout de suite !

Invizimals cherchent assistant

Ce titre édité par Sony va surprendre plus d’un joueur. En effet, le public visé est clairement jeune d’où un jeu adapté à leurs capacités. Ainsi, il faut juger Invizimals le Royaume Perdu en tant que jeu pour les 4-10 ans et ne pas le comparer aux jeux PS3 destinés à un public plus âgé. Ainsi, ce nouveau venu dans la série fourmille de descriptions et de conseils que des adultes ou des adolescents trouveront superflu, mais qui peuvent s’avérer utiles aux plus jeunes qui ne savent pas lire ! La progression dans ce titre est donc très assistée, malgré tout on n’est pas aussi guidé que dans Disney Infinity et le joueur a la possibilité d’explorer librement la quinzaine de niveaux du jeu afin d’y dénicher tous les objets cachés.

invizimals_1 invizimals_2

Déchaînez le pouvoir des Invizimals

Le jeune Hiro, pré-adolescent sportif, est envoyé dans le monde des Invizimals pour une mission importante. Mais arrivé sur place, il découvre qu’une nouvelle espèce d’Invizimals, les Invizimals d’acier, ont volé de nombreux artéfacts et veulent tout détruire. Hiro doit donc comprendre d’où sortent ces créatures et quelles sont leurs intentions.

En explorant le monde, Hiro va rencontrer toutes sortes de créatures. Certaines lui accorderont leurs pouvoirs : Hiro pourra se transformer en monstres puissants dotés de compétences uniques. Mais il faudra d’abord vaincre les Invizimals dans des défis à base de QTE avant de bénéficier de pouvoirs exceptionnels.  En tout, 16 créatures vont aider Hiro dans le monde aventure et lui permettre de grimper aux murs, de nager et plonger, de planer, de lancer des shurikens ou simplement d’avoir une force incroyable. Chaque animal possède ses propres combos qu’on peut améliorer grâce aux nombreuses étincelles disséminées partout dans les niveaux. Les combats contre les Invizimals d’acier sont assez simples et basiques : on se rapproche des ennemis et on frappe, sans trop comprendre. Une jauge se remplit alors, permettant ensuite de déclencher des attaques plus puissantes pour en finir plus vite, même si les attaques de base sont amplement suffisantes pour remporter la victoire.

Ces derniers sont d’ailleurs assez grands, ponctués de petites énigmes adaptées au public visé et cachent de nombreux secrets : portes blindées, étincelles bien cachées, idoles secrètes… il faudra refaire les niveaux plusieurs fois pour tout découvrir ! Au début, le level design est assez simple et basique, les graphismes très moyens mais plus on avance et plus le jeu s’étoffe, obligeant le joueur à se transformer sans cesse pour progresser. Heureusement, le jeu adapte automatiquement l’apparence d’Hiro à la situation même si le joueur peut ensuite changer de forme. En plus, on peut parfois chevaucher un dragon dans des sections de shoot’em up plutôt rythmées !

invizimals_3 invizimals_4

Un mode combat étroitement lié au mode aventure

Si le mode aventure et sa quinzaine de niveaux va occuper longuement les joueurs, un mode combat est également disponible pour ceux qui voudraient changer un peu d’air. Le mode combat permet de débloquer et de collectionner une centaine d’Invizimals, avec la possibilité d’en transférer depuis l’épisode PS Vita Invizimals L’Alliance. Le mode combat est identique aux épisodes précédents : le but est toujours de vider la barre de vie de l’adversaire en appuyant sur l’un des quatre boutons principaux tout en faisant attention à sa jauge d’endurance. Le vainqueur gagne de l’expérience pour améliorer ses caractéristiques ou débloquer de nouvelles arènes.

Les étincelles bleues récupérées dans le mode aventure permettent d’acheter de nouveaux Invizimals ou des vecteurs, des compétences spéciales utilisables pendant les combats comme de quoi se soigner ou avoir plus d’endurance. Les idoles et les graines sombres dénichées dans le mode aventure permettent aussi de débloquer des bonus pour le mode combat, d’où l’importance de toutes les récupérer.

invizimals_5 invizimals_6

Un jeu très bon jeu pour les enfants seulement

Invizimals Le Royaume Perdu semble parfaitement adapté aux 4-10 ans : des graphismes agréables, une bande-son pauvre mais de bonne facture et une difficulté adaptée aux plus jeunes vont leur permettre de s’amuser de nombreuses heures. Les enfants ne seront certainement pas sensibles aux problèmes de caméra et au manque de souplesse des créatures : tout ce qui compte, c’est explorer un univers plutôt réussi avec des ennemis à écraser tout en se transformant régulièrement en monstre au design parfois surprenant mais très plaisant. Pour un adulte, les combats seront répétitifs et sans intérêt. Pour un adulte, ce nouvel épisode sera peu attrayant en raison de son scénario très léger et de l’absence de challenge. Mais pour un enfant, il y a vraiment tout ce qu’il faut pour s’amuser sans se poser de questions, même si on se demande si le jeu n’est parfois pas trop assisté ! On aurait juste aimé pouvoir profiter du Playstation Eye pour interagir avec les monstres en réalité augmentée, comme pour les épisodes portables, mais cela peut se faire dans un autre épisode.

Enguy

Points forts :

– Des tas d’Invizimals à collectionner
– Durée de vie excellente
– Jeu accessible même aux plus jeunes

Points faibles :

– Pas de réalité augmentée
– Peu d’attaques spéciales
– Petits problèmes de caméra

[note]La note Gamingway : 15/20[/note]

Editeur : Sony
Genre : Platesformes / Beat’em all
Support : PS3

Date de sortie : 30 octobre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *