Test : Fist of the North Star : Ken’s Rage 2 (Xbox 360)

kensrage2_logoFin 2010 sortait Fist of the North Star : Ken’s Rage sur XBOX 360 et PS3, un beat’em all adapté du célèbre manga Ken le Survivant. Les fans, encore très nombreux, ont été déçu par cette adaptation mollassonne. Ainsi, plus de deux après, pour les 30 ans de la série, Tecmo Koei tente de se racheter avec un Ken’s Rage 2 au contenu plus fourni. Les fans ont-ils été entendus ? La réponse immédiatement.

Un beat’em all classique

Adapter un manga aussi vieux, célèbre et violent n’est pas facile, mais comme Kenshiro ne cesse de se battre contre des hordes de voyous au look punk très prononcé, le genre beat’em all tombait sous le sens. Fist of the North Star : Ken’s Rage 2 propose donc aux joueurs d’incarner l’un des personnages emblématiques du manga et de parcourir des niveaux assez linéaires afin de terrasser des centaines d’ennemis aux muscles surdimensionnés.

Les coups, répartis en normaux, puissants, prises/projections et coups perso, sortent assez facilement ce qui permet de faire de nombreux combos. Chaque attaque permet d’accumuler de l’expérience dans l ‘une des cinq caractéristiques du personnages (vie, attaque, défense, aura et technique) et de monter cette dernière en niveau pour gagner en puissance. Un autre moyen de faire évoluer le personnage est d’exploiter un système de parchemins.

kens_rage_2_2 kens_rage_2_1

Les parchemins se trouvent dans des coffres disséminés dans les niveaux ou après certains combats. Chaque parchemin a un niveau déterminant sa puissance et permet d’augmenter une ou plusieurs caractéristiques. En les équipant, si on arrive à aligner des symboles de même nature, on peut créer des liens. Plus le lien est long et plus les effets des parchemins sont puissants. Les liens permettent aussi d’obtenir des compétences spéciales comme infliger plus de dégâts avec des objets ou trouver plus facilement des parchemins de haut niveau.

Certains éléments du décors sont destructibles, ce qui permet de regagner des points d’Aura pour déclencher des attaques dévastatrices. De temps en temps, on nous impose des phases de gameplay un peu différentes comme infiltrer discrètement un repaire ennemi, protéger des villageois ou empêcher un personnage de s’enfuir.

Mais Ken’s Rage 2 n’arrive pas à la hauteur d’un Dynasty Warrior qui reste la référence dans le genre, même s’il peut s’inscrire dans la série des « musou » de Koei. L’intérêt du titre réside ailleurs, comme vous allez le voir par la suite.

L’adaptation ultime

Bien au-delà du beat’em all, c’est en tant qu’adaptation fidèle du manga qu’il faut apprécier et savourer Fist of the North Star : Ken’s Rage 2. 30 ans après, l’univers post apocalyptique aux décors dépouillés de Tetsuo Hara et Buronson est toujours aussi captivant.

Le jeu est fidèle à la série aussi est-on amené à explorer des villages vides aux textures simples et à combattre des ennemis peu variés. Dans le manga, ils se ressemblaient tous beaucoup ! Cependant, les personnages sont très bien modélisés et très expressifs. Les attaques et styles de combat sont propres à chaque personnage et fidèles à la série, ce qui permet de varier le gameplay : si Kenshiro est un adepte du corps-à-corps et permet de faire de très longs combos, Rei a un style plus aérien tandis que Mamiya est une spécialiste des attaques à distance.

kens_rage_2_3 kens_rage_2_4

Pour la première fois, le jeu retrace l’intégralité du manga donc les 36 volumes, l’animé et les OAV ne le couvrant pas en entier. C’est donc un jeu destiné aux fans qui seront ravis de revivre l’intégralité des aventures de Ken et de ses amis, parsemées de nombreuses cinématiques sous forme de pages animées.
Pour renforcer l’immersion, le jeu est en japonais sous-titre français. L’aspect assez violent de la série a même été conservé, sans être toutefois trop gore, c’est pourquoi le titre récolte une interdiction au moins de 18 ans.

En plus du mode « légende », Tecmo Koei a également pensé à un mode « rêve ». Ce dernier permet de combler les lacunes du manga. Ecrit en collaboration avec les auteurs, il permet d’incarner les personnages de plusieurs factions, aussi bien amis qu’ennemis, et d’en savoir plus sur leurs relations. Le rêve des fans devient donc réalité. Ce mode permet aussi de jouer de 2 à 8 en ligne ou à 2 en local, à condition d’avoir débloqué suffisamment de personnages. Afin de varier les plaisirs, ce mode propose des règles totalement différentes du jeu principale et permet de récolter des parchemins d’un plus haut niveau.

Un très bel hommage

Pour savourer pleinement Fist of the North Star : Ken’s Rage 2, il faut bien entendu avoir déjà connu le manga ou l’animé mais aussi prendre le temps d’avancer dans l’histoire et de parcourir les différents modes de jeux. Tout a été pensé pour les fans en prenant en compte leurs désirs et Tecmo Koei a parfaitement réussi son coup. Mais le jeu nous livre ses secrets petit à petit et monte doucement en puissance pour laisser à chacun le temps de l’apprécier. Chaque personnage dispose d’un style propre, d’un look propre et de toutes les attaques disponibles dans le manga. Quel délice de découper les ennemis en rondelles ou de les faire exploser.
Enfin, pour ne pas que le joueur se relâche, des « Quick Time Event » peuvent apparaître à tout moment aussi bien pendant les combats que pendant les cinématiques.

kens_rage_2_5 kensrage_6

Si, techniquement parlant, ce titre est assez moyen en raison de graphismes trop simples, de ralentissements anormaux et de temps de chargement très longs sur XBOX 360 (qu’on peut raccourcir en installant le jeu), c’est néanmoins la première adaptation aussi complète et fidèle d’un manga en jeu vidéo. Rien n’a été oublié, rien ne dénature l’esprit de la série : dans un monde de violence et de chaos, il se dégage pourtant une certaine poésie des aventures des survivants qui luttent pour leurs vies. Il y a tellement de personnages à incarner et d’aventures à vivre que les fans seront occupés pendant de très nombreuses heures. Sans compter les combats en ligne, en coopération ou par équipes.
Les fans de mangas et jap’animation ne peuvent pas passer à côté !

Enguy

Points forts :

– Prise en main rapide et facile
– Durée de vie très bonne
– L’adaptation la plus complète et fidèle
– Des tas de personnages à débloquer

Points faibles :

– Peu de joueurs en ligne
– Graphismes moyens et décors assez vides
– Ralentissements fréquents
– Temps de chargement énormes

[note]La note Gamingway : 16/20[/note]

Editeur : Tecmo Koei
Genre : action, beat’em all
Support : XBOX 360, PS3

Date de sortie : 8 février 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *