Test : Fire Emblem Awakening (3DS)

fire_emblem_awakening_boxParmi les RPG, un genre très particulier a bien eu du mal à survivre : le RPG tactique. Seuls quelques grandes licences subsistent encore, comme Shin Megami Tensei, Disgaea, Suikoden et Fire Emblem. T-RPG d’heroic fantasy par excellence, il revient sur 3DS cinq ans après le dernier épisode sur Wii. Cette longue absence a-t-elle permis à Intelligent Systems de peaufiner sa dernière création ? La réponse tout de suite.

Une réalisation plus spectaculaire

Dès le début, le joueur est embarqué dans un monde Heroic Fantasy enchanteur, coloré, magnifique, renforcé par des cinématiques de grande qualité. Le moteur du jeu est lui aussi très efficace et affiche des décors et des personnages très agréables à l’oeil. Ainsi, c’est dès les premières minutes que le spectateur est happé par une histoire toujours palpitante mais bien mieux mise en scène que dans les épisodes précédents.

Le royaume d’Ylisse, qui détient le légendaire emblème du feu aux pouvoirs terrifiants, est menacé par le royaume de Plégia qui fait tout pour le faire basculer dans le chaos afin de s’emparer de ce dernier. Pour aider la reine Emmeryn, le prince Chrom et la princesse Lissa, un héros du passé revient afin de changer le destin funeste d’Ylisse. Mais Grima, le dragon déchu, compte bien réécrire l’histoire à sa façon. Le réveil des dragons anciens est-il inévitable ? L’intrigue, pleine de rebondissements et ponctuée de choix décisifs, est divisée en 25 chapitres ainsi que des quêtes annexes qui font parcourir la carte du monde de long en large.

Ce scénario palpitant et ces graphismes alléchants sont toutefois gâchés par l’absence de pied des personnages dans les scènes en 3D. En effet, les développeurs ont sous-estimé la puissance de la 3DS et pensaient ne pas obtenir assez de puissance de calcul pour faire des animations de qualité d’un personnage complet. Les pieds et les chevilles des personnages ont ainsi été supprimés alors que la 3DS peut parfaitement les gérer ! Une erreur surprenante qui donne toutefois du caractère et de l’originalité au soft, même si cela fait bizarre de les voir flotter au-dessus du sol, surtout quand ils parlent de leurs nouvelles chaussures !

fire_emblem_awakening_1 fire_emblem_awakening_2

Un best of plus accessible

Fire Emblem Awakening est bien plus qu’un nouvel épisode, c’est une sorte de « best of ». En effet, les fans vont découvrir que ce dernier opus reprend des éléments de gameplay des épisodes précédents : fini le biorythme qui pouvait transformer un personnage puissant en unité de base ou inversement, en revanche le système de soutien prend plus de place et la gestion des relations permet d’obtenir de nouveaux combattants tout simplement en faisant des enfants après des mariages judicieux.

Fire Emblem, c’est toujours des unités reparties en classes très différentes (chevalier, archer, mage, prête, bretteur etc), des armes qui s’usent à chaque utilisation jusqu’à ce qu’elles cassent, des techniques donnant des capacités très spéciales, des augmentations de caractéristiques aléatoires à chaque passage de niveau mais surtout des personnages définitivement éliminés du jeu dès qu’ils meurent en combat. Ce dernier point fait de la série un jeu très difficile et peu accessible à tous, un jeu de niche comme on dit. Cette fois, Intelligent Systems laisse le choix de faire mourir les combattants ou non. Dès qu’on lance une nouvelle partie, on peut donc décider si on souhaite voir ses unités mourir (on joue alors en mode classique) ou pas, ce qui permet à bien plus de monde de se laisser séduire par ce jeu formidable.

Mais ce n’est pas tout ! Les personnages des épisodes précédents, de The Sacred Stones à Radiant Dawn, reviennent et peuvent grossir les rangs de votre armée grâce à une petite astuce scénaristique que je vous laisse découvrir. D’ailleurs, dès les premières minutes de jeu, Marth, censé être mort depuis très longtemps, fait son apparition. Pourquoi et comment ? Il va falloir passer des heures sur sa console à renforcer ses unités et son armée pour avancer dans le scénario et pour le découvrir.

fire_emblem_awakening_3   fire_emblem_awakening_4

Une durée de vie incroyable

Fire Emblem est une série réputée pour sa durée de vie déjà élevée : plusieurs dizaines d’heures en général. Mais là, Awakening va bien plus loin. Comme le système de soutien est renforcé, il faut entretenir les relations entre les personnages pour les faire combattre côte-à-côte et les voir s’entraider afin de vaincre des adversaires toujours plus puissants. Hors de question de laisser une unité partir en tête et pourfendre les armées adverses, cette fois les liens entre les personnages sont les clés du succès.

Pour cela, il va falloir s’entraîner. Heureusement, les développeurs ont pensé à un système très ingénieux : la carte du monde est régulièrement mise à jour et des bandits apparaissent, offrant des combats supplémentaires pour renforcer ses personnages et permettant de gagner des trésors à revendre pour changer son équipement. A partir d’un certain chapitre, on a même accès au portail du « multivers » qui permet de rejouer indéfiniment à des cartes spéciales accessibles uniquement en DLC. La première, « héros du passé », est même gratuite et permet aussi d’obtenir un combattant supplémentaire. Une très bonne initiative même si les packs suivants sont un peu chers : comptez 4-5 € par pack !

Enfin, la série s’essaie aussi au Street Pass / Spot Pass et permet d’obtenir plein d’objets et de combattants bonus en affrontant les armées des personnages rencontrés dans la rue ou simplement offerts par l’éditeur. Une autre façon de jouer à Fire Emblem qui augmente considérablement la durée de vie et offre de nouveaux challenges. Etoffer son armée ne permet pas seulement d’avoir plus de choix dans les unités à sélectionner pour les combats mais aussi d’élever sa renommée pour débloquer des bonus. D’où l’importance de recruter un maximum.

fire_emblem_awakening_5   fire_emblem_awakening_6

Tout simplement le meilleur Fire Emblem

Cinq années d’absence mais on ne le regrette pas. Fan ou pas fan, il ne faut absolument pas passer à côté de ce jeu. Intelligent Systems a pu réfléchir longuement à sa série fétiche et trouver ce qui manquait à la série.
Les cartes sont très agréables, toujours en 3D vue du dessus mais avec des tas de détails comme la chaleur qui déforme les décors, les tempêtes de sable et autre. Les animations sont superbes et on ne s’ennuie pas pendant les combats, rendus très vivants par les réactions des alliés selon les affinités entre personnages. Il manquait à la série un côté multijoueur et une réalisation plus spectaculaire avec des cinématiques plus nombreuses. La difficulté n’est maintenant plus un problème et s’adapte parfaitement à un grand nombre de joueurs. Les fans seront ravis de retrouver les protagonistes des anciens épisodes ainsi que de nouveaux personnages toujours aussi charismatiques, un scénario dans la grande tradition des RPG japonais qui mélange maturité et humour. Les peuples Laguz (humanoïdes capables de se transformer en animaux) sont encore présents avec une nouvelle race de lapins géants, les Taguel, qui complète le bestiaire.
Enfin, le « nouveau » gameplay, qui reprend les meilleurs éléments des précédents Fire Emblem, donne plus de possibilités aussi bien lors des combats que pour faire évoluer les personnages. Il ne manquait alors plus qu’un aspect online et multijoueurs, mais ça Intelligent Systems y a également pensé. S’il n’y avait pas ce léger problème de pieds inexistants, on n’aurait rien à reprocher à Awakening.
Après ça, on a encore plus hâte de découvrir le cross over entre Fire Emblem et Shin Megami Tensei prévu sur Wii U !

Enguy

Test réalisé à partir d’une version du commerce.

Points forts :

– Mise en scène améliorée
– Graphismes magnifiques
– Difficulté adaptable
– Le meilleur de Fire Emblem
– Durée de vie plus longue

Points faibles :

– Pas de pieds
– DLC plutôt cher

[note]La note Gamingway : 18/20[/note]

Editeur : Nintendo
Genre : RPG tactique
Support : 3DS

Date de sortie : 19 avril 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *