Test : Dungeon of the Endless (iPad)

Dungeon_of_the_endless_logo

Les petits français d’Endless Legend et Endless Space sont de retour et sur Tablette cette fois ! C’est parti pour notre avis sur Dungeon of the Endless sur Ipad !

Maiiiiison…

Si vous rêviez d’aller sur mars ou tout autre planète du genre, imaginez juste que votre vaisseau se fait attaquer en chemin et que vous fuyez avec une capsule de survie, sauf qu’elle foire complètement son atterrissage, mais tellement que vous vous retrouvez 12 étages sous la surface dans ce qui semble être une ancienne structure des « Endless ». Il ne vous reste plus qu’à tenter de remonter en traversant ces 12 derniers sans tomber, ni à cours de ressources, ni sur trop de… des extra… enfin, vous voyez, quoi. L’histoire n’a pas de grande importance, mais l’ambiance est très vite posée. Vous êtes donc les survivants d’un crash avec bien peu d’énergie, qui vont devoir retrouver la surface sans mourir.

Dungeon_of_the_endless_03

Ne frappez pas avant d’entrer

Concentrons-nous donc sur le gameplay. Vous avez 4 ressources : une pour l’évolution et le soin de vos personnages, une pour la recherche en technologie, une pour fabriquer des modules et une dernière pour alimenter en énergie les salles que vous parcourez.

Axé Rogue like / Tower defense, vous progresserez case par case (ou plutôt salle par salle) pour atteindre la pièce qui vous permettra de monter au niveau suivant. Pour ce faire, il vous faudra choisir quelle porte ouvrir à chaque tour. Lorsque vous ouvrez une porte, votre personnage découvre automatiquement ce qu’il y a dedans et pour le coup, ce sont souvent des monstres qui ne veulent s’en prendre qu’à une chose : votre Cristal situé au centre de votre vaisseau et qui est votre clé pour accéder aux étages supérieurs.

Chaque porte ouverte a de grandes chances de faire apparaître des monstres dans TOUTES les salles non alimentées en énergie. Autant vous dire que tout se base sur la gestion des salles que vous déciderez d’ouvrir et d’alimenter en énergie (sachant qu’uniquement celles adjacentes à celles déjà alimentées pourront en bénéficier).

Dungeon_of_the_endless_013 Dungeon_of_the_endless_06

Une fois la salle « allumée », vous pourrez alors décider, selon les prédispositions de la salle, de construire des armes de défense (type tourelle, gaz etc), un module qui génèrera des ressources supplémentaires à chaque ouverture de porte ou encore un Shop, un générateur d’énergie etc… À vous alors de choisir vos priorités, en gardant bien en tête qu’à chaque porte ouverte, toutes les salles non alimentées vont potentiellement faire apparaître des monstres.

Une fois la sortie trouvée, il faudra retourner au vaisseau, récupérer le cristal et l’emmener à la sortie. Mais il faudra bien préparer son chemin, car une fois l’artefact retiré de son origine, toutes les portes de l’étage s’ouvrent et toutes les salles dans le noir feront poper des monstres et c’est alors la course finale du niveau.

Vous n’êtes pas seul…

Dungeon_of_the_endless_09En début de partie, vous aurez le choix entre plusieurs héros pour décider des deux qui embarqueront dans cette capsule de survie. Avec tout le principe de Stats RPG que l’on connait bien, à vous de choisir un gros lourdeau lent mais qui frappe fort ou un agile au sabre tranchant. Chacun de ces personnages est contrôlable en groupe ou individuellement, ce qui permet d’en laisser un en retrait pour défendre ou bien diviser vos forces pour explorer dans deux directions en même temps.

Chacun a un triple équipement arme/armure/bonus qui lui permettra de tenir face à des ennemis de plus en plus coriaces et nombreux, ainsi que des talents personnels actifs et passifs qui se débloqueront lorsque vous déciderez de les faire évoluer en utilisant la nourriture accumulée (pas de système de point d’XP, uniquement de « l’upgrade »).

  Dungeon_of_the_endless_07

Sauf que cette nourriture sert aussi à vous soigner lors des combats, donc attention à en garder en stock, d’autant plus qu’un héros mort est un héros perdu définitivement, et croyez-moi, les pertes sont très lourdes dans ce jeu.

PDungeon_of_the_endless_011ar chance, vous pourrez aussi trouver de nouveaux coéquipiers dans certaines salles, de précieuses mains fortes qu’il faudra bien sûr embaucher contre « un peu » de nourriture. Il est aussi possible de croiser quelques marchands qui auront souvent de belles offres, ainsi que des cristaux de recherche pour utiliser votre science et développer vos technologies.

On était à deux doigts…

Alors, tout ça c’est bien beau, mais comment ça se joue concrètement sur tablette ? Alors évidemment, l’ergonomie a été pensée pour, avec les classiques toucher avec un doigt, toucher avec deux doigt, pincher (comprenez « appuyer puis ramener ses doigts vers l’intérieur ou l’inverse »), mais lorsque l’on a 4 héros à manipuler individuellement avec chacun une à deux capacités actives, plus les soins à gérer et les défenses à construire, cela devient vite compliqué. On se fait assez souvent déborder sans pouvoir utiliser tous les pouvoirs des personnages et il arrive souvent qu’une fois dans une salle, les héros se trouvent sur les cases de construction des modules, ce qui demande alors de les sortir de la pièce, placer les constructions, puis remettre les héros dedans… et cela peut vraiment parfois coûter la partie.

Dungeon_of_the_endless_04 Dungeon_of_the_endless_015

Malgré tout, de nombreux raccourcis ont été pensés pour rapidement atteindre une case ou une autre et l’ensemble reste assez clair. Votre réussite reposera surtout sur la préparation de chaque tour et l’anticipation de vos ressources. Il faudra aussi décider entre tout explorer au risque de multiplier les salles sombres, car vous aurez rarement l’énergie pour toutes les alimenter ou faire la course à la sortie, dès que celle-ci est trouvée.

Les monstres sont aussi très variés, certains viendront directement attaquer vos héros, d’autres les ignoreront, avec comme objectif, atteindre votre cristal, qui s’il se fait attaquer, vous fait perdre de l’énergie, ce qui peut du coup éteindre des pièces que vous ne pouvez plus fournir, d’autres encore s’attaqueront principalement à vos modules, certains iront même droit vers des portes encore non ouvertes pour les exploser et vous mettre encore plus dans la mouise.

Vivre dans un… donjon ! C’est difficiiiiile

Dungeon_of_the_endless_012Dungeon of the Endless est un concentré de fun instantané (grande force des tower defense), mais aussi de plaisir ambiant, aussi bien visuel que sonore, avec de longs moments de réflexion sur la préparation du tour suivant. Ces derniers moments devront d’ailleurs être pris très au sérieux pour pouvoir arriver à la surface.

Bien que les deux modes de difficulté de base du jeu sont Too Easy et Easy, les noobs de la stratégie prendront de belles fessées en Easy avant de toucher honteusement le mode Too Easy pour en voir le bout. Sachant qu’en plus, une fois le jeu terminé, vous débloquerez de nouveaux héros, mais aussi de nouvelles capsules de survie avec leurs propres particularités, comme par exemple, un coût réduit des soins de vos héros (qu’il faut soigner en utilisant de la nourriture, je le rappelle), mais qui ne soigne plus vos héros à chaque fin de vague (ah oui, parce que comme c’est trop dur, de base tous vos personnages sont soignés entièrement à la fin d’un tour). Malgré cette difficulté intraitable, on meurt d’envie d’y retourner (grande force des rogue like).

Dungeon_of_the_endless_014 Dungeon_of_the_endless_08

Visuellement très réussi avec son pixel art du plus bel effet, l’univers de Dungeon of the Endless est aussi très bien porté par sa bande-son qui vous plonge très habilement dans les phases de repos, comme dans les phases dites « à gouttes de sueur ». On notera, cependant, de sévères ralentissement sur les tablettes d’ancienne génération (testé sur Ipad II).

C’est donc avec de grands moments de gamers que l’on ressort de ces 12 étages de l’enfer. Dungeon of the Endless réussi tellement tout ce qu’il entreprend dans sa mécanique interne qu’on lui pardonnera ses écarts d’ergonomie sur tablette (qui disparaissent sûrement si l’on y joue sur PC). Je regardais de loin la série des Endless en entendant que du bien et après cette démonstration de force, il semble que sa réputation soit méritée. En ce qui me concerne, je penche pour Endless Legend comme prochain jeu PC.

Biglova

Points forts :

  • L’intensité grimpante du début à la fin d’un étage
  • L’ambiance et le visuel parfait pour le genre
  • La profondeur du gameplay
  • La rejouabilité

Points faibles :

  • Vraiment dur
  • Pas optimal sur tablette

[note]La Note Gamingway : 18/20[/note]

Développeur/Éditeur : Amplitude Studios
Genre : Rogue like / Tower defense

Supports : PC / Ipad / Android
Date de sortie : 27 octobre 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *