Test : Dragon Ball Raging Blast (Xbox 360)

Jaquette Raging Blast 360Comme chaque année, Dragon Ball Z fait son retour sur consoles, histoire de satisfaire les fans encore nombreux de San Goku. Difficile de renouveler l’expérience en proposant à  chaque fois un classique jeu de combat en versus, mais Namco-Bandai ne semble pas avoir dit son dernier mot dans ce registre. Après un Burst Limit peu attrayant, l’éditeur continue donc sur sa lancée avec cette opus intitulé  » Raging Blast   ». Côté histoire, on retrouvera les principaux personnages de la saga DBZ, allant jusque qu’au combat face à  Buu et en passant par quelques thèmes parallèles.

 

Un contenu toujours au rendez-vous

 

Un des points forts des productions DBZ sur consoles reste le contenu proposé, toujours conséquent. On trouvera en premier lieu sur cette  » galette   », le  » combat du Dragon   », retraçant l’histoire originale de Dragon Ball Z. Plusieurs thèmes seront accessibles, comme la  » saga des saiyens » ou la «saga des cyborgs». Chacun d’entre eux se décompose en un certain nombre de combats, dont certain se débloqueront au fil de la progression. On note aussi la présence de  » saga inédites » ou  » alternatives », permettant -entre autre- d’affronter le guerrier légendaire, Broly. Concrètement, on déplore le fait de pouvoir accéder librement à  ces  » chapitres », d’autant que l’aspect « scénario »  n’est pas réellement mis en valeur. Là  ou l’on attendait un véritable mode  » aventure », ce mode se limite finalement à  un enchaînement de combats. A vrai dire, depuis l’excellent mode scénario de Tenkaichi 2, on a jamais retrouvé un contenu digne de ce nom à  ce niveau. Bien dommage…

Heureusement, d’autres « options » seront présentes, comme l’incontournable possibilité de customiser ses personnages en ajoutant divers coups et compétences, histoire de « booster » vos persos préférés. Perspective toujours intéressante en vue d’affrontements « en ligne » , la connexion Internet étant plus que jamais proposée.  Mais Raging Blast inclut également le « super championnat », permettant de prendre part à des combats avec classement, tout en récupérant les fameuses boules de cristal. Une fois toutes réunies, l’invocation du Dragon vous donnera accès à des objets rares et attaques spéciales. Passons sur le mode « versus » (toujours très « fun » avec un amis), pour évoquer le « championnat du monde » (avec option tournoi de Cell) vous invitant à enchaîner différentes combats selon plusieurs modes de difficulté (influant sur le nombre d’adversaires à combattre) seul ou à plusieurs. Terminons avec le « dojo » (entraînement) et le « musée », ce dernier vous donnant d’avantage d’informations sur les personnages, avec la possibilité de visionner vos ralentis ou d’écouter les musiques du jeu. Côté combattants, une petite centaine est disponible (en comptant les évolutions et personnages cachés), sachant que les possesseurs d’une connexion Internet pourront débloquer pas mal de contenu à ce niveau là. La principale arrivée de marque étant la présence de ce cher Broly.

dbz raging blast 2dbz raging blast 360

 

Toujours plus impressionnant

 

DBZ Raging Blast ne surprendra plus les joueurs, c’est un fait, du moins en terme de contenu. Par contre, techniquement, cet opus repousse encore les limites en proposant un rendu vraiment impressionnant. Les décors proposés (bien que pas si nombreux) sont particulièrement réalistes, offrant de nombreux éléments (très réussis) à détruire. On appréciera tout particulièrement l’environnement de la ville ou encore du volcan, ce dernier étant réellement bluffant visuellement. Les personnages sont également « un ton au dessus » de la version précédente en terme de modélisation, ce pour notre plus grande joie. Idem pour les effets spéciaux, avec des boules de feu et explosions toujours plus spectaculaire et vraiment agréable à l’œil. Quelques détails viennent aussi agrémenter les combats comme lors de la projection d’un protagoniste sur une roche, laissant entrevoir des fissures liées à l’enfoncement de ce dernier. Comble du bonheur, il sera possible de continuer à harceler de coups votre victime, le temps que celle-ci ne se dégage finalement. On retrouvera aussi les éternels cratères après impact sur le sol. Tout cela est merveilleusement mis en valeur grâce à un animation fluide et très rapide, occasionnant des combats d’un dynamisme jamais vu dans un DBZ. Seule ombre au tableau, la gestion de la caméra quelque fois tout bonnement nulissime, cette dernière proposant régulièrement un angle de vue incompréhensible et vous empêchant de voir votre personnage, l’opposant et, finalement, le combat dans son ensemble. Très énervant, voir frustrant, surtout lorsque cela influe négativement sur l’issue du combat…D’autant que même en jouant avec le stick analogique, ces situations resteront ingérables.

 

Une transition parfaite nous permettant de parler de l’aspect « gameplay », point ô combien important dans ce type de « soft ». Clairement, les premières parties seront assez laborieuses, en raison de commandes pas forcément bien pensées car peu intuitives. Le fait de faire usage d’attaques spéciales via le stick analogique peut être une bonne idée, encore faut-il que ce dernier réponde favorablement à vos sollicitations, ce qui n’est pas toujours le cas…On regrette aussi cette facilité d’exécution de coups spéciaux, une simple pression dans une direction permettant d’envoyer votre attaque. On se demande pourquoi l’éditeur ne propose pas un système plus complexe, afin de relancer un peu l’intérêt et le challenge, sachant que tous ces coups sont connus sur le bout des doigts par tous les fans…Malgré cela, Bandai parvient une fois encore à ajouter des coups et surtout des enchaînements inédits. Coup de chapeau à ce niveau là, la fraîcheur étant toujours bénéfique pour une licence exploitée à outrance. De plus, diverses actions comme les téléportations multiples avec combos, gagnent en confort de jeu, à la faveur d’une utilisation simple et efficace des touches du pad. Plaisir garanti ! Il en va de même pour les projections, assez simples d’exécution, pour peu que l’adversaire vous en laisse l’opportunité…Globalement, les combats sont très intenses et généralement équilibrés, mais c’est sur ce point que le bât blesse ! En effet, lorsque l’on joue en difficulté facile et en incarnant -à titre d’exemple- Buu (à priori le plus puissant du jeu) face à un combattant insignifiant comme Krilin et que ce dernier parvient à vous poser problème tant en terme de puissance que de rapidité de mouvements, le « soft » perd en crédibilité ! Dommage que la difficulté soit ainsi artificiellement gonflée…Ceci étant dit, un autre paramètre donnera pas mal de plaisir au fans de Goku, la bande sonore. Il faut bien avouer que l’enregistrement des voix originales (option voix en jap disponible) est particulièrement satisfaisant, donnant réellement l’impression d’être devant le manga. Les très bons bruitages ne gâchent rien non plus, avec des sons de destructions réalistes et immersifs. Clairement, on est dans le domaine du dessin-animé interactif…Par contre, pour la énième fois, nous pesterons contre cette musique inédite qui, bien que pas mauvaise, nous sort totalement du contexte du manga. Tandis que la version Japonaise incluait quelques musiques originales, les Européens devront se contenter d’une bande-son plus conformiste sans jamais pouvoir bénéficier de la sound-track officielle de l’anime. Quelle frustration ! Problème de droits, probablement, mais qu’il serait bon de pouvoir se « fighter » avec les musiques nippones d’origine. Un point qui justifierait probablement à lui seul l’achat du prochain opus…

 DBZ raging blastDragon ball z raging blast goku

 

Pas de révolution mais une évolution « sympa »

 

« Sympa », mais sans plus ! Ce Dragon Ball Raging Blast réussit quand même à apporter quelques nouveautés et évolutions bienvenues, comme la présence de nouveaux enchaînements et coups, ou encore une interaction avec les décors plus poussée, dans des environnements terriblement somptueux ! D’ailleurs, sur le plan technique, cette version est une vraie réussite, avec une animation de nature à dynamiser encore les combats et une bande sonore de qualité, ce malgré l’absence des musiques originales. Par contre, l’aspect « gameplay » ne parvient à nous convaincre qu’à moitié. En effet, si l’utilisation de certaines compétences comme les enchaînements, téléportations ou projections paraît bien pensée, on déplorera une relative défection dans l’exécution de coups spéciaux. Le stick analogique ne répondra pas toujours présent, les attaques spéciales ayant quelque fois un peu de mal à sortir. Des « super pouvoirs » également trop facile à exécuter (quand ils « sortent »), sachant que l’on aimerait ressentir d’avantage de satisfaction en les exécutant, ce en utilisant des combinaisons de commandes plus complexes. Plus que tout, la gestion de la caméra pose vraiment problème dans plusieurs situations. Au final, Dragon Ball Raging Blast remplit tout de même son contrat, grâce à un contenu important, une réalisation impeccable et des parties en multi local ou en ligne toujours très « fun ». Dommage que le mode histoire soit si basique…On espère aussi qu’un second souffle plus significatif sera finalement donné à la série pour le prochain opus. Les fans devraient tout de même prendre du plaisir…

 

J.B

 

Points forts :

 – des décors somptueux

– des combats très dynamiques et fluides

– un contenu conséquent

– le jeu à plusieurs

– de nouveaux enchaînements

– des attaques spéciales impressionnantes

– des bruitages excellents

 

Points faibles :

 

– une maniabilité parfois perfectible et trop simpliste

– des mouvements de caméra pas toujours bien pensés

– le mode scénario très superficiel

– pas de nouveautés fondamentales

– toujours pas de musiques originales

 

La Note Le Mag Jeux Vidéo : 15/20

Éditeur : Namco-Bandai

Supports : PS3 et Xbox 360

 

 

 

 

 

 Acheter DBZ Raging Blast sur Alapage

 

  • J.B17/08/2010 à 20:25Permalink

    Pour les personnages de DB GT, je pense qu’il faudra attendre 2011 avec la sortie de DBZ Raging Blast 3…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *