Test : Cooking Mama: Bon Appétit! (3DS)

cooking-mama-bon-appetit-3ds-jaquette-cover-01A l’approche de ses neuf ans, la franchise Cooking Mama a réussi à se faire une belle place au soleil et enchaine les jeux portés sur la cuisine, ainsi que des spin-off, avec une certaine réussite. Ceci lui permet aujourd’hui de proposer un cinquième épisode dans son thème de prédilection, Cooking Mama‏: Bon Appétit!.

La petite chef

Dans le cas où vous ne connaitriez pas la franchise, précisons sans attendre que vous ne retrouverez pas ici une possibilité d’apprendre à cuisiner de manière ludique, mais plus exactement que vous prendrez part à des mini-jeux sur le thème culinaire.
Ceux-ci sont dispatchés à travers plusieurs catégories dans les Défis de Mama :

Aidons Mama : où vos actions n’auront, à priori, rien à voir avec la cuisine. Vous pourrez aussi bien donner à manger aux poissons, que planter des fleurs (un rapport avec un jeu dévié de la licence ?). Le tout à base de mini-jeux généralement addictifs et proposant, comme chaque mode du jeu, un aspect scoring donnant envie de réessayer et de comparer ses résultats avec son entourage.

Cuisinons : le plat de résistance du jeu où vous devrez réaliser des recettes du début à la fin. Les phases de cuisine pures seront donc là, mais vous pourrez aussi ouvrir une boite, passer à la cuisson ou encore emballer votre repas.

Aidons la boutique : cuisiner c’est bien beau mais il faut penser à faire tourner la boutique. Prendre les commandes, les retenir en tête, puis servir les bons plats aux clients ou bien donner les gâteaux requis en se souvenant de chaque emplacement avec un simple jeu de memory, voilà ce qui vous attend notamment. Plutôt sympathiques pour certains car la difficulté monte, cela devient assez accrocheur tout en utilisant vos méninges. Intéressant donc et rappelant du bon vieux game & watch.

Aidons à récolter : où l’on s’occupera de ce qui se déroule en amont de la cuisine, à savoir la récolte des bons produits. Notamment en sachant retirer les légumes pas trop vite sous peine de les jeter, chez Mama on est pour le gaspillage alimentaire. Mais on pourra aussi les trier avec, là encor,e un souvenir de G & W. Les végétaux descendant de la machine devant atterrir dans la voie adéquate, il sera donc nécessaire de changer fréquemment le sens de coulissement.

Cooking Dojo : version expert de Cuisinons, où vous devrez réussir votre recette sans assistance et si vous loupez une étape, votre carrière de cuistot sera bouillie.

Etudions : clairement le moins intéressant. Loin de nous l’idée de penser qu’étudier est nul et que seul l’amusement compte, non, tout simplement les mini-jeux de cette case ne sont pas à la hauteur. Il faudra vraiment transmettre la console à un(e) très jeune joueuse/eur pour trouver un intérêt à déplacer des boules numérotées à remettre dans le bon ordre ou encore des lettres reformant le mot inscrit au-dessus. Mais surtout le pire : on nous propose du calcul !

cooking-mama-bon-appetit-3ds-01 cooking-mama-bon-appetit-3ds-02

La cuisine des mamasquetaires

Si l’on se prend vite au jeu et que l’on enchaine assez facilement et avec plaisir les diverses activités, on est revanche déçu du trop faible nombre de recettes n’excédant pas la soixantaine. Ces dernières étant moyennement brèves, on peut vite en avoir fait le tour. Les développeurs auraient dû en profiter pour inclure des préparatifs demandant une cuisson très longue, ainsi qu’un temps de repos d’une nuit. Un moyen infaillible d’allonger la durée de vie, tout en se targuant d’être réaliste.
Ceci est d’autant plus vrai en solo, mais heureusement se défier à plusieurs est possible et son intérêt grandit alors et devient même tout autre puisque la compétition prime. Notons qu’un seul exemplaire du jeu suffit pour participer à quatre au mode multijoueur, une particularité qui fait toujours plaisir.

Si peu de recettes sont présentes, la variété est suffisamment riche pour nous satisfaire sur ce point. La carte proposant aussi bien des sandwichs aux biscuits, qu’une pizza, un yaourt ou des crêpes. Par chance, on ne nous localise pas les plats comme auparavant dans les jeux vidéo où un onigiri se trouvait remplacé par un hamburger. Nous avons donc notamment droit au mochi, au ramune ou encore au sushi, qui d’ailleurs sont particulièrement intéressants car la préparation est celle que l’on pourrait appeler originelle. Soit pas d’auto-cuiseur pour le riz, mais aussi la découverte pour certains de la technique servant à confectionner un mochi, le jeu en devient donc très instructif. Même si Cooking Mama‏: Bon Appétit! n’enseigne pas la gastronomie, on nous présente à l’image les véritables gestes, avec les bons produits, il ne manque en fin de compte que la quantité des ingrédients. Dommage que la partie Etudions ne soit pas consacrée à des fiches recettes, l’envie de reproduire dans la réalité ce que l’on vient de faire sur console serait immédiate.

Précisons que la cuisine en elle-même sera décomposée par étapes, comme dans un livre explicatif. Les instructions pouvant être de couper des légumes en reproduisant un geste tranchant, en glissant le stylet sur l’écran tactile. Cependant, tous les produits n’ont pas la même résistance. Il faudra alors parfois taper l’écran afin de donner de grands coups de couteau ou bien encore couper en frottant de haut en bas pour un aliment résistant, plus élastique. Ces sensations sont très bien réalisées et l’on ressent le soin tout particulier apporté à la distinction des produits et la manière dont l’on doit s’en occuper.
Parfois il sera question d’étaler de la crème, d’éplucher ou encore de nettoyer un aliment. Il faudra alors parcourir sa surface en frottant jusqu’à ce que Mama vous adoube.
Un geste peut aisément être réemployé pour une autre fonction n’ayant véritablement rien à voir, mais cela est suffisamment bien fait pour que l’on ne ressente pas ce procédé comme un simple changement de skins. Glisser le stylet dans une direction oblique pouvant servir à décapsuler l’opercule d’une bouteille de lait à l’aide d’un cure-dents. Mais cela pourra tout autant permettre de ramener votre préparation au centre du saladier.
On retrouvera également l’inévitable cercle infini reproduisant le vigoureux geste de votre poignet tournant le fouet. Ou encore pousser sa pâte dans le sens convenu mais ce non sans difficulté, celle-ci étant résistante et devant être aplatie comme il se doit.
Tout un tas de possibilités ne se répétant pas car les différences entre les recettes sont telles que nous n’avons pas l’impression de faire encore et toujours les mêmes gestes. Pourtant, c’est forcément ce qu’il se passe parfois. Cependant la conception et le choix des plats ont été suffisamment travaillés pour que l’on ne s’en rende pas compte et que l’on continue à prendre du plaisir en enchainant les défis.

cooking-mama-bon-appetit-3ds-03 cooking-mama-bon-appetit-3ds-04

Un diner trop parfait

Soucieux de pouvoir en partie s’adresser à un jeune public n’ayant plus la patience pour tenter encore et toujours la même action jusqu’à enfin y arriver, Cooking Mama‏: Bon Appétit! vous laissera mitonner vos plats étape après étape, même si vous en ratez une. Vous pouvez très bien ne rien faire, pas de problème, on vous laissera passer à la suite avec une médaille de bronze en récompense et un « Pas mal » en guise de mention. S’il est sympathique de penser à tout le monde et de pouvoir laisser découvrir l’entièreté d’un jeu même aux non hardcore gamers, il faut savoir conserver un certain défi. Sinon la personne pensera que tout lui est acquis et ne fera jamais d’effort. Heureusement le Cooking Dojo nous permet d’essayer les recettes sans aide et si on loupe quoi que ce soit c’est terminé. Mais on notera que le mode principal permettant d’avancer dans le logiciel et de débloquer les jeux est celui s’avérant trop laxiste, tandis que celui conçu pour le challenge est annexe. L’inverse aurait dégagé un parfum « gamer » plus plaisant.
Néanmoins, selon votre réussite lors de vos tentatives, vous obtiendrez un score sur 100, ainsi qu’une médaille en bronze, argent ou or à chaque étape, donnant l’envie de faire de son mieux afin d’atteindre la note maximale. De quoi retenter, bien que nous ayons déjà franchi la recette et qu’elle nous ait permis d’en débloquer d’autres.

Notre réussite fera d’ailleurs grandement plaisir à Mama qui s’extasiera à chaque fois et en français s’il vous plait. Si tous les textes ont été très bien traduits, cet ajout de la voix locale est certes le bienvenu étant donné que beaucoup d’enfants joueront à ce logiciel, y compris ceux ne sachant pas lire. Il est donc essentiel qu’ils puissent comprendre ce que cette excitée naturelle peut bien leur raconter. Toutefois, on regrette de ne pas pouvoir la passer en version japonaise. Toute l’ambiance est là, les sons emplis de punch comme dans un anime, les gestes exagérés de votre professeur… sans omettre le visuel. Le tout réuni, on se croirait dans un Taiko No Tatsujin et l’on s’attend donc aux phrases de félicitations ou d’encouragements dans la langue originelle, voire même à des « Oishi » survitaminés.
A l’instar de ce jeu musical, avancer dans Cooking Mama‏: Bon Appétit! permettra de débloquer un paquet d’accessoires servant à décorer les lieux, changer ses ustensiles, mais aussi relooker Mama. D’ailleurs d’autres objets devraient suivre par le biais de Spotpass au fil du temps.

cooking-mama-bon-appetit-3ds-05 cooking-mama-bon-appetit-3ds-06

Sans aucun doute tout le monde s’amusera avec Cooking Mama‏: Bon Appétit!, aussi bien seul(e) qu’à plusieurs, les petit(e)s et les grand(e)s. La fonction tactile est plus qu’au centre du logiciel et fait de lui un véritable étendard pour cette particularité de la console. Le bémol peut provenir de votre possession ou non des épisodes précédents. Mais bien d’autres jeux proposent eux une simple mise à jour annuelle, au moins Mama attend un peu plus longtemps pour apporter son lot de nouveautés.

Points forts :
– Bonne et riche utilisation du tactile
– Une seule copie pour jouer en multi
– Du contenu décoratif à venir via Spotpass
– Variété des recettes
– L’ambiance visuelle
– On se sert du micro…

Points faibles :
– … Mais bien trop peu
– Défi à peine relevé
– Sans être rachitique, insuffisamment de recettes et autres mini-jeux
– Pas de défis en ligne, ni de tableaux des scores, ni de Streetpass

[note] La Note Gamingway : 15/20 [/note]

Développeur : Cooking Mama Limited
Editeur : Nintendo
Genres : Cuisine/Mini-jeux
Supports : 3DS/2DS
Date de sortie : 06 mars 2015 en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *