Test : Cladun Returns: This is Sengoku ! (PS4)

La série Cladun, assez peu connue chez nous, continue son bonhomme de chemin et voit un nouvel épisode sous-titré This is Sengoku ! débarquer en Europe. Si vous êtes fan de retro gaming, ce test est pour vous !

Un dungeon RPG dans le Japon féodal

Le jeu débute alors que notre personnage se réveille dans un monde inconnu. Il apprend immédiatement qu’il vient de mourir et qu’il peut porter assistance aux âmes en peine en les aidant à régler les problèmes qui les empêchent de reposer en paix. Comme notre pauvre héros n’a rien d’autre à faire, il part alors à l’aventure, explorant de nombreux donjons pour résoudre tous les problèmes.

L’action se situe dans l’ère Sengoku, c’est-à-dire pendant le Japon du Moyen-Âge, donc les personnages sont tous inspirés de cette époque, même le gameplay ! Il était, à ce moment, question de seigneurs et de vassaux. Bim, on va devoir faire pareil pour notre équipe ! Car il faut rapidement créer de nouveaux personnages en fonction de leur classe et former une première équipe. On choisit un « seigneur » puis un « cercle magique ». Dans ce cercle, on place les autres personnages, les « vassaux », et des objets pour booster les statistiques si on en a. Une fois tout ceci créé, on peut alors partir à l’assaut des donjons. Le seigneur est le seul personnage qu’on contrôle et qui apparaît à l’écran. Les vassaux, eux, servent de bouclier en encaissant les dégâts à la place du seigneur, tant que leurs PV leur permettent. Bien entendu, on peut modifier l’équipe et les cercles magiques à volonté. En cours de partie, on va même débloquer de nouveaux cercles magiques, offrant des configurations différentes afin d’optimiser certaines stats ou compétences. Il va donc falloir trouver les bonnes combinaisons de classes, seigneur/vassaux et cercles magiques pour progresser. C’est un système profond et original qui offre de nombreuses possibilités. Bien entendu, les personnages n’ont pas les mêmes compétences selon qu’ils jouent le rôle de seigneur ou de vassal. Si ce système de gestion d’équipe est bien trouvé, c’est loin d’être le seul intérêt du jeu !

Un style toujours aussi rétro !

Marque de fabrique de la série Cladun, le jeu est en 3D « vue de côté » vraiment à l’ancienne avec de superbes graphismes de l’ère 8 bits – 16 bits. Tout est pixelisé à mort, tout parait sortir tout droit d’une NES, Super Nintendo, Mega Drive ou Master System, même les musiques ! Bon, si on n’est pas fan des bruits de vieilles machines, on peut toujours opter pour des musiques plus modernes, mais les graphismes ressembleront toujours à une bouillie de pixels. On adore ! Si vous adhérez à l’ambiance old school à mort du titre, alors le reste vous plaira également !

Des héros personnalisables à volonté

Contrairement à la majorité des RPG, on ne choisit pas un avatar pour lui modifier ensuite la coupe de cheveux, la couleur des yeux, la voix ou lui rajouter barbe et cicatrices partout sur la figure ! Non, Cladun propose bien mieux que ça : on peut dessiner le héros de nos rêves en pixel art ! C’est d’ailleurs très bien pensé : il faut dessiner la tête de face, de dos, de profil droit et gauche. On recommence avec le torse (ils appellent ça « armure » dans le jeu, mais on peut dessiner autre chose si on veut), les mains et les pieds. Le choix des couleurs est vaste : on dispose d’une palette pouvant contenir jusqu’à 15 teintes différentes, toutes en RGB 8bits. Bien entendu, on peut aussi redessiner les armes et les boucliers. Les fondus de pixel art vont passer des heures à peaufiner leur héros !

Cladun Returns: This is Sengoku ! va encore plus loin dans la personnalisation : si les musiques ne vous correspondent pas, pourquoi ne pas en composer une ? Cette fois, c’est un peu plus délicat à faire, mais il est néanmoins possible de faire soi-même les musiques des donjons, à condition, une fois encore, d’y passer du temps pour une résultat convenable.

Après tout ça, reste-t-il des choses à découvrir ? Mais bien sûr !

Un tas de modes et autres joyeusetés

Si on peut parcourir le jeu seul, Cladun Returns: This is Sengoku propose également de jouer en ligne pour ceux qui ont peur d’aller explorer en solitaire. Pour les amateurs de scoring, le but sera de terminer tous les donjons du jeu le plus rapidement possible, afin de voir son nom au sommet du classement mondial, ce n’est pas rien ! Les amateurs de combats de boss puissants iront chasser les grosses bestioles bien méchantes qui peuplent certains donjons et qu’on ne peut pas battre dès la première confrontation. Sans parler des versions alternatives des donjons déjà terminés pour gagner plus d’expérience et monter plus vite en niveaux, ni des rencontres aléatoires avec de puissants héros ! Vous l’avez compris, Cladun Returns: This is Sengoku est un jeu vraiment complet qui propose une multitudes de challenges !

Une perle dans un écrin 8 bits

Cladun Returns: This is Sengoku est un très bon J-RPG bourré d’action. Il va falloir farmer longtemps pour renforcer son équipe, afin de battre tous les boss et glaner tous les objets rares. Si les graphismes bien moches ne vous rebutent pas, ce jeu est fait pour vous ! On y retrouve tous les ingrédients d’un J-RPG traditionnel : humour, personnes à sauver, personnages déjantés et gameplay solide. La durée de vie est bonne et augmentée par le jeu multijoueur, la rejouabilité énorme et les challenges nombreux, notamment le scoring.

Les options de personnalisation sont vraiment incroyables : on peut faire la tête (et même le corps) de Mario, de Naruto, de Sailor Moon ou de qui vous voulez, créer des personnages célèbres ou non, puis jouer avec comme si on était dans leur jeu. Si en plus, on recrée les thèmes musicaux associés à ces personnages, on tient là un must have !

Dommage, une fois de plus, que le jeu soit uniquement doublé en japonais avec des sous-titres anglais, car on tiendrait là un énorme hit !

Enguy

Points forts :

– Ambiance rétro, old school
– Les options de personnalisation
– Jeu seul ou à plusieurs
– Le scoring

Points faibles :

– Voix en japonais, sous-titres anglais
– Il faut être fan de l’ère 8-bit/16-bit
– Certains éléments à dessiner trop petits !
– Musiques pas faciles à créer

[note]LA NOTE : 15/20[/note]

Développeur / Éditeur : NIS America
Genre : dungeon RPG, action
Supports : PS Vita, PS4
Date de sortie : 9 juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *