Test : CARS 2 (DS)

Afin de rendre l’attente un peu moins longue pour les petits fans de Flash McQueen, Disney Interactive nous offre, en guise de préambule de la version cinématographique, un second volet pour la saga CARS.

Les adaptations vidéoludiques de films issus du grand écran sont souvent de qualité médiocre. Cependant, Avalanche Software, à qui l’on doit CARS 2, a su surprendre en proposant un excellent Toy Story 3 en juillet 2010. Qu’en sera-t-il des nouvelles aventures de Flash McQueen sur DS ? Déception ou réelle réussite ?

Course et espionnage au rendez-vous !

Disons-le tout de suite (et ce n’est d’ailleurs un secret pour personne mais il est important de le rappeler), CARS 2 s’adresse à un public de jeunes enfants. A partir de là, vous saurez en lisant ces lignes dans quel état d’esprit ce test a été effectué.

Dès le départ, le scénario annonce la couleur. En quête de sensations fortes, Flash McQueen souhaite participer au championnat du monde afin de recevoir le titre tant convoité de voiture de course la plus rapide de la planète. Mais tout ne se déroule pas de façon aussi idyllique que prévu. En effet, il faut compter sur le terrible Professeur Z pour semer la zizanie. C’est ainsi que Martin la dépanneuse, fidèle compagnon de Flash, va se voir embarquer dans de drôles de missions d’espionnage.

Et de course et d’espionnage, c’est de cela dont il sera question à travers tout le jeu. CARS 2 propose ainsi une alternance de courses, avec Flash McQueen en vue de remporter le championnat du monde, et de phases d’espionnage (avec Martin entre autres) au sein desquels il vous est (trop) souvent demandé d’atteindre une cible sur une carte en évitant les acolytes du professeur Z. Afin de devenir un espion hors pair, vous pourrez également vous entrainer au sein du mode C.H.R.O.M.E..

Un titre sympa …

Le concept de base est donc sympathique et certaines missions sont assez prenantes. Ainsi, il n’est pas rare de se prendre au jeu et de recommencer frénétiquement une mission afin de la mener à terme. Aussi, les musiques du jeu, dont le but est de proposer une ambiance d’espionnage au cœur du soft, remplissent parfaitement leur rôle et se montrent fort agréables. De plus, les personnages, bien que leurs doublages s’adressent clairement aux enfants et peuvent paraître assez caricaturaux, possèdent une réelle personnalité et demeurent très attachants.

Mais c’est au niveau de l’histoire, de l’enchainement des niveaux et de la cohésion du tout que le bas blesse. Rien ne nous est réellement expliqué et seuls quelques dialogues très enfantins séparent les différents stages. Malgré cette alternance course / espionnage, une redondance s’installe très vite. En effet, les missions sont toutes conçues de la même façon et au fur et à mesure que l’on avance dans le jeu, le plaisir se tari peu à peu. On a donc la fâcheuse impression d’enchainer les missions comme dans un puzzle-game sans être transporté dans une réelle aventure.

… malgré les défauts

Le problème est que les lacunes ne s’arrêtent pas à la forme. Elles touchent aussi le fond, c’est-à-dire l’aspect technique du jeu. En effet, force est de constater que graphiquement, CARS 2 ne propose pas un visuel très ragoutant. Les graphismes font penser à ce que l’on voyait autrefois sur 16 bits. Les textures pixellisent beaucoup et l’aliasing est omniprésent.

Côté gameplay, les défauts se font également ressentir. Le pilotage des voitures n’est pas aisé et c’est notamment en mode course que les tares apparaissent le plus. Chaque pression sur la croix multidirectionnelle fait partir brusquement votre véhicule dans la direction choisie. La conduite devient donc réellement saccadée et demande un temps d’adaptation avant de pouvoir prendre en main le jeu et s’octroyer un peu de plaisir.

CARS 2 se présente donc comme un petit soft sympathique à destination des plus jeunes. Les plus grands trouveront dans le titre estampillé Disney un jeu redondant et aux multiples défauts techniques : gameplay brutal nécessitant un petit temps pour la prise en main ainsi qu’un aspect visuel dépassé. Il n’est toutefois pas impossible de s’amuser avec …

Yōkai


Les points forts

L’alternance entre courses et missions d’espionnage

L’ambiance sympathique

Les points faibles

Les graphismes dignes de jeux 16 bits

Le gameplay en course

Des missions très similaires sans réel liant

La Note Le Mag Jeux Video : 12/20

Editeur : Disney Interactive

Genre : Action-Aventure/Course

Support : DS

Date de sortie : 23 juin 2011

Acheter CARS 2 sur DS sur Rue du Commerce
.

[ad#Ban gros bloc ]

  • Nicolas10/09/2011 à 14:35Permalink

    Ce jeu est assez bien.J’y joue souvent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *