Test : Bravely Second End Layer (3DS)

Bravely_Second_BoxBravely Default ayant eu le bon buzz avec lui, il allait de soi que Squarenix et Silicon studio s’atèlent à un deuxième volet, mais vaut-il la peine de s’y pencher, ne serait-ce qu’une seconde ?

On a sauvé le monde et maintenant ?

Après un bon gros condensé de l’histoire de Bravely Default, on incarne rapidement le jeune Yew Généolgia accompagné de ses deux laquais, dont le rôle est de protéger Agnès, la grande prêtresse du vent. Vite trahi par ses deux compères, Yew croisera rapidement le chemin de deux des protagonistes du premier volet, ainsi qu’une illuminée venue de la lune qui ne se souvient de rien, évidemment. Comme toute bonne princesse qui se respecte, Agnès se fait capturer, mais trouve un moyen de communiquer avec la bande qui va devoir alors suivre ses indications et la rejoindre pour lui sauver les miches.

Bravely_Second_06

Tour après tour

Comme toujours, le tour par tour ne change pas la recette, 4 personnages, des tas de jobs différents, attaque, magie, soin et soutien, etc. On ne va pas vous la refaire, vous avez compris, il faut choisir les actions de ses personnages à chaque tour et faire en sorte de ne pas mourir. Ok, maintenant pourquoi tout le monde parle de ces jeux Bravely ? Entre les nostalgiques des RPG à l’ancienne et les avides de bons RPG sur console portable, les joueurs trouvent en ce titre tout ce qu’ils attendent. Cependant, ce qui fait leur spécialité, c’est que chaque personnage peut stocker ou bien utiliser jusqu’à 4 tours en un seul. De quoi envoyer la sauce, soit après 4 tours passifs, soit tout de suite, mais en prenant le risque de devoir encaisser ensuite pendant 4 tours consécutifs.

Bravely_Second_05 Bravely_Second_02

La grande force des combats de Bravely Default en est devenue aussi la faiblesse pour ce second volet, dans le sens où non seulement on a l’impression de refaire la même chose, mais qu’en plus les nouveautés sont tellement secondaires que l’ennui arrive encore plus rapidement. Aide sociale via Street Pass, enchaînement des combats pour du bonus d’XP, Méga super pouvoir combo, tout est ajouté pour pouvoir faire toujours plus, sans pour autant apporter une nouvelle richesse, ni fraîcheur à un système déjà bien classique. Et ce ne sont pas les mini-jeux sans intérêt qui rattraperont le coup.

Bravely_Second_04 Bravely_Second_08

Un Second non sans Default.

On a du coup un numéro 2 vraiment 1.5 (voir 1.1), entre les donjons et continents déjà explorés dans le premier, le système job, de combat et de développement de villes identiques (bien que plus fouillées) et les personnages sans personnalité autre que naïve ou innocente, difficile de s’enflammer à l’idée de passer plus d’une quarantaine d’heures dans un jeu au farming pas très passionnant où l’on peut presque garder un doigt sur A, tout en regardant sa série préférée.

Bravely_Second_07 Bravely_Second_01

L’histoire aussi est imprégnée d’un manque d’inspiration criant, malgré une tentative de twist surprenant, le jeu mise alors tout sur le farming et l’évolution des personnages, ce qui du coup fini par n’avoir ni queue ni tête, à part qu’il faudra devenir super fort pour sauver la super princesse.

Visuellement identique au premier, on ne peut pas parler de fan-service, tant on a l’impression de revoir la même chose qu’il y a deux ans lorsque l’on découvrait les contrées de Luxendarc. Là aussi, on retrouve cet aspect très enfantin, mais qui peine à vraiment atteindre le kawaii tant aimé de beaucoup de joueurs de nos jours. Au final, oui, si vous avez aimé le premier pour son système de jeu, alors voilà 40 heures de surplus à se gaver d’XP et de dégâts infligés, si par contre l’intérêt que vous aviez porté à Bravely Default était dans son univers et son histoire (déjà, chapeau), alors autant trouver une vidéo qui vous racontera l’histoire, plutôt que de vous refarcir du mashing de bouton pour gagner 3 niveaux et aller dans le prochain donjon déjà connu.

Points forts :
– Une aventure longue avec de belles légèretés
– Un système de combat abouti

– Un style toujours plaisant pour qui aime le SD
– Complet, vraiment complet …

Points faibles :
– … mais du remplissage un peu facile
– Hyper gnangnan
– Trop répétitif, bien qu’il ne s’en cache pas
– Trop de fonctionnalités qui se veulent nouvelles, mais qui sont inintéressantes

[note]La Note : 13/20[/note]

Développeur : Silicon Studio
Éditeur : Squarenix
Genre : RPG classique
Date de sortie : 26 février 2016
Support : 3DS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *