Test : Alone With You (Steam)

Après sa sortie en août dernier, Alone With You débarque sur Steam. Il est temps de voir ce que donne cette aventure narrative à l’ambiance sci-fi rétro.

Avec la mode du jeu orienté retrogaming, beaucoup d’indés nous ont gratifié de titres à l’esthétique 8 bits très inspirés des consoles Nintendo et Sega de la belle époque. Une inspiration parfois un peu forcée, à l’image du très décevant Double Dragon IV de Arc System Works sorti en ce début d’année. Pour une fois, c’est plutôt une autre ambiance esthétique qui semble être à l’honneur, un environnement graphique rappelant nettement plus l’époque Amiga, Atari, et surtout le Mega CD qui semble être l’une des principales sources d’inspiration.
Maintenant, au-delà de ces choix de game design, voyons ce que Alone with you a comme arguments.

Seul, mais pas sur Mars

Le titre de Benjamin Rivers (à qui l’on doit notamment Home) se définit comme une aventure narrative romantique dans une ambiance sci-fi.
Le protagoniste principal semble être le dernier survivant sur une planète en train de s’effondrer sur elle-même. Son but va être d’explorer les ruines de la colonie de Terraformation afin de trouver une solution pour quitter cet environnement hostile.
Rapidement, le joueur ressentira le sentiment le plus fort du jeu, la solitude.
Uniquement épaulé par l’intelligence artificielle de la base, il faudra explorer les différents bâtiments déserts et rassembler tous les éléments indispensables au bon déroulement de la mission (si l’on peut dire). Alone With You pourrait être un simple jeu d’aventure typé point’n click, mais il apporte une très forte dimension narrative au travers de l’interaction que le héros aura avec les hologrammes des membres de l’équipe disparue.
En effet, à l’issue de chaque phase d’exploration, il sera temps d’aller faire un tour dans la salle holographique afin d’obtenir des informations sur les lieux, le quotidien et bien souvent les aspirations des personnages maintenant décédés. Un procédé narratif très intelligent et surtout fort original qui renforcera toujours plus cette impression de solitude extrême ressentie par le joueur.

 

Juste toi et moi

Le jeu se décompose donc en deux parties distinctes, l’une axée exploration/puzzle et l’autre basée sur les dialogues et la narration. Le gameplay de la première phase est relativement simple, on y retrouve les mécaniques de certains jeux d’aventure des années 90 proposant de découvrir des environnements en s’y déplaçant, les éléments interactifs étant signalés par un cadre textuel. À partir de là, il suffira de résoudre les énigmes disséminées dans les lieux. Ensuite, la seconde phase consiste en une « rencontre » entre le personnage principal et l’un des quatre hologrammes. Suivant un système de dialogue assez habituel, proposant trois réponses (positive, négative et neutre, en général) le joueur fera avancer l’histoire tout en remontant le fil des événements. Cette phase oriente théoriquement la direction que prendra l’aventure et permet au joueur de se diriger vers l’une des diverses fins.
Deux gameplay très différents, mais plutôt complémentaires.

 

Le syndrome du gardien de phare

Difficile d’émettre un avis tranché sur Alone With You. Sur le papier, l’idée est extrêmement alléchante, mais dans les faits, le tout devient assez vite redondant, d’autant que le titre se révèle relativement long (environ huit à dix heures). J’ai envie de dire que le jeu a les qualités de ses défauts, sa réussite avec ce sentiment de solitude constant est en partie lié au rythme lent et haché, mais cela peut également entraîner une forme de lassitude. Si je devais faire une comparaison, je le mettrais en parallèle du film « Somewhere » de Sofia Coppola, qui, traitant merveilleusement de l’ennui, peut aisément le provoquer chez le spectateur. C’est en cela que l’on touche peut-être la limite du concept, lorsque la réussite de ce dernier empiète sur le plaisir ludique lui-même ; une expérience qui sera donc forcément clivante.

Il est important de préciser qu’il n’existe à ce jour aucune version française et que le jeu demande une bonne compréhension de l’anglais pour être apprécié à sa juste valeur.
Maintenant, si vous aimez les expériences narratives fortes et que vous n’êtes pas anglophobe, Alone With You est fait pour vous.

Ominae

Points forts :

  • Une écriture magnifique
  • L’impression de solitude
  • Un pixel art de toute beauté
  • La bande son tout simplement parfaite
  • Plusieurs fins

Points faibles :

  • Uniquement en anglais
  • Rapidement répétitif et pas toujours palpitant
  • Les embranchements liés aux dialogues pas toujours très clairs

[note]La Note : 16/20[/note]

Développeur : Benjamin Rivers Inc
Éditeur : Benjamin Rivers Inc
Genre : Aventure, visual novel
Date de sortie : 9 février 2017 (disponible depuis août 2016 sur les PS4 et Vita)
Supports : PC, Mac, PS4, Vita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *