La Safari Zone : le premier gros événement européen de Niantic

Après les États-Unis et le Japon, c’est au tour de l’Europe d’accueillir le premier événement « IRL » de Pokémon Go : la Safari Zone.
Le 16 septembre 2017, de nombreux joueurs se sont retrouvés à La Défense pour une journée bien chargée. Petit tour des festivités, par ici.

Un centre commercial transformé

La Safari Zone s’est tenue au centre commercial des 4 Temps à La Défense à Paris, de 10h à 20h.
Pour l’occasion, de nombreux changements ont été apportés aux lieux : création de files d’attente spécifiques, panneaux d’information, décorations, lounges par équipe, animateurs un peu partout, scène, DJ, boutique éphémère et partenariats avec plusieurs magasins ont dû un peu surprendre les clients qui, souvent, s’étonnaient de voir autant de gens, portable la main.

Pour participer, il fallait d’abord s’inscrire. J’ai eu la chance d’obtenir une place sur Facebook, mais elles sont très vite parties en moins de 3 minutes ! En arrivant, il fallait faire scanner le QR Code obtenu à l’inscription, ce qui donnait le droit à un Kit de Bienvenue contenant quelques goodies et surtout un autre QR Code permettant de jouer dans le centre commercial.
Sans ce code, aucun Pokéstop n’apparaissait. Le Kit de Bienvenue comprenait aussi des informations utiles (plan, code pour le wifi spécifique prévu pour l’événement), un chapeau Pikachu, une affiche du jeu Pokkén Tournament DX (Switch), un bracelet en silicone au logo de son équipe ainsi qu’un autocollant/transfert de son équipe. C’est gratuit, donc rien à dire. Plusieurs nouveautés attendaient aussi les joueurs, dont une médaille spéciale offerte dans le jeu à tous les inscrits.

Des tas de pokémon partout

La Safari Zone était l’occasion de compléter son Pokédex : parmi les nombreux Pokémon présents, on trouvait en masse, Embrylex, Wattouat, Machoc, Evoli, Salamèche, Bulbizarre, Carapuce, Leveinard, Magicarpe, Kangourex, Pikachu et quelques Zarbi. Ces derniers présentaient de nouvelles formes : les lettres du mot « SAFARI », ce qui faisait 9 formes différentes en 2 événements.
On avait également une chance de capturer un Magicarpe Shiny ou un Pikachu Shiny, ce que j’ai pu faire. J’ai eu la chance d’obtenir un mâle et une femelle chromatique et je me suis rendu compte que Pikachu Shiny n’est pas une simple variante colorée : son museau est également différent. Si vous êtes attentifs, le Pikachu de base a un point noir représentant son museau, alors que la version Shiny a un trait horizontal. Ce n’est pas fondamental, mais cela mérite d’être souligné.

Les joueurs n’ayant pas eu la chance d’obtenir un code pouvaient toutefois capturer ces Pokémon un peu partout dans Paris. Par exemple, à la Gare de l’Est, ils apparaissent vraiment régulièrement. C’est même là que j’ai capturé l’un de mes Pikachu Shiny.

Aux 4 Temps, les Pokéstop étaient pourvus de leurres toute la journée, ce qui permettaient d’avoir des Pokémon en abondance. Tous les Pokéstop (même ceux ailleurs dans Paris) donnaient aussi des œufs 2 km spéciaux pouvant faire éclore n’importe quel Pokémon, même les Pokémon régionaux (Canarticho, Tauros, etc.). Mais il fallait avoir de la chance !

Des animations en continu

Pendant cette Safari Zone, il fallait faire un choix : soit tenter de capturer un maximum de Pokémon et faire éclore le plus d’œufs possible pour compléter au plus vite son Pokédex en croisant fortement les doigts, soit rester près de la scène pour participer à un maximum d’événements.
On pouvait tenter de trouver une peluche Pikachu spéciale cachée dans Castorama et remporter la peluche ainsi que bénéficier d’une réduction de 5% sur ses achats ou profiter des autres offres des magasins partenaires, comme une Pokéball offerte à tous les enfants faisant un tour de manège en plus d’une petite remise. Au niveau des animations, j’ai craqué et je me suis (encore) fait prendre en photo avec Pikachu !

Cela commence à devenir une habitude (ah, Japan Expo !!!) et Pikachu dansait tout aussi bien qu’en juillet !

Il y avait aussi de nombreux Youtubeurs invités, un parcours spécial avec un animateur plein d’humour et un tas de petites choses auxquelles je n’ai pas participé, ayant privilégié la chasse aux animations. La musique était bonne, l’ambiance sympa, et peu de problèmes techniques à l’horizon. Tout n’était cependant pas parfait.

Un événement pas si grandiose

Il faut garder en tête qu’on a toujours un risque d’attentat élevé : un événement impliquant plus de 4 500 inscrits présents (sans parler des non inscrits) ne peut pas s’organiser facilement. Pas de critique à ce niveau. J’aurais juste aimé que la probabilité de capturer un Shiny soit plus élevée, car de nombreux joueurs sont repartis sans Pikachu chromatique. De même pour les Pokémon régionaux : on aurait bien aimé les obtenir en sauvage et non dans des œufs, afin de permettre au plus grand nombre d’en obtenir.

De même, il était dommage d’avoir purement et simplement annulé les raids et supprimé les arènes de la zone. Beaucoup comptaient sur cette journée pour combattre leur premier Mewtwo, d’où une certaine déception.
Alors, certes, cet événement a été un succès, mais après ceux de Chicago et du Japon, il faisait un peu pâle figure. À Chicago, l’événement était payant à la base, mais tous les participants ont été remboursés et ont obtenus un tas de cadeaux. Au Japon, les joueurs se sont vu offrir un Mewtwo. En Europe, on n’a rien eu d’aussi intéressant, il faut bien l’avouer. Espérons que les prochains événements seront plus équitables sur l’ensemble du globe.

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de