Interview : Hamzeh Azad fondateur de la Global Student Game Developer Competition

hamzeh-azad-01On parle souvent de la situation du jeu vidéo en Europe, au Japon ou bien encore aux Etats-Unis. Afin d’ouvrir les horizons de chacun, nous avons décidé de sortir de ces sentiers déjà grandement battus, pour nous intéresser au monde vidéo-ludique Perse. Nous avons pour cela interviewé Hamzeh Azad, un homme qui fait bouger les choses, notamment dans son pays natal, l’Iran. Avec entre autres le lancement de la Global Student Game Developer Competition, qui se déroulera du 17 au 18 octobre et qui se trouve être ouverte au monde entier.

Gamingway : Salut Hamzeh, pour débuter peux-tu te présenter par tes différentes activités dans l’industrie du jeu vidéo ?

Je suis le fondateur du premier institut de jeux vidéo en universités Iraniennes, fondateur également du Student National Game Developers Festival, développeur de plusieurs jeux vidéo, CEO de la Young Game Developers Company, gérant de Persian Games Electronic Magazine et à la tête du National Scientific Computer Games Forum.

Gamingway : Tu es également fondateur de la Global Student Game Developer Competition. Comment l’idée t’es venue ? La Global Game Jam t’as contacté pour une  » localisation Perse  » ou bien sont-ils arrivés après la création de la GSGDC ?

Après avoir suivi la Global Game Jam et appris à son propos, j’ai décidé d’organiser des compétitions avec des récompenses. J’ai réfléchi à des compétitions plus restreintes au niveau du temps, donc l’idée des jeux en 24 heures m’est venue à l’esprit, j’ai consulté le professeur Foaad Khosmood et par son biais Gorm Lai nous a rejoints. Après de nombreuses concertations, nous en avons défini les règles et avons tous partagé cette idée : créer une condition équitable pour chaque développeur dans le monde, pour montrer et épanouir leur créativité.

foaad-khosmood-hamzeh-azad-gorm-lai

Gamingway : Peux-tu expliquer les règles de la GSGDC ? Je précise pour nos lecteurs, que c’est ouvert à tous partout dans le monde, avec une catégorie pour les étudiants et une autre pour les non-étudiants.

Notre principal but était d’organiser une compétition pour les étudiants, mais nous avons décidé de donner une chance aux non-étudiants de se présenter comme participants d’honneur.

Gamingway : La compétition comporte une règle inconnue par de nombreuses personnes dans l’industrie du jeu vidéo de par le monde : le contenu inapproprié ou illégal en conformité avec les lois de la république Islamique d’Iran. Peux-tu définir ce que cela inclut ?

Cette partie a été inclue pour omettre les jeux contraire à l’éthique, selon l’organisateur qu’est la république Islamique d’Iran.

global-student-game-developer-competition-banniere-01 global-student-game-developer-competition-banniere-02

Gamingway : Les vainqueurs seront dévoilés le 17 novembre, comment seront-ils choisis ? Par un jury, les sponsors, peut-être les joueurs par Internet également ?

Oui, nous avons choisi un jury mondial, qui commencera son travail après la compétition, soit le 18 octobre et leurs critères les plus importants seront les idées, le design du jeu et ses mécaniques. Nous avons inclus une section en ligne, pour que les utilisateurs notent les jeux et nous aurons aussi un jeu récompensé par le nombre de vues.

Gamingway : Tu en parlais dans ta présentation, tu ne travailles pas seulement pour la GSGDC. Peux-tu nous parler de la Young Game Developers Company ?

Oui, the Young Game Developers Company a été lancée en 2013 et son but premier est de designer et développer des jeux vidéo, mais à côté de cela nous organiserons des compétitions et festivals.

Gamingway : Comment se porte l’industrie vidéo-ludique Perse ?

L’industrie vidéo-ludique en Iran est âgée d’à peu près dix ans, mais dans les quelques dernières années nous avons observé l’arrivée de superbes créations qui sont sorties sur Steam et Big Fish. Ainsi qu’Asmandez qui a été élu meilleur jeu au concours du German Massively Multiplayer Online Game.

asmandez-pc-01 asmandez-pc-02

Gamingway : Est-ce difficile de créer et publier un jeu ou le gouvernement aide l’industrie et les joueurs sont abondants ?

Avec la fondation du National Computer Games Institute, le support et les aides dans le développement de jeux en Iran s’est accru. Mais la plupart des développeurs iraniens choisissent de travailler en indépendants, car il y a les conditions de pauvreté à supporter et de faibles budgets.

A cause du manque de loi sur le droit d’auteur pour les jeux étrangers, ces derniers sont disponibles à bas prix et donc les titres perses n’ont que quelques ventes. Mais pour les jeux iraniens de grande qualité, il y a des ventes raisonnables et la plupart des développeurs iraniens pensent aux marchés étrangers.

Gamingway : Le futur pour toi ? Tu travailles également sur d’autres projets ?

Oui, l’expansion de la Young Game Developers Company est une de nos principales priorités et nous avons quelques jeux en développement. Nous planchons également sur le prochain tour de la Global Student Game Developer Competition et d’autres évènements.

Gamingway : Merci Hamzeh pour cet entretien, as-tu quelque chose à ajouter à propos de la Global Student Game Developer Competition et/ou un message pour les lectrices et lecteurs de Gamingway ?

La Global Student Game Developer Competition, est une occasion pour les développeurs qui n’ont pas eu l’opportunité de montrer et de faire éclore leurs talents de le faire. Nous espérons que les développeurs méconnus utiliseront cette chance à bon escient.

Merci également à toi pour la couverture de cette compétition et j’espère que nous aurons davantage de collaborations.

Interview réalisée par Inod – octobre 2013 (par e-mail)

  • Twinsunnien17/10/2013 à 20:58Permalink

    Interview intéressante, je n’ai jamais entendu parler du JV dans les pays perses, et j’étais loin de me douter qu’il existait une telle activité en Iran. Merci pour cette entrevue ;-)

  • Inod17/10/2013 à 23:01Permalink

    Merci. Et oui on en parle que trop peu, pour ne pas dire jamais. Heureusement que Gamingway est là.

    La compétition bat son plein depuis 10h ce matin (heure française) et je vais en reparler à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *