Dragon Ball FighterZ est-il vraiment le meilleur jeu Dragon Ball ?

Après avoir raflé les prix de tous les salons, après avoir déchaîné les passions de tous les joueurs et des fans du manga… Dragon Ball FighterZ est enfin disponible et va vous en mettre plein la vue ! Avec autant d’engouement et de publicité autour du titre, vous êtes en droit de vous demander si le jeu vaut vraiment la peine, alors on vous propose de vous aider à vous faire votre avis avec notre test du jeu.

Le micro-onde C-21 attaque !

Même si ce n’est confirmé nulle part, les dialogues semblent indiquer que l’histoire de DBF se déroule après les événements de « Fukatsu No F ». Alors qu’il avait été détruit par Cell à l’époque, l’androïde C-16 réapparaît brusquement, accompagné d’une femme et de nombreux méchants de la saga qui ont été réanimés par Polunga. Suite à cette scène, on apprend que des ondes suppriment les pouvoirs des héros de la Terre et que des clones de ces derniers envahissent peu à peu le globe… mais heureusement pour les guerriers Z, une âme humaine (nous) sera capable de prendre le contrôle des divers protagonistes et d’utiliser leurs pouvoirs.

 

Autant vous le dire tout de suite, et sans passer par quatre chemins, le mode histoire de DBF est chiant à mourir. Je suis un peu sévère, mais on nous vend du rêve depuis des mois sur ce mode histoire qui ravira les fans de Dragon Ball pour au final nous sortir un scénario bâclé (en 3 parties), des cinématiques molles du slip, ainsi qu’une progression linéaire et chiante au possible… Même si je dois admettre que le méchant est cool et que certaines scènes m’ont assez fait rire (voir Gotenks apprendre le super Sayen à Nappa, ça n’a pas de prix), je reste déçu de voir qu’Ark System Work n’a pas poussé son travail plus loin afin de proposer une véritable aventure.

 

Des tartes saveur dragon

Ces dernières années, les jeux Dragon Ball nous ont habitué à des listes de plus de 50 combattants dans lesquels on retrouvait bien souvent des personnages inutiles (issus de l’armée de Freezer, par exemple) ou même des personnages partageant leurs gameplay avec d’autres. Mais cette fois, on découvre une sélection plus restreinte, composée de personnages emblématiques qui ont tous un gameplay propre et ultra soigné (pour une fois que Yamcha est respecté, ça fait plaisir). Malheureusement (c’est pas comme si c’était évitable aujourd’hui), il y aura de nombreux personnages à venir en DLC payant… C’est bien dommage, car selon l’équilibrage, ça peut vite rendre le jeu « Pay-to-win ». On aurait préféré avoir un roster complet et profiter de DLC esthétiques (costume de Namek pour Goku, skin de l’arc Black Goku pour Trunks, etc.).

Les nombreuses vidéos promotionnelles du jeu nous ont montré un gameplay ultra nerveux avec des combos dévastateurs, mais ça ne doit pas inquiéter les joueurs novices. En effet, DBF est basé sur un système de « combos automatiques », c’est à dire que les combos sont prédéfinis (par exemple X,X,X pour un combo rapide ou Y,Y,Y,Y pour un combo puissant). Grâce à ce système, on retrouve un gameplay accrocheur et intuitif qui pourra plaire à de nombreuses personnes. Néanmoins, il y a un gros hic… il n’y a qu’une mécanique de défense, ce qui rend le jeu ULTRA punitif, au point où vous pourriez perdre des matchs sans placer un seul coup, c’est vraiment frustrant de voir quelqu’un enchaîner un combo utilisant les 3 personnages et vous détruire sans que vous puissiez réagir.

D’ailleurs, les 3 personnages, parlons-en. Le jeu repose entièrement sur le « TAG Team » qui vous permet de jouer 3 protagonistes en même temps et ça change tout. Il n’est plus question de n’anticiper que les mouvements de l’ennemi visible, mais bien de faire attention à toutes les attaques qui pourraient arriver de l’extérieur et c’est bien là que se trouve toute la difficulté du jeu. Autant vous dire que si vous gérez mal les changements, vous allez être vite limité. Si j’adore ce système, je regrette tout de même le déséquilibre qu’il y a entre les différentes équipes, car chaque personnage a des techniques de « soutien » bien particulières et vous devez le prendre en compte dans votre composition, c’est donc très désavantageux de jouer 3 héros que vous aimez si leurs attaques de soutien ont toute le même effet et c’est bien dommage (en plus, on risque de se retrouver avec des héros de soutien générique à toutes les parties…).

En ce qui concerne le contenu, le jeu propose un mode arcade plutôt traditionnel, un mode local avec possibilité de créer des tournois, un mode ring (que je n’ai pas réussi à tester) et un mode en ligne simple ou compétitif. On aura aussi la possibilité d’acheter des capsules (argent virtuel) afin de débloquer du contenu esthétique pour le lobby, autant vous dire qu’on a de quoi s’occuper un petit moment, donc.

Notice me, Toriyama senpai !!

S’il y a bien une chose qu’on a compris depuis les premières images du jeu, c’est qu’Ark System Work a des artistes de génie et que la DA est le plus gros atout de ce titre. Avec des graphismes on ne peut plus fidèles à l’animé, des attaques reproduites à l’identique de l’œuvre du grand Toriyama, et des VFX soignés, le jeu nous en met plein la vue.


Côté audio, rien à redire, les musiques sont au top, collent parfaitement au dynamisme du jeu et les SFX sont eux aussi irréprochables. On sent vraiment que la firme japonaise à tout misé sur la reproduction de l’œuvre afin d’offrir un divertissement audiovisuel de qualité à tous les fans de Dragon Ball.

Un jeux qui mérite 6 Boules de cristal ?

Alors que Dragon Ball FighterZ était attendu comme le messie par la communauté, il loupe le coche et s’arrête juste devant la ligne d’arrivée. Le jeu est très bien, c’est clairement une claque visuelle, c’est dynamique, mais c’est aussi plombé par un mode solo décevant et un gameplay bien trop punitif pour les joueurs occasionnels qui souhaitent juste prendre du plaisir sur un jeu Dragon Ball. Même si le jeu me plais beaucoup et qu’il est vraiment excellent, il est loin de mériter le titre de « meilleur jeu de baston » ou « meilleur jeu DBZ » comme on peut l’entendre par-ci, par-là.

Dkpsuleurr

Points forts :

  • Gameplay accrocheur et dynamique
  • BO et DA tout simplement MAGNIFIQUES
  • Le roster
  • Hyper fidèle à l’œuvre originale
  • Les dialogues du mode histoire et les Easter Eggs

Point faibles :

  • Mode histoire pas vraiment exploité
  • Facile à prendre en main, mais extrêmement difficile à maîtriser
  • Personnages en DLC prévus avant la sortie du jeu…

[note] La note : 17/20 [/note]

Développeur : Ark System Work
Éditeur :
Bandai Namco
Genre :
Combat
Support :
 PS4, Xbox One, PC 
Date de sortie :
 26 janvier 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *